Coauthor
  • WOLL Cornelia (4)
  • BRIDGES Brian (2)
  • YANG Lihua (2)
  • MARIE Jean-Louis (2)
  • Show more
Document Type
  • Part or chapter of a book (21)
  • Article (18)
  • Book (6)
  • Working paper (5)
  • Show more
Premier émetteur de gaz à effet de serre de la planète, la Chine est aussi première productrice d’énergie solaire. Première consommatrice mondiale de charbon, elle possède la plus grande puissance éolienne. Autant de paradoxes qui interrogent le rapport entre croissance et environnement en Chine. Peut-on être à la fois le champion du monde des énergies renouvelables et le pire pollueur de la planète ? Oui quand, comme la Chine, on investit massivement dans l’éolien et le solaire tout en continuant à consommer la moitié du charbon mondial. C’est là tout le paradoxe chinois : Pékin veut apparaître aux yeux du monde comme le leader de la lutte contre le changement climatique. Mais ses émissions de gaz à effet de serre ne cessent d’augmenter, et les premières victimes sont les Chinois eux-mêmes, dont l’espérance de vie recule de six années dans les villes les plus polluées. Intervenants : Jean-François Huchet, Président de l 'INALCO, professeur au Centre d'études français sur la Chine contemporaine (CEFC) ; Jean-Paul Maréchal, maître de conférence en sciences économiques, à Paris Saclay et Richard Balme, professeur à Sciences Po, Paris

Publication date 2019-11
CHENG Jennifer
FUNG Serrie
0
views

0
downloads
Hidden Treasures is the true story of a young woman whose brief visit to Nanning, Guangxi, China in 1992 sparked the beginning of nearly two decades of work with abandoned babies in China. At age 29, Kit Ying Chan was sent to the Nanning state orphanage to conduct a needs assessment in response to alarming reports about the poor conditions in the local state orphanages as they struggled to cope with the widespread infant abandonment crisis that resulted from the country's one-child policy. What Kit Ying witnessed in that first visit was something she couldn't unseen or turn away from, calling her to leave her life in Hong Kong and move into the Nanning state orphanage.This book follows her remarkable journey from the first baby she picked up and nurtured back to health, to facilitating the first intercountry adoptions in Guangxi, to founding and leading Mother's Love, a home for abandoned babies, to modeling best practices and training child care workers in state orphanages across China, to the final closure of Mother's Love in 2011. Drawing from Kit Ying's own personal story, interviews with those involved with Mother's Love, and research on the infant abandonment crisis of the 1990s, it documents the deep and palpable scars left by this massive disaster on everyday Chinese citizens and the stories of transformation of the individuals who responded to the need. It is also a personal letter from Kit Ying to the 1,500+ young people who were adopted from Mother's Love and an accounting of this critical part of their history and identity.Hidden Treasures is the story of what happens when we choose to open our hearts to the call for help from one human to another.Kit Ying Chan is the Director of Services at Mother's Choice, overseeing the organization's services for children, youth, and families. After graduating from the University of Guelph with a Bachelor of Arts in Psychology and Sociology, Kit Ying was hired as the first social worker at Mother's Choice in 1988. In 1992, she began her work with China's state orphanages, in response to the widespread baby abandonment during that time. In 1995, she founded "Guangxi-Hong Kong Mother's Love Orphanage", the first joint venture between Hong Kong and China, where she pioneered a professional model for residential child care services, introducing foster care and specialized care for children with special needs. Kit Ying returned to Hong Kong in 2011 and continues to pioneer in this field as she leads the team to provide life transforming services for clients of Mother's Choice.

in Policy Transfer and Norm Circulation: Towards an Interdisciplinary and Comparative Approach Edited by DELCOUR Laure, TULMETS Elsa Publication date 2019-06
14
views

0
downloads
What can be the contribution of policy-transfer analysis to the understanding of international relations and comparative politics, particularly of emerging countries and the new balance of power they bring in international politics? China from this perspective offers a particularly interesting case, as the key to its economic development and social modernization has been a process of strictly controlled opening and its capacity to monitor some flux of exchanges, among which policy concepts and instruments have been critical for transforming and developing its governance capacity. This chapter uses the case of environmental policy-making to show that interactions between domestic and international environmental norms are both selective and relatively ancient. It considers these influences at three distinct levels of public policy: cognitive tools; operational instruments; and policy networks. It argues that, despite the various constraints that the structure of the Chinese political system imposes on policy implementation, international and transnational normative interactions have played a decisive role in designing a new cognitive frame and a space for collective action in environmental policy at the domestic level. These normative interactions also contributed to defining an increasingly assertive role for China in the international arena.

in OFCE Policy Brief Publication date 2019-05
ALSIF Anne-Sophie
CHARLET Vincent
COHEN Elie
COMBE Emmanuel
FOUQUIN Michel
MARTY Frédéric
24
views

0
downloads
À la veille des élections européennes, il est utile d’abonder le débat en réflexions et point de vue sur l’utilité de l’Union européenne pour l’industrie, sujet qui replace l’UE dans l’histoire de la réussite du Marché unique mais qui questionne l’existence des politiques européennes pour soutenir la compétitivité de l’industrie mise à mal par les États-Unis et la Chine. Le 10 avril 2019, l’OFCE organisait une conférence-débat sur la question de savoir si l’industrie avait besoin de l’Union européenne (UE), ce texte rassemble les contributions des intervenants. Il apparaît que la question peut être abordée sous différents angles, ce qui complique la définition d’une politique européenne pour l’industrie mais en même temps lui donne une étendue d’ambitions sans égale avec la réalité passée de la pratique européenne. De la politique de la concurrence à la politique commerciale en passant par les politiques industrielle et environnementale, tous les angles ont été abordés par les auteurs mais peu d’articulation ni d’emboîtement ne semblent s’imposer pour décrire la politique européenne récente sauf à reconnaître la primauté de la politique de concurrence. Finalement, il ressort de cette collection de contributions une impérieuse nécessité de trouver une cohérence entre ces politiques par l’établissement d’une ligne politique pour l’industrie européenne qui hiérarchiserait les objectifs pour mieux mobiliser les outils politiques disponibles. Les défis industriels que rencontre l’UE imposent à la future Commission européenne qu’elle définisse cette ligne.

in COGITO, la lettre de la recherche à Sciences Po Publication date 2018-11-06
58
views

0
downloads
1er paragraphe : L’une des images les plus négatives associées à la République Populaire de Chine concerne certainement les questions d’environnement. Il y a à cela de bonnes raisons si l’on considère l’intensité de la croissance chinoise et l’ampleur des dommages qu’elle inflige à l’environnement. La politique d’ouverture lancée en 1978 y a en effet enclenché un processus d’industrialisation et d’urbanisation sans précédent. Pollution à Canton. Creative Commons CC0.S’y sont concentrés en quatre décennies les mêmes impacts environnementaux que ceux qui se sont déployés sur près de deux siècles en Europe, en Amérique du nord ou au Japon. Si la Chine s’enorgueillit légitimement de sa croissance, grâce à laquelle des centaines de millions de personnes sont sorties de la pauvreté la plus extrême, l’accès au développement se traduit par des usages intensifs de l’ensemble des ressources naturelles (le sol, l’eau, les matières premières) et des consommations d’énergie très élevées. L’environnement est fortement mis à l’épreuve par la modernisation chinoise. En amont, c’est une expansion urbaine accélérée, une agriculture beaucoup plus intensive avec la généralisation des pesticides et des engrais, des besoins en eau sans cesse croissants, et des activités extractives (minerais, bois, combustibles fossiles) toujours plus importantes. La construction du barrage des trois gorges sur le Yangtze est une bonne illustration de cette mobilisation de ressources à très grande échelle. En aval, la pollution industrielle et celle générée par l’urbanisation et les transports affectent à leur tour gravement les sols, l’air et l’eau. Les villes chinoises sont ainsi réputées pour figurer parmi les plus polluées au monde, alors que les bassins versants souffrent de situations souvent critiques. Les accidents industriels sont fréquents, et leurs victimes exposées à de graves conséquences sur le long terme. Comme d’autres pays en développement, The Three Gorges Dam on the Yangtze River, China. Par Source file: Le Grand PortageDerivative work: Rehman (File:Three_Gorges_Dam,_Yangtze_River,_China.jpg) [CC BY 2.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commonsla Chine a aujourd’hui à faire face à l’existence de « villes-cancer », où les dommages sanitaires de l’activité industrielle et leurs conséquences sociales sont particulièrement dramatiques.

in Cogito, Research Newsletter Publication date 2018-11-06
22
views

0
downloads
The environment tested by globalization One of the most negative images associated with the People’s Republic of China certainly revolves around environmental issues. There are good reasons for this, if one considers the intensity of Pollution à Canton. Creative Commons CC0.Chinese growth and the magnitude of the damage it is inflicting on the environment. Indeed, the open policy launched in 1978 unleashed an unprecedented industrialization and urbanization process. In four decades China has experienced the same environmental impacts that took two centuries to unfold in Europe, North America, and Japan. As China has legitimately prided itself for its growth, which has lifted hundreds of millions of people out of extreme poverty, access to development has translated into intensive use of natural resources (land, water, raw materials) and high energy consumption. Chinese modernization has strongly tested the environment.

26
views

0
downloads
1er paragraphe : L’environnement figure parmi les domaines où la politique de l’administration de Donald Trump s’est montrée particulièrement active. Le monde entier a pu le constater avec le retrait spectaculaire des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat annoncé le 1er juin 2017. Le front intérieur n’est pas en reste cependant. Dès les premiers jours de son entrée en fonction en janvier 2017, la nouvelle administration effaçait purement et simplement la page dédiée au changement climatique du site web de la maison blanche, pour la remplacer par un « Plan Energie pour l’Amérique d’abord ». Elle autorisait aussitôt la construction de la phase finale du Keystone Pipeline reliant les forages de l’ouest canadien aux raffineries de l’Illinois et du Texas, précédemment suspendue par l’administration Obama. L’Agence de Protection de l’Environnement (EPA) annonçait également le retrait du Plan pour l’Energie Propre (Clean Power Plan) élaboré en 2015 pour limiter les émissions de gaz à effet de serre dans la production d’électricité, et le « retour du charbon ». Elle a depuis considérablement étendu et assoupli les autorisations de forage d’hydrocarbures, notamment de gaz de schiste.

Cette recherche explore les dynamiques et les impacts des transferts de concepts de développement urbain durable (DUD) de l’Europe vers la Chine. Ce sujet a suscité de plus en plus d’intérêt, suite à l’apparition de partenariats internationaux pour le développement d’éco-villes et de méthodes pour améliorer la qualité de vie des villes existantes. Cette étude explore en particulier une initiative de coopération internationale qui a concerné la ville de Yangzhou dans les années 2000. Cette initiative visait à promouvoir le transfert du concept de « rénovation urbaine douce », développé à Berlin au début des années 1980, afin d’encourager la conservation des quartiers traditionnels de Yangzhou. Partant des questions de recherche vouées à savoir si un modèle développé dans un contexte spécifique peut être mis en œuvre dans un autre, et la contribution de la coopération internationale dans ce processus, cette étude analyse le transfert de la rénovation urbaine douce à Yangzhou. Elle utilise un cadre de recherche qui met l’accent à la fois sur les résultats du transfert et sur le processus qui a amené à ces résultats. En se basant sur l’analyse de documents officiels, sur l’examen de la littérature et sur plusieurs entretiens, cette étude révèle que la coopération internationale peut contribuer de manière importante aux transferts de modèles de DUD. Elle révèle également que le succès de ces initiatives dépend beaucoup des capacités locales à importer les modèles étrangers. En particulier, elle montre que à Yangzhou ces capacités sont limitées. Ces limites sont surtout attribuées à la volonté politique des principaux décideurs locaux et à la structure institutionnelle du gouvernement local, qui fait prévaloir l’informalité et les décisions hiérarchiques sur l’application des règles formelles.

Quels sont les éléments qui fondent la spécificité et la singularité de l’intégration européenne ? Son expérience éclaire-t-elle les dynamiques régionales observables ailleurs, et jusqu’à quel point ? Pour les appréhender en se gardant des contre-sens, les processus de régionalisation doivent être contextualisés, c’est-à-dire analysés en intégrant les dimensions spatiales, temporelles et culturelles qui façonnent les intérêts politiques, les significations et les types d’investissement dont ils sont le support. Les pages qui suivent tentent de préciser les implications de cet argument, en s’inscrivant dans la perspective formalisée par le courant de l’analyse contextuelle, tel qu’il a été développé en particulier par Charles Tilly et Robert Goodin. Si la régionalisation prend des formes aussi inégales, c’est que sa mise en forme est dépendante des circonstances. Quels sont ces effets contextuels et comment s’exercent-ils ? C’est ce que nous tentons de clarifier à partir du cas européen, qui est celui ou les dynamiques de l’intégration ont été jusqu’ici les plus significatives, pour en souligner la singularité et en discuter la portée. Ce sont les propriétés de situation et de temporalité qui expliquent, dans cette perspective, le caractère unique de l’intégration régionale en Europe.

127
views

127
downloads
Notre recherche, qui prend pour point de départ le récent renouveau de l’intérêt du gouvernement chinois pour le développement agricole, s’appuie sur deux approches. La première se fonde sur une analyse des documents de référence promulguant les lignes directrices des politiques de modernisation agricole entre 2004 et 2014, et a pour but de saisir les traits du référentiel dominant de modernisation tel que promu par le gouvernement central. Ce référentiel dominant, en particulier, promeut deux objectifs principaux – la sécurité alimentaire et le développement économique – et trois outils de mise en œuvre : le développement scientifique et technologique, l’implication des entreprises et l’exode rural. La diffusion de ce référentiel dominant a des conséquences sur les schémas sociologiques de la production agricole, que la deuxième approche explore au sein de quatre régions d’étude situées dans les provinces, zones administrative et municipalité du Ningxia, du Jiangxi, du Shandong et de Pékin. Cette analyse sociologique se penche sur l’étude des modalités de réinvestissement des activités de production agricole par les officiels locaux et montre que ces derniers s’appuient de manière préférentielle sur un réseau d’agroentrepreneurs industriels locaux. L’analyse des structures relationnelles locales qui se forment ou se cristallisent au cours de ce processus permet de saisir les contours de la trajectoire de modernisation sur laquelle s’engage aujourd’hui l’agriculture chinoise et révèle la formation d’obstacles institutionnels et sociologiques à l’évolution des pratiques agricoles vers plus de durabilité sociale et environnementale.

Next