Type
Article
Title
Zone euro : croissance sous contraintes : Perspectives 2010-2011 pour l’économie européenne
In
Revue de l'OFCE
Number
113
Pages
123 - 140 p.
ISSN
12659576
DOI
10.3917/reof.113.0123
Keywords
Prévisions macroéconomiques européennes, Zone euro, PIB
Abstract
FR
Après deux trimestres consécutifs de croissance positive en 2009, la zone euro est techniquement sortie de la récession, même si, sur l’ensemble de l’année, le PIB est en recul de 4 %. Ce retour de la croissance fut principalement initié par le commerce extérieur – notamment en Allemagne et aux Pays-Bas – et par la contribution des stocks (en France et en Italie) tandis que la demande intérieure peine à retrouver un dynamisme en raison d’une consommation atone et d’un ajustement de l’investissement qui n’est toujours pas terminé. Tous les pays n’ont cependant pas repris le chemin de la croissance puisque l’Espagne et l’Irlande étaient encore en récession fin 2009. En outre, les difficultés budgétaires rencontrées par la Grèce pourraient plonger la zone euro dans une nouvelle crise, sans doute plus institutionnelle que politique. Enfin, la croissance du PIB est encore insuffisante pour entraîner une amélioration de l’emploi, d’autant que les entreprises en profitent essentiellement pour redresser leur productivité qui avait fortement baissé – sauf en Espagne – au plus fort de la crise. De fait, le taux de chômage a crû de 0,6 point au cours du deuxième semestre 2009 pour atteindre 9,9 %. La stabilisation prendrait encore quelques trimestres et en 2011, le taux de chômage toucherait encore 10,3 % de la population active. Bien que modéré, le retour de la croissance se confirmerait mais l’investissement productif tarderait à redémarrer du fait de capacités de production excédentaires tandis que la consommation serait entravée par les mauvaises perspectives d’emploi. Surtout, la croissance serait contrainte par l’ajustement budgétaire qui s’annonce dès 2010 dans certains pays – notamment en Espagne – et surtout en 2011 pour l’ensemble de la zone. Le PIB progresserait alors de 0,9 % en 2010 et de 1,6 % en 2011, principalement grâce aux contributions positives des stocks et du commerce extérieur.

BIBLIOGRAPHIC QUOTE
EXPORT