Type
Working paper
Titre
La politique de concurrence comme levier de la politique industrielle dans la France de l'après-guerre
Dans
Working paper de l'OFCE
Auteur(s)
DIDRY Claude - Institutions et Dynamiques Historiques de l'Economie (Auteur)
MARTY Frédéric - Groupe de Recherche en Droit, Economie et Gestion (GREDEG) (Auteur)
Éditeur
Paris : OFCE
Collection
Working paper de l'OFCE : 2015-23
Mots clés
Politiques de concurence, Cartels, Néo-libéralisme, Services publics
Résumé
FR
La création en 1953 du Comité Technique des Ententes, lointain prédécesseur de notre actuelle Autorité de la Concurrence, inscrit la politique de concurrence française dans un rapport de contemporanéité avec la loi sur la concurrence allemande et le Traité de Rome. Cependant, comme la dénomination même du Comité l’indique, le premier domaine d’intervention résidait en la répression des comportements collusifs horizontaux, il n’était pas alors question des abus de position dominante individuelle. Qui plusest, les pratiques collusives qui étaient particulièrement visées se nouaient autour de marchés publics liés aux plans de reconstruction, équipement et modernisation. Ainsi, si cette activation des règles de concurrence contrastait avec les traditions dirigistes héritées des expériences des économies de guerre ou l’influence des approches planistes qui étaient favorables aux ententes entre firmes au nom de l’efficience productive, elle ne saurait pour autant participer d’une logique comparable à celle alors à l’œuvre en Allemagne de l’Ouest sous l’influence des ordo-libéraux. Cette lutte contre les cartels peut s’expliquer en regard d’une conception d’une politique industrielle fondée sur une étroite coopération entre les administrations et les grandes entreprises françaises considérées comme des champions nationaux. L’activation du levier concurrentiel a pu participer d’une politique industrielle de nature verticale passant par l’élimination des pratiques collusives entre firmes

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT