Type
Article
Titre
Allemagne : restriction importée
Dans
Revue de l'OFCE - Analyse et prévisions
Éditeur
Paris : Presses de Sciences Po
Numéro
123
Pages
117 - 122 p.
ISSN
12659576
Mots clés
Allemagne, économie
Résumé
FR
Après un bon démarrage, l’année 2011 s’est conclue sur un recul du PIB de 0,2 % au dernier trimestre du fait de la baisse des exportations et de la consommation privée. Certes la croissance en moyenne annuelle en 2011 est enviable (3,1 %, contre 1,7 % dans la zone euro), mais les perspectives pour 2012 et 2013 sont nettement orientées à la baisse. En particulier, l’Allemagne va pâtir de la restriction budgétaire importante de ses principaux partenaires commerciaux et de la flambée des prix du pétrole. En revanche, la baisse du taux de chômage et des hausses de salaires un peu plus élevées devraient soutenir la consommation des ménages quand les tensions inflationnistes s’apaiseront. L’impulsion budgétaire serait faiblement négative en 2012 et 2013 en Allemagne, l’amélioration des finances publiques en 2011 laissant des marges de manœuvre plus amples au gouvernement en place. Ainsi, après avoir atteint 1% du PIB en 2011, le déficit public devrait rester proche de ce ratio en 2012 et 2013. La dette publique brute resterait contenue, autour de 80 % du PIB. Contrairement à la zone euro dans son ensemble, l’Allemagne ne rentrerait pas en récession mais son PIB croîtrait faiblement (0,3 % en 2012 puis 0,8 % en 2013).

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT