Type
Article
Titre
'Gender gap à la française' : recomposition ou dépassement ? : L’élection présidentielle 2012
Dans
Revue française de science politique
Éditeur
FR : Presses de Sciences Po
Volume
63
Numéro
2
Pages
225 - 248 p.
ISSN
00352950
DOI
10.3917/rfsp.632.0225
Mots clés
Égalité femmes / hommes, Front National, Vote des électrices
Résumé
FR | EN
Du droit à la contraception en 1965 à la parité en 1995 en passant par l’avortement en 1974, l’élection présidentielle française est le théâtre de débats sur les déclinaisons politiques du principe, constitutionnel depuis 1946, d’égalité de droits entre les sexes. L’élection présidentielle de 2012 se caractérise à la fois par l’intensité de la médiatisation sur ce sujet et par la transversalité des thèmes abordés (égalité salariale, lutte contre les violences, parité…). Après avoir questionné la dimension politique du rapport à l’égalité femmes-hommes dans la campagne présidentielle 2012, il s’agira de se demander si cette élection annonce la fin d’un vote sexué. Les analyses électorales soulignent depuis les années 1980 l’alignement du vote des femmes sur celui des hommes en lien avec la modification de leur statut en termes d’autonomie socio-économique. La réticence des électrices à voter pour le Front national est alors interprétée comme l’expression de différences sociodémographiques (en particulier d’âge et de religion) portant des enjeux de valeur. Nous interrogerons l’actualité et l’évolution du « gender gap à la française » à partir des enquêtes Présidoscopie et post-électorale 2012 du CEVIPOF. Leur analyse nous conduira à expliquer le rapprochement notable du vote des femmes et des hommes pour le Front national par l’attrait exercé par le repositionnement social de ce parti, en particulier sur la population précaire où les femmes sont plus présentes.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT