Type
Partie ou chapitre de livre
Titre
Politique des évictions : Une approche pragmatique
Auteur(s)
VITALE Tommaso - (Auteur)
Éditeur
Bruxelles : Peter Lang
Pages
71 - 92 p.
ISBN
9789052015712
Mots clés
Roma, Gypsy, Public Action, Urban Conflicts, Institutional Learning, Urban Sociology, Political Sociology
Résumé
FR
Un large débat s’est ouvert en Italie, déconcertant les hom-mes politiques, les commentateurs et les organisations d’advocacy, face au consensus produit dans l’opinion publique autour de la décision du gouvernement italien prise mois de juillet 2008 de relever les empreintes digitales de tous les “nomades” résidant en Italie. Pour comprendre le consensus transversal et largement diffusé dans l’opinion publique que cette décision a suscité, et de manière plus générale, l’hostilité qu’essuient les groupes tsiganes au sein de la société italienne, il ne suffit pas de citer la tendance négative observée dans les sondages d’opinion des dix dernières années . Il ne suffit pas non plus de recourir à des simplifications historiques selon lesquelles dès que le premier Rom eût touché le sol italien au XIVe siècle, une persécution im-portante s’ensuivit, continue et immuable dans ses formes jusqu’à aujourd’hui . Au contraire, nous allons repartir ici de la dynami-que d’un cas spécifique d’aménagement conflictuel du territoire afin d’analyser la genèse pratique des tensions et des enjeux poli-tiques autour de la question tsigane en Italie. Ce chapitre est donc l’occasion de traiter des rapports entre la politique et les politiques publiques relatives à la présence des Roms et des Sintis dans la cité. Afin d’éviter l’écueil des analyses trop générales sur la montée des angoisses et des peurs dans les sociétés post-modernes ou sur les mécanismes qui font d’un grou-pe social un bouc émissaire, nous souhaiterions ici proposer une réflexion fondée sur une étude de cas d’un conflit autour d’un camp de Roms. La description de ce cas de conflit permet de ren-dre visibles les acteurs, les dynamiques, les choix et les arguments qui les ont justifiés au cours du débat. Il ne s’agit pas de générali-ser à partir d’un cas, mais de réexaminer certaines catégories d’analyse - telles que capacité, bien commun de seconde ordre, soutien institutionnel - qui peuvent contribuer à éclaircir et discu-ter les liens entre politique et politiques quand la question épineu-se de la présence des groupes tsiganes dans les villes italiennes est soulevée.
CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT