Co-auteur
  • FAVAREL-GARRIGUES Gilles (8)
  • JAFFRELOT Christophe (7)
  • KIRMANI Nida (1)
  • BUTON François (1)
Type de Document
  • Partie ou chapitre de livre (19)
  • Article (17)
  • Contribution à un site web (7)
  • Livre (5)
  • Voir plus
in Cogito. Le magazine de la recherche Publié en 2021-06-29
9
vues

0
téléchargements
« Il n’y a pas meilleur cabinet d’avocats que Smith & Wesson, surtout lorsqu’il s’appuie sur un mandat de calibre 12. ». C’est avec cette expression, on ne peut plus imagée, qu’un membre du groupe de vigilantes américains « Posse Comitatus » exprimait, en 1978, le fondement de son engagement. Se faire justice soi-même, en groupe ou en solitaire, tel est le crédo du « vigilantisme » dont le succès ne cesse de croitre à travers les frontières. De quoi s’agit-il ? Quelles sont les origines et formes de ce mouvement ? C’est à ces questions qu’ont cherché à répondre Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer, chercheurs au CERI. Ils publient aujourd’hui les résultats de leur enquête dans Fiers de punir. Le monde des justiciers hors-la-loi (Seuil, 2021). Entretien. Propos recueillis par Miriam Périer, CERI.

in Paroles d'histoire Publié en 2021-06-21
12
vues

0
téléchargements
Entretien avec Laurent Gayer et Gilles Favarel-Garrigues, par André Loez, autour de leur ouvrage "Fiers de punir. Le monde des justiciers hors-la-loi", Paris, Seuil, 2021.

La « chasse aux pédophiles » est une pratique controversée à travers laquelle des amateurs du maintien de l’ordre s’improvisent détectives, agents interpellateurs, voire juges et bourreaux, au nom de la protection de l’enfance. Ce nouveau « vigilantisme », renouvelé par un usage intensif des outils numériques, s’inscrit dans un rapport ambivalent à la loi et dessine la forme moderne prise par la justice expéditive, une justice sans appel.

Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer sont les auteurs de Fiers de punir. Le monde des justiciers hors-la-loi qui paraît aux éditions du Seuil. Ils ont répondu à nos questions sur leur travail et sur leurs recherches respectives qui ont conduit à ce livre écrit à quatre mains. Propos recueillis par Miriam Périer.

155
vues

0
téléchargements
Excédés par le présumé laxisme des tribunaux, les justiciers autoproclamés s'évertuent à punir par eux-mêmes les fauteurs de trouble. Violant la loi pour maintenir l'ordre, ils s'improvisent détectives, juges et bourreaux. Adeptes du lynchage et autres châtiments spectaculaires, ils trouvent un nouveau public sur les réseaux sociaux. Des groupes d'autodéfense du Far West aux chasseurs de pédophiles en Russie contemporaine, les justiciers hors-la-loi sont typiquement des hommes blancs, réactionnaires et xénophobes. Toutefois, mouvements révolutionnaires et défenseurs des dominés ne s'interdisent pas de manier, à leur tour, le fouet et le feu. L'auto-justice compte en outre de fervents zélateurs dans les services répressifs. Et quand policiers et paramilitaires s'affranchissent du cadre légal pour nettoyer la société, ils précipitent l'avènement de l'État justicier.

6
vues

0
téléchargements
Gilles Favarel-Garrigues and Laurent Gayer are the authors of Fiers de punir. Le monde des justiciers hors-la-loi (Proud to Punish. The World of Outlaw Vigilantes), published in May 2021 by the Editions du Seuil. They answer our questions about this work and about their respective research that led them to write this book together. Interview by Miriam Périer.

in Pakistan: Alternative Imag(in)ings of the Nation State Sous la direction de SCHAFLECHNER Jürgen, OESTERHELD Christina, ASIF Ayesha Publié en 2020-09-16
48
vues

0
téléchargements
[Résumé de l'ouvrage] This edited volume combines academic and journalistic writings on Pakistans literature, non-Muslim life-worlds, and popular culture. The book brings together national and international authors from fields of literary studies, anthropology, and cultural studies to critique solidified imaginings of the nation state.

20
vues

0
téléchargements
Situations of internecine warfare have in common to question the transitivity of everyday life—that is, its capacity to be taken for granted, to flow without any need for explication. These wars within the familiar generate specific anxieties about where to look at and what to believe. Events, persons, places, or objects whose status seemed hitherto undeniable become less predictable, while their worth comes into question. As individuals’ ontological security is threatened, the need for new monitoring devices and authentication procedures arises. Drawing on the phenomenology of civil wars and the anthropology of fakes, this contribution proposes to explore one such crisis of evidence: the nexus of political, ethnic, and criminal violence raging in Karachi's inner-city area of Lyari. Through the lens of local journalism, it reflects upon the tactics of social navigation deployed by residents confronted with chronic uncertainty in all sectors of life. Janbaz, the Urdu newspaper examined here, provides an opportunity to move beyond functionalist readings of the press in conflict situations. While insisting upon the pleasure derived by Janbaz’s readers from the sensationalized rendering of Lyari's predicament, we argue that the newspaper is the site of a continuous series of ‘reality tests’ and the focal point of private and collective investigations, pooling knowledge in an increasingly undecipherable environment. More than through its information, it is through its shortcomings that Janbaz has helped to recreate social ties in a world plagued by discord and uncertainty.

in Pakistan. A kaleidoscope of Islam Publié en 2020-03
15
vues

0
téléchargements
In 2008, French scholar Mariam Abou Zahab met with Abdullah Anas, a known Algerian Islamist and veteran of the Afghan Jihad, over dinner on the sidelines of a conference in London. At some point, the conversation turned to Afghanistan, and Abou Zahab - who was conversing with him in Arabic - mentioned how dear the country was to her heart. Ana's interest was piqued, and he asked her if she had travelled to the war-torn country during the 1980s. She replied that she had indeed spent a considerable amount of time there. "But what were you doing in Afghanistan? Were you a journalist?" asked Anas, only to see his interlocutor shake her head in denial. A few more questions followed as he tried to probe this enigmatic French woman further. Was she an aid worker there, or a scholar? he asked. She was visibly amsed and continued to answer in the negative. "So, what were you doing in Afghanistan?", Anas asked in desperation. "Jihad" replied Abou Zahab with a smile...

in La Vie des Idées Publié en 2020-02-10
10
vues

0
téléchargements
Recension de l'ouvrage "Le vertige de l’émeute. De la Zad aux Gilets jaunes" de Romain Huët (PUF, 2019) -- Pour Romain Huët, le vertige ressenti au cœur de l’émeute provoquerait un plaisir indicible en laissant entrevoir une autre forme de vie possible, plus solidaire. Mais la proposition fait peu de cas des règles de la méthode sociologique.

Suivant