Coauthor
  • HALPÉRIN Jean-Louis (5)
  • SAVOYE Antoine (3)
  • ROLLAND Patrice (3)
  • LINHARDT Dominique (3)
  • Show more
Document Type
  • Part or chapter of a book (33)
  • Article (30)
  • Conference contribution (28)
  • Periodical issue (13)
  • Show more
En s’emparant de la thématique des rapports entre droit et anthropologie, ce numéro de Clio@Themis s’inscrit, à l’instar de numéros précédents, dans la perspective d’une histoire sociale et intellectuelle du droit. C’est à partir des rapports difficiles entre droit et anthropologie que ce volume poursuit plus spécifiquement l’enquête sur le couple droit et (autres) sciences sociales, entendu ici, non seulement comme objet, mais également comme méthode. Que les relations entre droit et anthropologie n’aient rien d’évident, nul n’en disconvient. Dans un récent panorama sur l’état de l’anthropologie juridique française, Louis Assier-Andrieu écrivait malicieusement que « projeter un juriste dans une société exotique n’en fait pas plus un anthropologue qu’envoyer un anthropologue à l’audience n’en fait un juriste ». Et de rappeler, comme d’autres avant lui, le dialogue délicat entre deux savoirs forgés dans des traditions méthodologiques opposées, utilisant parfois des termes identiques pour désigner des concepts différents (coutume, parenté, etc.), et, pour tout dire, porteuses d’une façon différente de penser le monde. [Premier paragraphe]

in Dictionnaire historique des juristes français Publication date 2007
AUDREN Frédéric
0
views

0
downloads

in Clio@Thémis Sous la direction de AUDREN Frédéric Publication date 2015
3
views

0
downloads
Ce nouveau dossier prolonge l’enquête au long cours de Clio@Themis sur l’historiographie contemporaine et ses enjeux. Dans un texte roboratif et malicieux, Pierre Bonin a récemment rappelé, pour l’histoire du droit, tous les bénéfices d’une telle enquête historiographique. Cette dernière contribue aussi bien à renouveler les questions et les approches traditionnelles qu’à déstabiliser les évidences disciplinaires pour relancer les interrogations. En confrontant constamment la recherche historique à ses présupposés (ou ses impensées), à ses résultats et ses effets sur le domaine qu’elle explore, l’historiographie est bel et bien un puissant facteur de dynamisme scientifique.

6
views

0
downloads
Un petit vent d'air frais souffle sur l'histoire du droit contemporain. Plusieurs travaux récents s'efforcent de rompre avec certaines méthodes et approches vieillissantes de la discipline. La récente publication du volume intitulé L'idée de fonds juridique commun dans l'Europe du XIXe siècle s'inscrit dans ce mouvement de renouvellement des problématiques et des questionnements. Issu du colloque Circulation des modèles juridiques et formation des réseaux au XIXe siècle : vers un fonds juridique européen organisé en novembre 2012 à la faculté de droit et de science politique de Rennes, cette manifestation a réuni plusieurs juristes français et italiens mais également belge, roumain et suisse. Comme le souligne Sylvain Soleil dans son introduction, ce colloque avait interrogé « l'histoire du droit pour y chercher d'éventuelles traces de recours à un fonds juridique commun en contexte de nationalismes juridiques » (p. 18). L'hypothèse centrale qui guide cette entreprise ouvre une voie historiographique inédite : phénomène massif et visible au XIXe siècle, l'éveil des nationalismes et son corolaire, le nationalisme juridique, ne doivent pas occulter un vaste phénomène, moins bien repéré, de comparaisons et de mimétismes qui affecte alors les mondes politico-administratifs et ceux du droit. Un tel processus de transferts et d'échanges institutionnels et juridiques entre les nations européennes conduirait à la constitution d'un « fonds juridiques commun » qui aurait fait le lit de la future construction communautaire. [Premières lignes]

Publication date 2008-03
AUDREN Frédéric
2
views

0
downloads

in Les Etudes sociales Publication date 2005
AUDREN Frédéric
0
views

0
downloads

in Revue trimestrielle de droit civil Publication date 2013-12
55
views

55
downloads
Qui est ce mystérieux Jean Cruet, auteur d'un ouvrage retentissant, publié en 1908 chez Ernest Flammarion, intitulé La vie du droit ou l'impuissance des lois, retiré à trois reprises jusqu'en 1920 et traduit en portugais ? Jean Carbonnier lui consacre quelques lignes, dans sa Sociologie juridique. Dans le premier tome de sa Critique de la raison juridique, André-Jean Arnaud fait de Cruet l'un des premiers promoteurs d'une sociologie juridique autonome. Plus récemment, Pascale Deumier a attiré l'attention sur la conception du « droit spontané » du juriste. [Premières lignes]

in Les Etudes sociales Sous la direction de AUDREN Frédéric Publication date 2005
2
views

0
downloads

Next