Co-auteur
  • LE GALÈS Patrick (13)
  • POLLARD Julie (10)
  • LASCOUMES Pierre (7)
  • BRUGIDOU Mathieu (4)
  • Voir plus
Type de Document
  • Partie ou chapitre de livre (28)
  • Communication non publiée (21)
  • Article (19)
  • Working paper (9)
  • Voir plus
Le processus politique qu'a constitué le " Grenelle de l'environnement " entre juillet et décembre 2007, ainsi que la poursuite des discussions engagées au sein de comités opérationnels, permettent de s'interroger sur le lien entre dispositif de concertation et action publique. Ce dispositif élargi à un large public, permet en effet aux pouvoirs publics de répondre à ce double enjeu : d'une part mobiliser un large public et d'autre part, rationaliser, coordonner l'action publique. Il s'agit en effet d'un processus politique d'une ampleur sans précédent, dont l'originalité réside dans l'articulation entre une dimension cognitive porteuse d'une conception apolitique de l'environnement et du développement durable et d'une approche pragmatique de leur traitement, et d'une dimension procédurale fondée sur un instrument de coordination caractérisé par sa grande complexité et garantissant l'ouverture successive de différents espaces autonomes. S'interroger sur la relation entre Grenelle de l'environnement et action publique pose la question de la coordination de ce dispositif, et des espaces autonomes dont il contribue à l'ouverture, avec une sphère politique basée sur la représentation d'une part et avec les politiques publiques d'autre part. L'analyse de ce dispositif permettra de s'interroger sur les effets propres du dispositif de concertation, c'est-à-dire indépendamment des objectifs qui lui ont été assignés par les pouvoirs publics lors de sa création. Appliquée au cas de la politique de recyclage des déchets ménagers, cette communication s'organise autour de l'hypothèse de travail suivante : le Grenelle de l'environnement, en tant que dispositif de concertation, explique une partie des recompositions de l'action publique. Ce papier montrera dans quelle mesure les différents espaces de discussion ouverts par le Grenelle de l'environnement (Intergroupe " Déchets ", Comité opérationnel n°22, Loi Grenelle 1) ont accéléré la redéfinition des enjeux liés au recyclage des déchets ménagers sur une base nationale. Ce travail s'appuie sur trois types de sources : 1) des données quantitatives rassemblées dans la base de donnée des " acteurs " du Grenelle ; 2) une analyse des documents produits en prévision, dans le cadre et suite au Grenelle de l'environnement ; 3) une première série d'entretiens semi-directifs réalisés auprès des principaux acteurs nationaux de la politique de recyclage des déchets ménagers.

Why have some cities in Europe been able to achieve a shift from the car-oriented city towards more sustainable modes of transport? How can other parts of Europe and the EuroMed draw lessons from CREATE? In order to answer these fundamental questions, the CREATE (Congestion Reduction in Europe, Advancing Transport Efficiency) project’s main objective is to reduce road congestion in European cities by encouraging a switch from cars to more sustainable modes of transport. Among other valuable lessons, the CREATE project shows how strong urban governance contributes to the shift towards the liveable city.

1
vues

0
téléchargements
Some of the economic advanced European cities appear to have decoupled the correlation between economic growth a car ownership and car use. The research project CREATE funded by the European Commission is aimed at identifying the reasons and framework conditions for this turnaround by analyzing historic data of five European capital cities (Vienna, London, Paris, Copenhagen, Berlin). Each of these cities implemented different strategies to achieve a more sustainable transport network influencing the mobility behavior, in particular, car use. The City of Vienna, for example, changed their transport policies from a more car-oriented transport masterplans in the past to a push-and-pull strategy by improving the public transport supply, mainly based on the extension of the underground network, and at the same time implementing pedestrian areas and parking restrictions in the city, which are still enlarged continuously. The mode share of car use (driver and passenger) decreases from 40 % early in the 1990’ies to 27 % in 2014. However, the ambiguous goal of the current city development plan is to reach a share of car use of 20 % in 2025. However, despite these core elements of transport policies a lot of supporting transport measures and other framework conditions need to be considered. This paper presents the analysis of cause and effects in the City of Vienna and a cross-comparison among all five European cities analyzed in the CREATE project.

1
vues

0
téléchargements
Hussein Kassim and Handley Stevens provide a timely assessment of the EU’s role in the transformation of the aviation sector. Based on a thick and detailed empirical knowledge of the field, the authors analyse why and how such a comprehensive policy framework, encompassing all areas of the aviation sector and with farreaching consequences both on member states and beyond EU borders, was developed in such a short period of time at EU level. The book also makes several important contributions to the study of European policies and of Europeanisation (...).

This paper contributes to recent academic debates on mobility and transport by exploring the emergence of innovative tram-based transport solutions in medium-sized and somewhat peripheral regions in Europe. More precisely, we argue that the profound transformations undergone by rail transport over the past two decades has contributed to weakening existing governance structures, thus opening numerous opportunities for new entrants, technical innovations and original forms of territorial cooperation. The comparative analysis of four mobility strategies (France, The Netherlands, Germany and the United Kingdom) demonstrates the ability of medium-sized cities to develop innovative transport solutions by adapting existing networks .

2
vues

0
téléchargements
Ce troisième volet de portraits d'entreprise consacrés à celles qui gèrent des aéroports permettra de s'interroger sur l'évolution des activités de gestion aéroportuaire. Quels sont les effets liés à la double logique de privatisation et, dans certains cas, de financiarisation des activités aéroportuaires sur les opérateurs qui en assurent la gestion ? Quelles ont été les stratégies développées par les opérateurs dans différents pays européens pour bénéficier de capacités accrues de financement et renforcer leur autonomie dans les choix liés à leur développement? Centré sur l'opérateur britannique BAA plc, ce portrait permettra de rendre compte des contraintes, notamment en temps de crise économique, liées à un choix de développement centré sur les activités non aéroportuaires.

in Sustainable Aviation Futures Publié en 2013-11-15
3
vues

0
téléchargements
Drawing on an original dataset, this chapter demonstrates the growing role airport infrastructures and their managing authorities have come to play in shaping airport politics that is, how, by whom and where airports are built, modernized and expanded. Yet they have received little attention in recent attempts to characterize and explain the transformations of global aviation politics. This chapter suggests focusing on airport companies as an attempt to characterize their long-term trajectories both in terms of their properties and in terms of their operating contexts. First it shows that airport companies have developed into full-blown economic actors, which enjoy greater levels of autonomy through the systematic accumulation of resources, the diversification of revenues, and new alliances with the global finance and consulting industry. Second, the chapter discusses the role of domestic regulatory reforms as the main driver for change in major European airport markets. Third, it demonstrates the extent to which the complex interplay between public and private ownership has shaped the rescaling of the territorial dimension of airport activities, thus explaining the limited impact of anti-airport campaigns over the long-term development of major European hubs. This chapter has larger practical and research implications in that it demonstrates the need to go beyond a functional and context-dependent approach to airport infrastructures and managing companies.

Premier paragraphe : A terme, 80 % du droit national français devrait être élaboré à Bruxelles. Actuellement, l’influence des institutions européennes dans l’Hexagone, à travers ses directives et autres règlements, est parfois ressentie comme une menace. Mais qu’en est-il exactement ? Et si au fond, l’UE avait une action largement positive ? Les explications de Charlotte Halpern, chercheuse à Sciences Po Paris.

in The Oxford Handbook of French Politics Publié en 2016-11
48
vues

0
téléchargements
This chapter examines the profound changes that have taken place in Environmental and Energy Policy (EEP) study in and about France. It explains why and how they constitute a challenge from a substantive and an analytic perspective, as well as it accounts for its ambivalent position in comparative political research. In the French context, it argues that EEP still holds an ambivalent position as a case study in comparison with other Western democracies and as a field of study in French policy studies. This chapter develops two main arguments in order to account for this. First, the emergence of EEP study in the French context is closely related to this policy’s origins and long-held strong relationships with the ecologist movement. Second, EEP in France long constituted a challenge for both comparative political research and for classic models about the functioning of the State and policy-making in France. This chapter concludes by challenging the idea that EEP in France is sufficiently specific, as a policy domain and as a political context, to justify excluding it any further from comparative political research agendas.

L'approche de l'action publique sous l'angle de ses instruments s'est développée à partir des années 70 dans une perspective fonctionnaliste et de management public qui recherchait la meilleure adéquation entre les finalités des programmes d'intervention publique et les techniques de régulation utilisées. Depuis les années 90 la réflexion sur les technologies de gouvernement s'est amplement diversifiée. Le projet initial est poursuivi plus ou moins explicitement et s'inscrit aujourd'hui dans réflexion sur les « nouveaux modes de gouvernance ». Mais, cette perspective n'est plus hégémonique, elle est amplement concurrencée par un ensemble de travaux de type historique et/ou sociologique basés sur l'étude des organisations et de la bureaucratie, celle des innovations scientifiques et techniques, celles des systèmes cognitifs, mais aussi sur celle des rapports de pouvoir et des modes de domination induits et équipés par les Instruments. Il serait absurde de prétendre à « Une Ecole de l'Instrumentation Politique ». D'ailleurs, personne n'y prétend. Ce champ de recherche est manifestement pluriel et c'est là que réside aujourd'hui sa principale richesse scientifique. Tout en travaillant dans le cadre de paradigmes très différents, les auteurs qui introduisent à un moment donné de leur recherche un angle de réflexion sur les instruments se rejoignent pour en faire surtout une entrée méthodologique. Envisager, à un moment une activité de régulation sous l'angle de son instrumentation c'est : * d'une part, un moyen de déplacer le regard scientifique en prenant une distance vis-à-vis des catégories d'analyse traditionnelles (les acteurs, leurs intérêts et leurs croyances, les institutions formelles) ; * c'est d'autre part, recourir à un analyseur qui met souvent en évidence des dynamiques et des mobilisations peu visibles et des effets inattendus.

Suivant