Type
Article
Titre
La crise du sécularisme indien
Dans
Mondes contemporains
Numéro
4
Pages
81 - 106 p.
ISSN
22587772
Mots clés
Inde, sécularisme, religion
Résumé
FR
L'Inde a inventé après l'indépendance de 1947, sous les auspices de J. Nehru, un modèle de régulation des relations entre religion et politique que l'on désigne sous le vocable de « sécularisme ». A la différence de la laïcité française, cet « isme » reconnaît la légitimité du religieux dans la sphère publique, mais l'Etat y traite toutes les communautés sur un pied d'égalité. Ce modèle est aujourd 'hui en crise. La principale menace pesant sur lui vient du nationalisme hindou qui s'efforce de gommer la polysémie de l'hindouisme pour valoriser des critères d'identité séculiers ― comme l'origine ethnique (aryenne), la langue (le hindi) et le territoire, décrit comme une terre sainte. Au nom de cette idéologie, les nationalistes hindous requièrent des minorités qu'elles refoulent leurs pratiques religieuses dans la sphère privée et prêtent allégeance à l'hindouisme comme culture nationale. Longtemps ce courant est resté minoritaire, mais il a acquis un poids politique considérable dans les années 1990, et aujourd'hui les juges, gardiens de la Constitution, en font parfois une interprétation qui pourrait conduire l'Inde sur la voie de ce que certains politistes ont appelé la démocratie ethnique en prenant appui sur le cas d'Israël.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT