Type
Working paper
Titre
L’acceptation de l’homosexualité et de l’adoption par les couples homosexuels à six mois de l’élection présidentielle de 2012
Dans
Note TriElec
Éditeur
Paris : Sciences Po - Institut d'études politiques de Paris
Collection
Note TriElec
Résumé
FR
Premières lignes : L’acceptation croissante de l’homosexualité et, dans une moindre mesure de l’homoparentalité, sont révélatrices de l’évolution des valeurs dans les sociétés démocratiques. Ronald Inglehart[1] met ainsi en évidence la transformation des systèmes de valeurs des citoyens des démocraties occidentales. Cela constituerait une « révolution silencieuse »[2] marquée par le passage de valeurs matérialistes à des valeurs post-matérialistes. Ces évolutions possèdent des conséquences politiques dans la mesure où le post-matérialisme est vecteur de nouveaux clivages sociopolitiques. Si l’homoparentalité est apparue comme un enjeu lors des élections présidentielles de 2007, aucune avancée législative concernant la reconnaissance des droits des couples homosexuels n’a été observée en France depuis le PaCS en 1999. Or, la mobilisation, notamment associative, sur ces enjeux reste importante, en témoigne le mot d’ordre de la dernière marche des fiertés LGBT en 2011 : « Pour l’égalité : en 2011 je marche, en 2012 je vote ». Nous nous attacherons, dans le contexte pré-électoral, à étudier, au-delà de l’acceptation croissante des enjeux associés à l’homosexualité et à l’homoparentalité, la persistance des dynamiques sociales et politiques permettant de comprendre les différents niveaux d’acceptation de l’homosexualité comme manière de vivre sa vie et du droit d’adopter pour les couples homosexuels.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT