Type
Article
Titre
Vingt-cinq ans de changements politiques en Russie : les attraits imprévus d’un modèle impérieux
Dans
Etudes du CERI
Auteur(s)
DAUCÉ Françoise - École des hautes études en sciences sociales (Auteur)
Centre de recherches internationales (Editeur scientifique)
Éditeur
FR : Centre de recherches internationales
Numéro
228-229
Pages
39 - 43 p.
ISSN
12978450
Mots clés
Eurasie, espace postsoviétique, Russie, société civile, vie politique
Résumé
FR
Le 18 septembre 2016, dans la petite ville de Kansk, à quatre heures de route de Krasnoiarsk, au coeur de la Sibérie, un peu plus de 30 % des électeurs ont participé aux élections à la Douma fédérale et à la Douma régionale. Parmi eux, 41 % ont voté pour le parti du pouvoir, Russie unie, les autres ont donné leur voix au parti communiste ou au LDPR nationaliste. Dans cette petite ville sibérienne, 13 % seulement des inscrits ont donc voté expressément pour le parti du président Poutine. Les partis libéraux et démocrates (Iabloko et Parnas) ont obtenu moins de 2 % des voix. Au niveau fédéral, les résultats consolidés du scrutin ont offert à Russie unie la majorité constitutionnelle à la Douma (plus des deux tiers des sièges), confirmant l’emprise du pouvoir sur la vie politique russe. Au regard des espoirs portés par les changements en URSS il y a vingt-cinq ans, la déception est grande chez les tenants de la démocratie et du libéralisme. L’autoritarisme conservateur et patriotique semble l’avoir définitivement emporté sur le pluralisme et les libertés des citoyens. Au sein des quinze anciennes Républiques soviétiques, le cas de la Russie semble paradigmatique de cette évolution à rebours des réformes du début des années 1990. Pour l’expliquer, deux thèses convergent. La première voit dans cette trajectoire un atavisme autoritaire ancré dans l’histoire soviétique (voire impériale) pour expliquer ce re-jeu illibéral. La seconde souligne l’évitement du politique chez les citoyens russes.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT