Coauthor
  • VENTURINI Tommaso (14)
  • OOGHE Benjamin (12)
  • GIRARD Paul (10)
  • PLIQUE Guillaume (5)
  • Show more
Document Type
  • Conference contribution (9)
  • Article (7)
  • Web site (6)
  • Report (4)
  • Show more
Publication date 2006
JACOMY Mathieu
1
views

0
downloads

Publication date 2011-07
DIMINESCU Dana
BOURGEOIS Mehdi
RENAULT Matthieu
3
views

0
downloads

in Information and Communication Technologies Publication date 2006
PFAËNDER Fabien
JACOMY Mathieu
FOUETILLOU Guillaume
0
views

0
downloads
This paper presents two different perspectives of the web: a global one that corresponds to the classical approach of search engines and a the local one that we propose as an alternative approach. The search engines perform their indexation operation on the whole web in an automatic way and display their results according to it by proposing a perfectible visualization. We will review the usability of these visualizations while examining the way search engines build their hierarchies. That leads us to reconsider the notion of context and the way models of the web influence our vision of it to finally propose a new model strongly related to its perception through alternative visualizations.

in Le Monde Publication date 2012-02-03
OOGHE Benjamin
LAROUSSERIE David
3
views

0
downloads

20
views

20
downloads
Le développement des technologies numériques engendre une longue et profonde mutation de notre rapport à la connaissance. Quelle que soit l’étiquette utilisée pour désigner ce phénomène, de nombreuses personnes s’interrogent sur les évolutions de nos pratiques académiques (Lazer et al 2009, Ollion & Bollaert 2016). Explorer les parties pour construire les touts Latour et al avancent en 2012 que de nouvelles façons de représenter et surtout de naviguer dans les données permettraient de revenir sur le rapport entre tout et partie, débat aussi vieux que la sociologie elle-même (Latour 2012). D’après ces auteurs, chaque tout n’est qu’une façon particulière de voir les parties, un trait commun qui rassemble. Un trait parmi d’autres. Le tout est une prise tellement utile, tellement signifiante qu’on en oublie qu’il cache une réduction d’une foule de particularités. Or ce tout peut aujourd’hui être décomposé ou plutôt recomposé dynamiquement dans de nouveaux moyens d’exploration des données appelés Datascapes - autrement dit paysages de données. Reprenant ces intentions, nous avons depuis 2012 conçu des outils d’analyse exploratoire de données (Tukey 1977) qui permettent de multiplier les perspectives sur un même objet.

in Réseaux Publication date 2010
DIMINESCU Dana
RENAULT Matthieu
JACOMY Mathieu
D'IRIBARNE Christophe
11
views

11
downloads
Cet article se propose d'engager une réflexion sur le web matrimonial des migrants (WMM) en tant que forme inédite de commerce ethnique posant l'égalité « faire du commerce » = « faire du réseau » (et non plus s'appuyer sur des réseaux ethniques préexistants). Le WMM est fondée sur une économie du profilage singulière puisque dépendante d'une ethnicisation des profils (et donc des utilisateurs): « faire du réseau » = « ethniciser ». Enfin, le WMM implique mobilité et migrations (avec des différences capitales en terme de genre): « faire du réseau » = « naviguer, bouger, migrer ».

A partir du cas du web du livre en France, cet article interroge la notion de zoom dans l’exploration visuelle de réseaux. En soumettant un graphe à des questionnements et traitements successifs, il devient possible de comprendre ce qui apparaît comme une anomalie pour le chercheur, un entrelacement sur le plan visuel de deux communautés pourtant distinctes du point de vue des catégories et de l’algorithme de modularité. En appliquant ces différentes épreuves au graphe apparaît la variété des algorithmes de spatialisation et de clusterisation, les limites des notions de zoom, de découpage et d’exploration des réseaux, toutes métaphores spatiales peu pertinentes. Cette démarche plaide pour des conventions d’exploration qui assurent la robustesse de l’exploitation de ce type de données.

In the last few years, a spirit has been haunting our academic and popular culture — the spirit of networks. Throughout social as well as natural sciences, more and more phenomena have come to be conceived as networks. Telecommunication networks, neural networks, social networks, epigenetic networks, ecological and economic networks , the very fabric of our existence seems to be made of lines and dots. More recently, the interest for graphs overflowed from science to popular culture and images of networks started to appear everywhere. They decorate buildings and objects; they are printed on t-shirts and furniture; they colonize the desktop of our computers and the walls of our airports. Networks have become the emblem of modernity, a way to show and tell our world’s complexity. Our growing fascination for networks is not unjustified. Networks are powerful conceptual tools, encapsulating in a single object multiple affordances for computation (networks as graphs), visualization (networks as maps) and manipulation of data (networks as interfaces).

Cet article reprend une recherche de Luc Boltanski sur les enseignants de l’IEP de Paris. Dans cette recherche, Boltanski s’appuie sur une représentation tabulaire des champs sociaux pour montrer que la classe dominante se caractérise avant tout par sa multipositionnalité, c’est-à-dire par la tendance de ses membres à occuper plusieurs positions dans plusieurs champs. En remplaçant le tableau de Boltanski par un graphe d’individus et d’institutions, nous discuterons les caractéristiques et les avantages d’une sociologie de réseaux hétérogènes.

Next