Co-auteur
  • JAFFRELOT Christophe (7)
  • FAVAREL-GARRIGUES Gilles (2)
  • BUTON François (1)
Type de Document
  • Article (15)
  • Partie ou chapitre de livre (15)
  • Livre (4)
  • Numéro de périodique (3)
  • Voir plus
0
vues

0
téléchargements
Plan de l'article : L'Inde face aux crises régionales : triomphe du pragmatisme ou incohérence stratégique ? - Un limes instable : l'Inde et ses frontières - Des contentieux frontaliers persistants Entre ouverture et clôture des frontières Beaucoup de bruit pour rien ? L'Inde face aux évolutions récentes du processus de construction régionale Le bilan nuancé de la diplomatie officieuse - L'influence limitée d'un mouvement pacifiste bigarré - Les succès discrets de la « track II diplomacy » Conclusion

17
vues

0
téléchargements
Le nombre de victimes de guerres civiles, guérillas ou répressions militaires ne cesse d'augmenter dans le sous-continent indien, malgré l’absence de guerres interétatiques depuis dix ans. Ces conflits impliquent des milices au style paramilitaire, dont cet ouvrage dévoile l’idéologie, la sociologie et les stratégies. Très influentes en Inde et au Népal, les organisations maoïstes se disent révolutionnaires. Mais le peuple qu’elles aspirent à libérer se compose souvent de basses castes et de tribus, si bien que leur guérilla apparaît plus ethnique qu’universaliste. Elles rejoignent en cela les mouvements d’émancipation nationale dont la vocation est d’obtenir l’indépendance politique de communautés linguistiques, religieuses ou tribales. Mais, au Sri Lanka, au Cachemire ou en Birmanie, ces groupes sont aussi des mouvements d’oppression nationale. C’est encore le cas des mouvements nationalistes ou religieux en Inde, au Pakistan et au Bangladesh, où les milices islamistes, nationalistes hindoues ou sikhes exercent un contrôle brutal sur leur communauté au moyen d’une véritable police culturelle. Milices et États entretiennent des relations complexes. Parfois en passe de devenir de véritables États dans l’État, les milices sont également instrumentalisées par les puissances publiques pour relayer leur autorité au niveau local.

in Milices armées d'Asie du Sud Sous la direction de GAYER Laurent, JAFFRELOT Christophe, GAYER Laurent, JAFFRELOT Christophe Publié en 2008
0
vues

0
téléchargements
[Résumé du volume] Le nombre de victimes de guerres civiles, guérillas ou répressions militaires ne cesse d'augmenter dans le sous-continent indien, malgré l’absence de guerres inter-étatiques depuis dix ans. Ces conflits impliquent des milices au style paramilitaire, dont cet ouvrage dévoile l’idéologie, la sociologie et les stratégies. Très influentes en Inde et au Népal, les organisations maoïstes se disent révolutionnaires. Mais le peuple qu’elles aspirent à libérer se compose souvent de basses castes et de tribus, si bien que leur guérilla apparaît plus ethnique qu’universaliste. Elles rejoignent en cela les mouvements d’émancipation nationale dont la vocation est d’obtenir l’indépendance politique de communautés linguistiques, religieuses ou tribales. Mais, au Sri Lanka, au Cachemire ou en Birmanie, ces groupes sont aussi des mouvements d’oppression nationale. C’est encore le cas des mouvements nationalistes ou religieux en Inde, au Pakistan et au Bangladesh, où les milices islamistes, nationalistes hindoues ou sikhes exercent un contrôle brutal sur leur communauté au moyen d’une véritable police culturelle. Milices et États entretiennent des relations complexes. Parfois en passe de devenir de véritables États dans l’État, les milices sont également instrumentalisées par les puissances publiques pour relayer leur autorité au niveau local.

in Muslims in Indian cities: trajectories of marginalisation Sous la direction de GAYER Laurent, JAFFRELOT Christophe, GAYER Laurent, JAFFRELOT Christophe Publié en 2012-04
2
vues

0
téléchargements
Indian Muslims are a peculiar minority. First by their sheer number: with 13.4% of the total Indian population according to the 2001 Census, they are more than 138 million, making India the third largest Muslim country in the world (slightly behind Pakistan) - and the 2011 Census should give a much higher figure, around 170 million. Beyond their demographic weight, the Muslims of India stand out among the country's minorities for their troubled legacy. The lost children of India's Partition, Indian Muslims bear the stigma of the past...

Si le Panth sikh a connu ses premiers martyrs dès le XVIIe siècle, ce n’est qu’au XIXe que le mouvement de réforme socio-religieuse des Singh Sabhas a formalisé un idiome du martyre sikh, édictant les (bonnes) manières de pratiquer et d’évoquer la mort volontaire dans le sikhisme. Ces codes pragmatiques et discursifs ont été appropriés par les mouvements révolutionnaires sikhs (tels que le Ghadr, au début du XXe siècle) et surtout par le mouvement sécessionniste pour le Khalistan. Chez les Khalistanis, le martyre présente une profonde ambiguïté, puisque le désir de mort des combattants sikhs à longtemps constitué un obstacle à l’adoption d’une stratégie insurrectionnelle cohérente par les leaders des groupes armés. Lors de la commémoration de la lutte armée, en particulier sur l’Internet, ces suicides anomiques à peine voilés ont été reconstruits par les entrepreneurs identitaires sikhs comme des sacrifices offerts à la nation, dépouillés de leur dimension profondément individualiste.

in Alternatives internationales Publié en 2006
3
vues

0
téléchargements
Après avoir refusé l'arme nucléaire au nom du pacifisme, Delhi réalise des essais en 1974, puis en 1998, car il veut entrer dans le club des grands.Pari en partie réussi, l'après-11 septembre lui donnant un intérêt stratégique décisif.

A la différence d’autres métropoles indiennes au passé plus ancien (Delhi, Hyderabad, Ahmedabad...), la ville moderne de Bombay est une création du pouvoir colonial, portugais puis britannique. C’est ici que la Compagnie des Indes orientales, initialement basée à Surat, relocalise son quartier général à la fin du xviie siècle. Au cours des décennies suivantes, Bombay devient la tête de pont de cette entreprise mercantiliste, attirant dans son sillage des migrants venus de tout l’ouest de l’Inde, qui ne sont pas nécessairement issus de communautés marchandes mais qui sous le patronage du colonisateur se forgent rapidement une solide réputation de commerçants, à l’instar des Parsis zoroastriens. L’industrialisation de la ville, à partir de 1850, va encore renforcer l’effet d’attraction de cette économie urbaine florissante sur son hinterland rural. Dans la seconde moitié du xixe siècle, Bombay devient ainsi l’une des premières villes ouvrières de l’Inde, ses usines textiles employant à elles seules 73 000 travailleurs à la fin du siècle (sur une population totale de 821 764 personnes en 1891, contre seulement 221 550 en 1814). Les besoins en main-d’œuvre des industries naissantes sont pourtant en décalage avec les capacités d’hébergement, ce hiatus donnant naissance à un problème du logement lancinant, qui perdure aujourd’hui. La question du logement populaire n’en a pas moins été longtemps négligée par les historiens de la ville, le récent urban turn des études indiennes (jusqu’alors dominées par les travaux sur l’Inde rurale) n’ayant à cet égard guère changé la donne. C’est là la première originalité de l’ouvrage de Vanessa Caru, qui outre son sujet se singularise par ses ambitions théoriques et méthodologiques. À travers un siècle d’histoire des politiques du logement ouvrier à Bombay, l’auteure apporte un nouvel éclairage sur les mécanismes de la domination coloniale, qui tout en faisant écho aux travaux de l’école subalterniste s’en singularise sur plusieurs points, notamment dans son rapport aux sources et dans sa conceptualisation de l’architecture, au sens propre comme figuré, de la domination coloniale. Car si cette domination s’exerce et se reproduit ici à travers une véritable politique urbaine, dont les contours se précisent à partir de la fin du xixe siècle, c’est aussi dans la matérialité du bâti - les matériaux de construction, la taille des fenêtres, l’emplacement des points d’eau, les systèmes d’évacuation des eaux usées et des ordures ménagères... - que se jouent les relations triangulaires entre l’État colonial, les élites indigènes et les castes et classes subalternes d’une Inde urbaine en plein mouvement. Bien que sous des modalités très différentes de celles du pays bamiléké étudié par Dominique Malaquais, l’environnement bâti fonctionne ici aussi comme un appareil de domination à part entière, dont l’analyse ouvre la voie à une compréhension des chemins toujours sinueux de la dissidence [Premier paragraphe]

in Revolution in Nepal: An Anthropological and Historical Approach to the People's War Publié en 2013-09-05
5
vues

0
téléchargements
Gender diversity was defended by feminine cadres of the Maoist movement in the name of ‘martial feminism’, claiming equal access to war for men and women. They also promoted a right to love, which challenged matrimonial customs. At the same time, however, they shared the concerns of their male comrades about the potentially deleterious effects of romance and sexuality on political commitment. To address the problem of ‘physical relations’ within the People’s Liberation Army, the Maoist thus developed a ‘scientific method’ and a repressive apparatus aimed at punishing ‘deviant’ practices. This chapter focuses on this hetero-normative ‘scientific method’, summed up by the Maoist formula ‘love-marriage-sex’. Drawing upon printed material and interviews, it argues that the Maoist army can be described as a ‘greedy institution’, although its ambition to frame and tame the libidinal impulses of its members was often frustrated by the idiosyncratic responses of the latter to party guidelines.

With an official population approaching fifteen million, Karachi is one of the largest cities in the world. It is also the most violent. Since the mid-1980s, it has endured endemic political conflict and criminal violence, which revolve around control of the city and its resources (votes, land and bhatta—‘protection’ money). These struggles for the city have become ethnicised. Karachi, often referred to as a ‘Pakistan in miniature,’ has become increasingly fragmented, socially as well as territorially. Despite this chronic state of urban political warfare, Karachi is the cornerstone of the economy of Pakistan. Gayer’s book is an attempt to elucidate this conundrum. Against journalistic accounts describing Karachi as chaotic and ungovernable, he argues that there is indeed order of a kind in the city’s permanent civil war. Far from being entropic, Karachi’s polity is predicated upon organisational, interpretative and pragmatic routines that have made violence ‘manageable’ for its populations. Whether such ‘ordered disorder’ is viable in the long term remains to be seen, but for now Karachi works despite—and sometimes through—violence. (Publisher's abstract)

25
vues

0
téléchargements
Peu connu en France, où ses ouvrages attendent toujours d’être traduits, Michael Taussig est l’une des figures les plus influentes – et les plus controversées – de l’anthropologie anglo-saxonne. Cet Australien établi aux États-Unis (il enseigne à Columbia University) s’est fait connaître par son ouvrage sur les récits de pactes diaboliques circulant parmi les travailleurs colombiens de la canne à sucre, qu’il compare au culte du Tío, le « seigneur du monde souterrain », chez les mineurs boliviens (...).

Suivant