Type
Communication non publiée
Titre
Au prisme du programme économique du FN : transformation idéologique et position dans l'espace de la compétition partisane
Nom de la conférence
Colloque international « Populisme, démocratie et médias »
Date(s) de la conférence
2012-05-25 / 2012-05-26
Lieu de la conférence
Genève, SUISSE
Mots clés
Front national, Programme économique, Vote, Marine Le Pen, Election présidentielle de 2012
Résumé
FR
Cette communication examine la trajectoire idéologique et le déplacement opéré par le FN dans l’espace de la compétition partisane depuis son irruption sur la scène politique hexagonale au milieu des années 1980, avec un focus spécifique sur la dimension économique. Outre l’intérêt comparatif, ce choix de privilégier comme objet le rapport du populisme à la sphère économique répond à deux objectifs en particulier. En termes définitionnels, tout d’abord, la structuration d’une offre politique de "crise" invite à revisiter certains des modèles établis pour la particularisation de ce groupe pour le moins hétérogène d’acteurs partisans sur la scène internationale. L’espace public européen post-2008 semble voir se dessiner les contours d’une convergence sur l’axe économique, suivant une nouvelle trajectoire compétitive dont les implications mériteront sans aucun doute d’être évaluées tant pour la pérennité des types partisans établis que s’agissant de notre compréhension du potentiel de mobilisation électorale des acteurs populistes. Sous l’angle de la demande, en effet, les succès électoraux et la revitalisation du national-populisme à la française en 2012 commandent également d’interroger les effets possibles induits par le déplacement compétitif du FN sur l’axe économique, la conquête par le parti de territoires demeurés jusqu’alors relativement vierges et sa captation de nouvelles clientèles électorales. D’évaluer, en somme, la contribution du nouvel agenda de crise à la « variance expliquée » du phénomène frontiste. Cette révision programmatique du FN n’est pas, nous le verrons, totalement sans conséquences pour les hypothèses originales formulées quant aux modèles de mobilisation politique constitutifs du phénomène de droite radicale depuis la fin des années 1970.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT