Type
Article
Titre
À propos du succès des droites populistes et extrêmes en Europe : Eléments pour une analyse systémique
Dans
Politeia. Les cahiers de l’Association française des auditeurs de l’Académie internationale de droit constitutionnel
Auteur(s)
Volume
Souverainisme, nationalisme, Régionalisme (2)
Numéro
n°7, printemps
Pages
293 - 306 p.
ISSN
16286782
Mots clés
extrême droite, souverainisme, Europe, vote, partis, populisme, anti-système
Résumé
FR
La compréhension du phénomène de consolidation électorale des droites populistes et extrêmes invite à considérer les processus globaux d'évolution et de transformation des systèmes de partis ouest-européens depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'altération de la légitimité, du statut et rôle des grands acteurs partisans historiques, principaux protagonistes et véritables colonnes vertébrales de ces systèmes. Plus fondamentalement encore, il s'agit d'examiner les mécanismes au travers desquels l'offre programmatique et l'univers idéologique des mouvements populistes et radicaux se sont progressivement trouvés en situation d'adéquation forte avec certains des espoirs, insatisfactions, attentes ou craintes de segments électoraux qui, pour partie, demeuraient traditionnellement – pour ne pas dire ataviquement – étrangers et hostiles au prototype sociétal fermé, exclusif et autoritaire porté depuis toujours par la droite national-populiste. À ce titre, deux dimensions apparaissent fondamentales et illustrent cette rencontre, dont on verra qu'elle a pu parfois être fortuite, entre un certain nombre d'éléments objectifs de crise des systèmes partisans et la vision du monde propagée par les leaders populistes et extrémistes : la critique virulente de la classe politique enfermant partis de gauche et droite dans une même responsabilité face à l'échec, schème central du nationalisme populiste belliqueux depuis les origines, a incontestablement rencontré un écho favorable dans une partie des électorats européens désillusionnés, en rupture avec la social-démocratie ou le conservatisme chrétien-démocrate, face à l'essoufflement des types traditionnels de partage du pouvoir ; le concept de « préférence nationale », pierre angulaire du projet ethnocentriste autoritaire utopique des droites radicales et populistes en matière économique et sociale, s'est vu réapproprié par un électorat populaire pour composer progressivement l'armature d'un véritable pacte alternatif de solidarité nationale et de partage redistributif de la richesse, auquel a souscrit un contingent significatif d'électeurs issus des milieux les plus défavorisés contribuant en retour à élargir la base électorale de partis jusqu'alors bornés à la droite de l'axe politique.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT