Auteurs Centres de recherche Disciplines et Collections Projets
Français English
 
 

A Quantitative History of Trade Globalization: 1827-1912

 

Notice

Type:   Thèse de doctorat
 
Titre:   A Quantitative History of Trade Globalization: 1827-1912
Titre traduit:   Une histoire quantitative de la mondialisation : 1827-2012 : UNE HISTOIRE QUANTITATIVE DE LA MONDIALISATION COMMERCIALE : 1827-2012
 
Auteur(s):   Hugot, Jules (PhD) - Département d'économie (Auteur)
 
Directeur de la thèse:   Mayer, Thierry - Département d'économie (Directeur de thèse ou de mémoire)
O’rourke, Kevin H - Trinity College Dublin (Directeur de thèse ou de mémoire)
 
Date de soutenance:   2015-06
 
Établissement de soutenance:   Sciences Po - Institut d'études politiques de Paris
 
Notes:   Programme doctoral en Sciences économiques
 
Résumé:   [en] This thesis relies on a data set that I put together. The data set gathers trade statistics, GDP, exchange rate and tariff data as well as gravity-related variables including distance, colonial and linguistic links. In chapter 2, I show that the globalization of the nineteenth century had already begun in the 1840s in Europe, while it only began in the late nineteenth century for the rest of the world. In chapter 3, I show that the border effect was halved over the course of both the First and the Second Globalization. I also find that the distance effect roughly doubled during both periods of globalization. In chapter 4, I show that the trade elasticity did not change significantly over the course of the First Globalization. In chapter 5, I show that Britain benefited from most of the trade creating effect of the Suez Canal, while the western coast of Latin America benefited from about 40% of the trade effect of the Panama Canal. I also show that time dimension estimates of the distance elasticity make it possible to reconcile the distance elasticity with the common estimates for its components: the trade elasticity and the elasticity of trade costs to shipping distance.

[fr] Cette thèse s’appuie sur une base de données que j’ai constituée. Cette base de donnée regroupe des statistiques commerciales, des PIB, des taux des change et des tariffs douaniers, mais aussi des variables couramment utilisées dans les études basées sur le modèle de gravité : distance, liens coloniaux et linguistiques. Dans le chapitre 2, je montre que la mondialisation du dix-neuvième siècle avait déjà débuté vers 1840 en Europe, alors qu’elle a seulement commencé à la fin du siècle pour le reste du monde. Dans le chapitre 3, je montre que l’effet frontière a été réduit de moitié pendant la Première et pendant la Seconde mondialisation. Je montre aussi que l’effet de la distance a approximativement doublé dans le même temps. Dans le chapitre 4, je montre que l’élasticité du commerce aux couts de commerce (i.e. trade elasticity) n’a pas changé de manière significative entre le début et la fin du dix-neuvième siècle. Dans le chapitre 5, je montre que la Grande Bretagne a bénéficié de la plus grande part de l’effet de création de commerce du au canal de Suez, alors que la cote occidentale de l’Amérique Latine a bénéficié d’environ 40% de l’effet sur le commerce du canal de Panama. Je montre aussi que les estimations de l’élasticité de la distance dans la dimension temporelle rendent possible de réconcilier l’élasticité de la distance avec les estimations communes de ses composants : l’élasticité du commerce aux couts de commerce et l’élasticité des couts de commerce à la distance maritime.