Co-auteur
  • FAOUR Ghaleb (11)
  • ROCHER Laurence (5)
  • HAMZÉ Mouin (3)
  • BALANCHE Fabrice (3)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (37)
  • Partie ou chapitre de livre (27)
  • Communication non publiée (25)
  • Contribution à un site web (11)
  • Voir plus
in M@ppemonde Publié en 2005
FAOUR Ghaleb
HADDAD Theodora
VELUT Sébastien
2
vues

0
téléchargements
Dans un contexte de pénurie statistique, cet article propose de mesurer la croissance de l'agglomération de Beyrouth dans les années 1963, 1987, 1994, 1998 et 2003, sur la base de critères morphologiques. L'étendue de l'agglomération augmente fortement et de manière linéaire. La période de la reconstruction après la guerre civile se distingue par un pic d'urbanisation, alors que la période de la guerre, malgré les bouleversements politiques, ne donne pas lieu à des évolutions aussi brutales.

Metropolitan authorities and local business elites are often seen as major players in the energy transition in the city. Such energy transitions are mostly conceived of as low carbon technologies, which permit the retrofitting of urban infrastructure and the rebundling of metabolic circuits. This article contests these views by highlighting the major role of non-urban energy sector institutions and actors. By examining the connections between technology, space and energy politics , and by using a relational understanding of the urban, this article explores the case of Amman's energy transition. The growth of consumption coupled with new energy practices face a problematic supply because shifts in regional geopolitics prompted energy transition policies, among which are included a green growth program and the building of a nuclear power plant at the edge of the city. The article analyses the socio-political assemblages that shape those policies and unravel the competing interests at stake. It demonstrates the political and highly unruly nature of energy transitions.

in Atlas du Liban. Les nouveaux défis Sous la direction de VERDEIL Eric Publié en 2018-12
FARAH Jihad
15
vues

0
téléchargements
La crise du ramassage et de l’élimination des déchets dans le Grand Beyrouth, durant l’été 2015, et les mobilisations populaires qu’elle a suscitées, sont un symbole supplémentaire de la faillite de l’État à gérer les services publics de manière efficace mais aussi un révélateur d’inégalités territoriales. Si le secteur des déchets pose de nombreux problèmes partout au Liban, les collectivités locales s’en emparent de manière inégale et parfois plus satisfaisante que dans la capitale.

in Atlas du Liban. Les nouveaux défis Sous la direction de VERDEIL Eric Publié en 2018-12
BALANCHE Fabrice
5
vues

0
téléchargements
Après quinze années (1991-2005) relativement pacifiques, consacrées à la reconstruction économique à l’ombre de la tutelle syrienne, le pays entre dans un nouveau cycle de violence. Les milices et les groupes armés réapparaissent au grand jour dans certains territoires qu’ils contrôlent et l’armée libanaise, sur la brèche, peine à s’interposer efficacement tout en restant le dernier symbole de l’unité nationale.

in Energy transitions: A Socio-Technical Inquiry Publié en 2018-06
LABUSSIÈRES Olivier, Sciences Po Grenoble, Politiques Publiques, Action Politique, Territoires
BANOS Vincent
FONTAINE Antoine, Sciences Po Grenoble, Politiques Publiques, Action Politique, Territoires
DEHEZ Jeoffrey
ROCHER Laurence
TABOURDEAU Antoine, Sciences Po Grenoble, Politiques Publiques, Action Politique, Territoires
27
vues

0
téléchargements
This chapter explores the role of spatiality and how it is constructed in energy transition processes. Space is part of different operations for channelling, assessing and controlling material flows to turn them into energy resources and ensure a predictable production. The chapter proposes the idea of a ‘politics of volumes’ to describe how an energy volume is calculated, delineated and controlled, how sharing it and living together within it is made possible, and how it is (re-)configured when being connected to a pre-existing large sociotechnical assemblage (such as an electrical grid). These explorations offer new insights about the strategic combinations of energy and non-energy volumes, the influence of social and spatial heritage in the making of energy volumes, and the power relationships at work.

in Hybridelec Publié en 2018-12
GIRARD Bérénice
DE BERCEGOL Rémi
ZÉRAH Marie-Hélène
4
vues

0
téléchargements
Le projet de recherche Hybridelec a commencé à explorer le terrain indien, en particulier la ville de Delhi et sa périphérie sud, à l’occasion de visites collectives menées à la suite du séminaire co-organisé par l’AFD, le CPR et le CERI au CPR le 30 octobre dernier (voir compte rendu séparément). Ces visites de terrain (Marie-Hélène Zérah, Bérénice Girard, Rémi de Bercegol, Gowda Shankare, Federico de Lorenzo et Eric Verdeil) ont permis d’identifier cinq configurations socio-techniques et d’observer les formes de production d’électricité et d’accès à cette ressource qui les caractérisent.

in Hybridelec Publié en 2018-12
GIRARD Bérénice
DE BERCEGOL Rémi
ZÉRAH Marie-Hélène
2
vues

0
téléchargements
The Hybridelec research project started to explore the Indian reality, inparticular the city of Delhi and its southern suburb, during group visits which were conducted in the wake of the seminar co-organised by AFD, CPR and CERI on 30 October at CPR (see separate report). These field trips (Marie-Hélène Zérah,Bérénice Girard, Rémi de Bercegol, Gowda Shankare, Federico de Lorenzo, andEric Verdeil) have allowed us to identify five socio-technical setups and observe their typical ways of producing and accessing electricity.

in Flux Sous la direction de GARCIER Romain, ROCHER Laurence, VERDEIL Eric Publié en 2017-09
31
vues

0
téléchargements
Ce dossier de Flux 2017/2 (N° 108) questionne l’émergence de la thématique de la circularité des matières dans les politiques publiques urbaines contemporaines. Les articles ont en commun de porter une attention minutieuse à la matérialité des flux qui traversent et constituent la ville et aux objets sociaux qui la composent. Ils analysent les modalités et les conséquences de leur mise en circulation, ainsi que les régulations et les conflits qui l’accompagnent. Que l’ensemble des articles traite de pratiques et de politiques ancrées dans l’espace de la région de Lyon résulte moins d’une volonté monographique que d’une rencontre en partie fortuite. Mais cela souligne en tout cas l’importance d’une approche toujours attentive aux faits géographiques et aux effets de lieu dans la diversité de leurs échelles. Trois thématiques transversales sont présentes : d’abord, en identifiant de nouvelles ressources, les articles permettent de réfléchir à l’invention et à la construction de nouveaux circuits pour les matières. Ensuite, la régulation de ces circuits implique l’identification de nouveaux acteurs et la mise en place de nouvelles formes de relations avec les producteurs et gestionnaires des matières, formant donc l’espace d’une gouvernance renouvelée. Enfin, si ces circuits se structurent dans un espace qui est celui de la proximité géographique, ils s’inscrivent néanmoins dans une logique relationnelle qui ne cesse de questionner les normes et les échelles. Ce numéro permet ainsi de nuancer et de re-matérialiser les injonctions à faire advenir l’économie circulaire dans les villes.

L'article présente explique la méthode suivie pour établir un SIG à l'échelle des unités administratives élémentaires du Liban, à partir des circonscriptions foncières délimités par le cadastre et en recoupant et complétant ces informations par des enquêtes auprès d'autres administrations. Ce projet est d'abord comparé brièvement, du point de vue du contexte et des méthodes suivies, à d'autres projets du même type. Une analyse thématique concernant l'avancement de la couverture cadastrale est ensuite proposé à titre d'exemple.

5
vues

0
téléchargements
Politique de développement étatique et spécialisations d'ingénieurs. Le cas des urbanistes au Liban Les transformations de l'urbanisme au Liban dans la période d'après-guerre illustrent le cas d'un processus de professionalisation incertaine, pris entre l'affirmation d'origine universitaire d'un nouveau champ de spécialité, et la réalité du marché du travail où cette spécialisation professionelle peine à trouver un espace. Historiquement, l'urbanisme a été un outil essentiel aux mains du pouvoir en vue de la construction nationale sans jamais reposer sur une discipline académique. La mise en place de nouvelles formations depuis les années quatre-vingt-dix doit plus à des logiques universitaires qu'à une demande du marché du travail. Le marché de l'urbanisme apparaît comme une sous-branche du marché des études et consultations en architecture et ingénierie et il en reproduit les grandes évolutions. Il subit les effets de la limitation du rôle et des missions de l'Etat et reflète la part plus grande accordée aux opérateurs privés.

Suivant