Type
Article
Titre
Vers un féminisme politique hors frontières au Proche-Orient : Regard sur les mobilisations en Jordanie (années 1950-années 2000)
Dans
Vingtième siècle - Revue d'histoire
Éditeur
FR : Presses de la FNSP
Volume
3
Numéro
103
Pages
177 - 195 p.
ISSN
02941759
Mots clés
Féminisme, Nationalisme, Mobilisations séculières et islamiques, Jordanie, Palestine
Résumé
FR
Cet article a pour objet l’histoire du féminisme jordano-palestinien depuis les années 1950, entendue comme un cas d’étude exemplaire des recompositions des organisations féminines au Proche-Orient. Depuis les années 1980, ce féminisme a subverti les frontières partisanes, s’est émancipé du nationalisme, avant de s’approprier puis de redéfinir les nationalismes, palestinien puis jordanien, au sein desquels il s’est forgé des années 1950 aux années 1980. Ce féminisme s’est aussi démocratisé en s’ouvrant aux classes moyennes et populaires. Ainsi, contrairement à l’idée d’un renforcement du conservatisme social dans la région au cours des années 1980, qui voit l’émergence de l’Islam politique dans la sphère publique régionale, c’est à partir de cette période que commencent à être formulées des revendications plus radicalement féministes. Celles-ci sont liées à l’émergence de nouvelles actrices militantes, séculières et islamiques, et aux relations qu’elles nouent. Elles sont le plus souvent issues de groupes sociaux ayant moins eu accès à la représentation sociale et politique. Ce féminisme politique hors frontières peut être qualifié de postpartisan, postnationaliste et postislamique. Il s’emploie à contester les violences et les situations de minorités sociales et politiques, à travers la notion large de discrimination (tout à la fois sexuelle, sociale et politique), replaçant au cœur du politique une question démocratique élargie, de la sphère intime et privée à la place des groupes sociaux et nationaux au niveau régional et mondial.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT