Type
Article
Titre
Introduction. Diversité et formation des élites : France-USA
Dans
Sociétés contemporaines
Éditeur
FR : Presses de Sciences Po
Numéro
79
Pages
5 - 17 p.
ISSN
11501944
Mots clés
Formation des élites, Comparaison France / États-Unis, Discrimination positive, Identités, Éducation prioritaire, Grandes écoles, Ségrégation en éducation
Résumé
FR
Dans son acception la plus large, la discrimination positive désigne l'ensemble des politiques de répartition des biens sociaux emplois, marchés publics, admissions dans les établissements d'enseignement supérieur à caractère sélectif, prêts aux entreprises... prenant en compte l'appartenance des postulants à des groupes désignés afin de remédier à leur sous-représentation par rapport à la population de référence. Cette sous-représentation étant attribuée, au moins pour partie, à une discrimination passée et/ou présente. En vigueur dans un grand nombre de pays (États-Unis, Inde, Malaisie, Afrique du Sud...), ces politiques peuvent être caractérisées suivant l'identité de leurs bénéficiaires présumés, le degré de flexibilité des instruments qu'elles mobilisent, la position dans la hiérarchie des normes des textes juridiques qui les fondent, leur finalité et leur domaine d'application. Dans leur variante la plus consensuelle, la prise en compte de ces identités assignées est exclusivement localisée à l'étape antérieure à celle de la sélection proprement dite et uniquement destinée à favoriser l'augmentation du nombre des candidats qualifiés issus des groupes sous-représentés. Les dispositifs les plus controversés voient, à l'inverse, l'assignation catégorielle influer sur la décision finale, où certains individus feront alors l'objet d'un traitement préférentiel : un candidat X appartenant à l'un des groupes visés pourra être admis en dépit de l'existence d'un ou plusieurs candidats n'appartenant pas aux dits groupes et dont le niveau de qualification était « supérieur », c'est-à-dire tel que si un autre candidat appartenant à l'un des groupes privilégiés avait présenté ce même niveau de qualification, c'est sa candidature qui aurait été retenue et non celle de X (Nagel, 1977, p. 3). En d'autres termes, c'est alors l'identification en tant que membre d'un groupe préétabli qui constitue le facteur déterminant de l'obtention ou de la non-obtention du bien considéré. [Premier paragraphe de l'article]

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT