Coauthor
  • BALZACQ Thierry (1)
  • TAKAM TALOM Renaud (1)
Document Type
  • Article (1)
  • Part or chapter of a book (1)
  • Web site contribution (1)
in Manuel de diplomatie Publication date 2018-08-16
TAKAM TALOM Renaud
16
views

0
downloads
Diplomatie sub-étatique : définition, trajectoire et instruments Qu’est-ce que la diplomatie sub-étatique ? Diplomatie sub-étatique, paradiplomatie et protodiplomatie Diplomatie sub-étatique, diplomatie parallèle et diplomatie à paliers multiples Diplomatie sub-étatique : trajectoire historique et principaux catalyseurs Diplomatie sub-étatique et diplomatie classique : entre complémentarité, rivalité et résilience Entre rupture et conflit Résilience et coopération Les diplomaties sub-étatiques : une diversité d’acteurs et d’instruments La diplomatie des régions Principaux acteurs et intensité de la diplomatie des régions Les instruments La diplomatie parlementaire des régions Les canaux bilatéraux (groupes d’amitié, visites, rencontres) Les canaux multilatéraux La diplomatie des collectivités locales

Dans un texte publié en 1908 et intitulé Secret et sociétés secrètes, le sociologue allemand Georg Simmel met en évidence un double aspect des interactions sociales : d’un côté, celles-ci nécessitent toujours un savoir sur autrui, d’un autre côté, ce savoir est condamné à être imparfait. La relation que nous avons avec autrui est fonction de l’image que nous nous faisons de lui, reconstituée à partir de nos perceptions et des informations qu’il a bien voulu nous transmettre. Mais cette image ne peut jamais être parfaitement conforme à la réalité. Selon Simmel, cette imperfection, ce « non-savoir », permet à l’interaction de fonctionner. Le secret, l’ambiguïté, le mensonge, même s’ils peuvent être négatifs d’un point de vue moral, sont donc sociologiquement positifs en ce qu’ils sont indispensables au fonctionnement des interactions sociales...

This article develops an ‘economy of secrecy’ as a framework to understand how secrecy regulates interstate relations and to explicate why states react differently to breaches of secrecy. Drawing upon Simmel, the article argues that secrecy shapes interstate relations by tuning the ratio of ‘knowledge’ and ‘ignorance’. Furthermore, while the economy of secrecy acknowledges the existence of many types of secret, it emphasises their common underlying mechanisms, namely: secrecy as a field of power, secrecy as a field of performance, and secrecy as a normative terrain. Finally, the economy of secrecy is agnostic with regard to the moral character of promoting secrecy. In order to substantiate the argument, the article examines three recent iterations of how secrecy has disrupted EU‒US relations: extraordinary renditions, WikiLeaks, and Snowden’s revelations. In addition to showcasing how the economy of secrecy operates, these examples contribute to our understanding of how secrecy affects information flow and dissemination in world politics.