Type de Document
  • Article (1542)
  • Partie ou chapitre de livre (1138)
  • Contribution à un site web (664)
  • Livre (613)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Centre de recherches internationales (5279)
  • Centre de recherches internationales (CERI) (114)
  • Sciences Po (54)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (24)
  • Voir plus
Discipline
  • Science politique (5146)
  • Sociologie (1303)
  • Religions (495)
  • Histoire (356)
  • Voir plus
Langue
  • Français (3764)
  • Anglais (1506)
  • Espagnol (118)
  • Allemand (23)
  • Voir plus
Projet
  • PIAF (20)
  • MAGYC (5)
  • EU LISTCO (4)
  • PLURISPACE (1)
  • Voir plus
in Handbook of Citizenship and Migration Sous la direction de GIUGNI Marco, GRASSO Maria Teresa Publié en 2021-06-16
4
vues

0
téléchargements
[Book abstract] Taking an integrated approach, this unique Handbook places the terms ‘citizenship’ and ‘migration’ on an equal footing, examining how they are related to each other, both conceptually and empirically.

La collection digitale de street art Latino-Américain de l’OPALC est composée de plus de 500 photos prises dans cinq villes : Bogota (Colombie), São Paulo (Brésil), Valparaiso (Chili), Oaxaca (Mexique) et La Havane (Cuba). Elle donne à voir une partie du matériau empirique réuni par Olivier Dabène pour la réalisation de son ouvrage Street Art and Democracy in Latin America (Palgrave 2020).

0
vues

0
téléchargements
Politique africaine is a French journal of African studies, first published in 1981. Published by Karthala, Politique africaine is a multidisciplinary peer review journal centred on the analysis of politics in Africa. Founded as a clear departure from conventional approaches on Africa, it has emerged, in France and abroad, as a reference publication. This year, the journal celebrates 40 years of existence and 162 issues. Interview with Sandrine Perrot, a long-standing member of the journal and Director of the publication. Interview by Miriam Périer. English version by Miriam Périer and Caitlin Gordon Walker

2
vues

0
téléchargements
Politique africaine est une revue multidisciplinaire à comité de lecture centrée sur l’analyse des sociétés africaines publiée depuis 1981 par Karthala. Fondée en rupture nette avec les approches conventionnelles sur l'Afrique, elle s'est imposée, en France et à l'étranger, comme une publication de référence. Cette année, la revue fête ses 40 ans. Entretien avec Sandrine Perrot, membre historique de la revue et actuelle directrice de la publication. Propos recueillis par Miriam Périer

14
vues

0
téléchargements
Luis Martinez answers our questions on the publication of a report entitled “Prospects for Democracy and Human Rights in Algeria” presenting the results of two years of collective work on the issue of democracy and human rights in Algeria. Interview by Miriam Périer.

37
vues

0
téléchargements
Luis Martinez répond à nos questions à l’occasion de la publication du rapport intitulé « Perspectives pour la démocratie et les droits humains en Algérie », fruit de deux années de travail collectif mené entre l’Europe et l’Algérie, autour de la question de la démocratie et des droits humains. Le chercheur répond à nos questions et présente les grandes lignes de cette recherche. Propos recueillis par Miriam Périer.

It is hard to believe, but as of the 5th of June 2021 it has been two years since Fariba Adelkhah, Research Director at the CERI, was arrested in Iran, together with Roland Marchal, CNRS Senior researcher at the CERI. Roland was freed on the 20th of March 2020 following long and complex diplomatic negotiations, and after nine and a half gruelling months of detention. Unfortunately, Fariba is still detained against her will. Although her situation has somewhat improved since she was placed under house arrest in October 2020, she is still deprived the basic right to come and go as she wishes, and thus the right to leave Iran. She is still sentenced to a five-year prison term for “collusion to undermine national security”, a revolting sentence that the academic community at Sciences Po, but also in France and abroad, will continue to fiercely oppose.

Difficile à croire, et pourtant, ce 5 juin, cela fait deux ans que Fariba Adelkhah, directrice de recherche au CERI, a été arrêtée en Iran, en même temps que Roland Marchal, chercheur CNRS au CERI. Ce dernier a été libéré le 20 mars 2020, au terme de tractations diplomatiques longues et complexes, après neuf mois et demi de détention éprouvante. Malheureusement, Fariba demeure retenue contre son gré. Certes, son sort s’est quelque peu amélioré puisqu’elle a été, en octobre 2020, assignée à résidence à son domicile, mais elle ne bénéficie pas de ce droit élémentaire qu’est la liberté d’aller et de venir, de la liberté, donc, de quitter l’Iran. Elle reste condamnée à cinq ans de prison pour « collusion en vue d'attenter à la sûreté nationale », une condamnation révoltante contre laquelle la communauté universitaire de Sciences Po, mais aussi ailleurs, en France comme à l’étranger, continuera de se dresser farouchement.

6
vues

0
téléchargements
Compte rendu de l'ouvrage "Dans la détresse. Une anthropologie de la vulnérabilité", de Michel Naepels, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019.

À plusieurs reprises entre 2004 et 2012, la Côte d’Ivoire a engagé des programmes de « Désarmement, Démobilisation et Réintégration » (DDR) de ses combattants, qui se sont officiellement achevés en 2015 avec la fermeture de l’agence chargée du suivi des dossiers. Cependant, six ans plus tard, une partie des démobilisés considèrent toujours ne pas être réintégrés à la société civile et se plaignent de vivre dans des situations de grande précarité. Sur la base d’enquêtes de terrain menées dans différentes villes de la Côte d’Ivoire, nous proposons de suivre le parcours de ces démobilisés durant les cinq années qui ont suivi la fin des programmes. À travers l’analyse de leur quête de reconnaissance, nous interrogeons le rôle des émotions politiques dans la manière dont ces hommes, qui considèrent avoir été délaissés par l’État, se sont construits une identité politique nouvelle dans la Côte d’Ivoire « post-crise ». Nous questionnons également les processus qui concourent à la marginalisation et au déclassement social d’une partie d’entre eux, remettant ainsi en cause les visions normatives et positives des programmes de DDR.

Sous la direction de MARTINEZ Luis, BOSERUP Rasmus Alenius Publié en 2021-06-04
40
vues

0
téléchargements
Le présent compte-rendu résume les principales conclusions tirées de documents de recherche non publiés, abordés lors d'une série de webinaires fermés à l'automne 2020. Les webinaires ont réuni des chercheur-se-s, des défenseur-se-s des droits humains et des organisations de défense des droits humains et de la démocratie travaillant en Algérie. Les séminaires ont été organisés conjointement par EuroMed Droits, Dignity, l'Institut danois des droits de l'homme et la Fondation euro-méditerranéenne de soutien aux défenseur-e-s des droits de l'homme. Le rapport est publié par EuroMed Droits en collaboration avec Dignity, l'Institut danois des droits de l'homme et la Fondation euro-méditerranéenne des droits de l'homme dans le cadre du consortium HRDC financé par le programme de partenariat dano-arabe.

Publié en 2021-06-02 Collection Enquêtes : 7
WOOD Matthew
ANGEY Gabrielle
8
vues

0
téléchargements
Les pratiques religieuses contemporaines, marquées à la fois par l’individualisation, le déclin de l’institution et l’essor de nouvelles «spiritualités», peuvent sembler à première vue évacuer les enjeux de pouvoir et d’autorité, au profit de sociabilités moins contraignantes centrées sur l’émancipation personnelle. En s’appuyant sur des enquêtes ethnographiques dans les milieux du «New Âge» mais aussi dans le contexte du méthodisme londonien, Matthew Wood invite à réexaminer cette question du pouvoir afin de réinscrire pleinement le fait religieux dans son contexte social. Il nous montre que si les formes de l’autorité évoluent, celle-ci ne disparaît pas pour autant. Un ensemble de rapports sociaux de pouvoir structurent toujours la vie religieuse, dont la sociologie doit rendre compte afin d’éclairer les transformations en cours au sein des sociétés néolibérales. Ces réflexions dessinent les contours d’une sociologie des religions plus ouverte sur les débats théoriques qui traversent aujourd’hui les sciences sociales, afin de repenser les relations entre religion, classes sociales, ethnicité et sécularisation.

in Site du CERI Publié en 2021-06-02
6
vues

0
téléchargements
Camille Escudé-Joffres (PhD, Sciences Po) a research associate of the CERI, was awarded the IHEDN prize for her PhD, "Political Cooperation and Regional Integration in the Arctic (1996-2019): Building a Region". A specialist of regional integration in the Arctic, Camille has agreed to answer our questions on her research, past and present. Interview by Miriam Périer.

in Genre et islamophobie. Discriminations, préjugés et représentations en Europe Sous la direction de LÉPINARD Éléonore, SARRASIN Oriane, GIANETTONI Lavinia Publié en 2021-06-02
31
vues

0
téléchargements
De récents travaux sur l’islamophobie proposent de conceptualiser cette dernière comme découlant d’un processus de « racialisation » de l’islam. Il s’agit de comprendre comment la figure socialement construite du « musulman » se voit investie de considérations qui ne sont pas purement religieuses (autrement dit en lien avec les croyances et pratiques de l’islam), mais qui renvoient également à l’immuable, à l’héréditaire et au corporel, au sein d’un rapport de pouvoir inégalitaire.

in Site du CERI Publié en 2021-06-02
4
vues

0
téléchargements
Camille Escudé-Joffres (PhD, Sciences Po) a research associate of the CERI, was awarded the IHEDN prize for her PhD, "Political Cooperation and Regional Integration in the Arctic (1996-2019): Building a Region". A specialist of regional integration in the Arctic, Camille has agreed to answer our questions on her research, past and present. Interview by Miriam Périer.

8
vues

0
téléchargements
[Résumé du dossier] La démocratie libérale , il y a encore peu de temps, semblait être le dernier mot de l’histoire. Aujourd’hui des signaux de crise se manifestent un peu partout dans le monde : France, Royaume-Uni ou encore en Suisse. En même temps, différentes formes de renouveau démocratique apparaissent. Souvent en lien avec les outils numériques, elles visent à rendre la démocratie plus participative. L’engagement citoyen prend de nouvelles formes militantes et associatives. Le gouvernement explore de nouvelles options pour renouveler le modèle démocratique mais est-ce suffisant ?

in Le Monde diplomatique Publié en 2021-06-01
7
vues

0
téléchargements
Jusqu’à début avril, la presse mondiale saluait le tour de force du premier ministre indien et sa « diplomatie du vaccin », apte à contrer la Chine. Aujourd’hui, le Covid-19 fait d’autant plus de ravages que le pays manque de vaccins, de médicaments, d’oxygène. Et, pour la première fois depuis 2014, M. Narendra Modi est en perte de vitesse.

La « chasse aux pédophiles » est une pratique controversée à travers laquelle des amateurs du maintien de l’ordre s’improvisent détectives, agents interpellateurs, voire juges et bourreaux, au nom de la protection de l’enfance. Ce nouveau « vigilantisme », renouvelé par un usage intensif des outils numériques, s’inscrit dans un rapport ambivalent à la loi et dessine la forme moderne prise par la justice expéditive, une justice sans appel.

11
vues

0
téléchargements
[Résumé du dossier] Peu de pays possèdent un pouvoir d’attraction aussi fort que l’Inde, ce pays monde de 3,2 millions de km2. Babel linguistique et chaudron religieux, où la plus grande richesse côtoie la plus grande misère. Devenue, en moins d’une génération, la cinquième puissance économique du monde devant la France, le géant souffre pourtant de nombreux maux : taux de pauvreté toujours très élevé, industrie sous-développée, inégalités criantes, et, depuis peu, fragilisation du système politique tel qu’établit en 1947. Dans ce numéro, Questions internationales aborde les principaux enjeux actuels auxquels fait face l’Inde, qu’ils soient d’ordre économique, politique, diplomatique, militaire ou sociétal. Quels sont les ressorts du hard power and du soft power indien ? Quelles relations l’Inde noue-t-elle avec ses voisins asiatiques ? L’Inde est-elle toujours « la plus grande démocratie du monde », malgré les conflits inter-ethniques toujours plus virulents et la persistance d’inégalités criantes ?

in La Vie des Idées Publié en 2021-05-28
JABLONKA Ivan
3
vues

0
téléchargements
Les massacres de civils, selon Jacques Semelin, obéissent à une « grammaire » conçue comme un processus mental qui conduit à la destruction de groupes humains. Dans cet entretien, l’historien des violences de masse évoque aussi sa cécité et la manière dont celle-ci l’a rendu sensible aux petits gestes qui sauvent des vies.

While Macron has attempted to shape Europe's strategic autonomy in the management of its eastern neighborhood, lack of support from the EU has impeded the success of this policy, as has Russian behavior throughout 2020.

in Site du CERI Publié en 2021-05-26
AWENENGO DALBERTO Séverine
12
vues

0
téléchargements
Présentation de l’ouvrage Identification and Citizenship in Africa. Biometrics, the Documentary State and Bureaucratic Writings of the Self dirigé par Séverine Awenengo Dalberto et Richard Banégas et de la web série.

in Site du CERI Publié en 2021-05-26
AWENENGO DALBERTO Séverine
6
vues

0
téléchargements
In the context of a global biometric turn, the book presented here and in the web series ("Identification and Citizenship in Africa. Biometrics, the Documentary State and Bureaucratic Writings of the Self", edited by Séverine Awenengo Dalberto and Richard Banégas (London, Routledge, 2021) investigates processes of identification in Africa “from below”, asking what this means for the relationship between citizens and the state.

Sous la direction de LEJEUNE Catherine, PAGÈS-EL KAROUI Delphine, SCHMOLL Camille, THIOLLET Hélène Publié en 2021-05-25 Collection IMISCOE Research Series
8
vues

0
téléchargements
This open access book draws a theoretically productive triangle between urban studies, theories of cosmopolitanism, and migration studies in a global context. It provides a unique, encompassing and situated view on the various relations between cosmopolitanism and urbanity in the contemporary world. Drawing on a variety of cities in Latin America, Europe, Asia, Africa and North America, it overcomes the Eurocentric bias that has marked debate on cosmopolitanism from its inception. The contributions highlight the crucial role of migrants as actors of urban change and targets of urban policies, thus reconciling empirical and normative approaches to cosmopolitanism. By addressing issues such as cosmopolitanism and urban geographies of power, locations and temporalities of subaltern cosmopolites, political meanings and effects of cosmopolitan practices and discourses in urban contexts, it revisits contemporary debates on superdiversity, urban stratification and local incorporation, and assess the role of migration and mobility in globalization and social change.

in Migration, Urbanity and Cosmopolitanism in a Globalized World Sous la direction de LEJEUNE Catherine, PAGÈS-EL KAROUI Delphine, SCHMOLL Camille, THIOLLET Hélène Publié en 2021-05-25
LIEBER Marylène
8
vues

0
téléchargements
Since 2016, hundreds of Chinese migrants selling sexual services in Paris have been the target of systematic control operations by the police, whose clear objective is to “sweep” prostitution out of some neighbourhoods. In reaction to these measures, a group of Chinese women organized their own collective, The Steel Roses (Les Roses d’Acier) , and asked the local government to better prevent violence against sex workers, rather than fight sex workers themselves. By doing so, they tried to embody political agency, and asked for the local government to include them as part of the “local diversity” and as legitimate city users. In a context of local gentrification, where diversity is presented as an important characteristic of these multicultural neighborhoods, such a mobilization by migrant sex workers underlines the ongoing controversy around the definition of diversity, as well as controversy in terms of who is legitimate to embody urban imaging. This chapter proposes to describe the controversy launched by the Chinese sex workers in some districts of Paris as another case study of the ways political power relations contribute to the definition of what is diversity and who belongs to a city defined in terms of cosmopolitanism.

in Migration, Urbanity and Cosmopolitanism in a Globalized World Sous la direction de LEJEUNE Catherine, PAGÈS-EL KAROUI Delphine, SCHMOLL Camille, THIOLLET Hélène Publié en 2021-05-25
ASSAF Laure
3
vues

0
téléchargements
Mass migration to the Gulf cities has produced, over time, de facto cosmopolitan situations. Even though cosmopolitanism is somewhat present in national narratives and official propaganda, foreign residents face exclusionary contexts where policies and practices keep them excluded from the national community. This chapter unpacks the internal tensions characteristic of cosmopolitanism in the exclusionary contexts of the Gulf by comparing cities in the United Arab Emirates and Saudi Arabia. These tensions operate within migrants’ everyday practices and modes of consumption in urban spaces. We argue that these practices are best understood as a form of segregated cosmopolitanism through which the different migrant communities both acknowledge (and at times consume) urban diversity and maintain certain boundaries. Building upon the analysis of discourses and ethnographic fieldwork in Abu Dhabi, Riyadh and Jeddah, this research engages with theories of cosmopolitanism from a situated perspective. It moves away from the classical, normative approach to cosmopolitanism and highlights the fragility of everyday cosmopolitan situations.

in Migration, Urbanity and Cosmopolitanism in a Globalized World Sous la direction de LEJEUNE Catherine, PAGÈS-EL KAROUI Delphine, SCHMOLL Camille, THIOLLET Hélène Publié en 2021-05-25
LEJEUNE Catherine
PAGÈS-EL KAROUI Delphine
SCHMOLL Camille
9
vues

0
téléchargements
Globalization and migration have generated acute and often contradictory changes: they have increased social diversity while inducing global homogenization; they have sharpened differentiation of spaces and statuses while accelerating and amplifying communication and circulations; they have induced more complex social stratification while enriching individual and collective identities. These changes happen to be strikingly visible in cities. Urban contexts, indeed, offer privileged sites of inquiry to understanding the social dynamics of globalization, informal belonging and local citizenships, transient and multi-layered identities, symbolic orders and exclusionary practices. But cities are also material sites and they create multisensorial scapes that shape experiences of globalization and social change. They operate through multiple scales, connecting horizontal extensions and vertical layers of the city with generic, landmark, interstitial and neglected places. Far from being mere contexts, cities are both changing and being changed by migration and globalization.

in Matériaux pour l'histoire de notre temps Publié en 2021-05-25
15
vues

0
téléchargements
C’est souvent dans l’utopie d’États homogènes que les minorités ont été réduites au silence, persécutées, massacrées. Quelques minorités demeurent encore aujourd’hui privées d’État (Palestiniens, Kurdes), de droits (chrétiens d’Orient), de nationalité (apatrides du Bangladesh et du Myanmar). D’autres ont réussi à se doter d’États (Baltes) mais abritent de fortes minorités au sein de leurs nouveaux États au risque que les équilibres restent instables (cas de la Belgique, du Liban).

Publié en 2021-05-17 Collection ACE Briefing Papers
AL-MASRI Muzna
HRAJLI Hassan
MOAWAD Jamil
ROY Pallavi
MCCULLOCH Neil
4
vues

0
téléchargements
Lebanon’s electricity sector is suffering severe challenges, with increasingly frequent and lengthy blackouts and a serious risk of the collapse of the entire system. The national electricity utility, Electricité du Liban (EDL), was already in a fragile financial situation, but this has been exacerbated by the severe economic crisis the country is experiencing. The confluence of banking, financial, social and health crises has resulted in the erosion of public confidence and a rapid deterioration of basic public services. The shortage of foreign currency means that the utility is unable to obtain equipment and spare parts for maintenance, while fuel supplies are also threatened. These factors compound the operational challenges of both EDL and private diesel generators, pushing citizens to seek alternative solutions. On 4 February 2021, the Issam Fares Institute at the American University of Beirut (AUB), in collaboration 1 The full webinar can be found on this link with The Policy Practice (TPP) and the SOAS Anti- Corruption Evidence (ACE) consortium, hosted a webinar entitled ‘Models for tackling Lebanon’s electricity crisis’. This brought together experts from Lebanon and around the world to explore different strategies to address the country’s electricity challenges: from the decentralised model promoted by concessions such as Électricité de Zahle (EDZ), to the centralised government plan that advocates the expansion of thermal power generation. The discussion also examined the evolving role of renewable energy in both models and its adoption by a number of municipalities. This briefing paper summarises the views of the key speakers and discussants. It draws together the key threads of the discussion – identifying the commonalities and the points of disagreement – and provides some tentative suggestions about the way forward for the sector.

in Identification and Citizenship in Africa. Biometrics, the Documentary State and Bureaucratic Writings of the Self Sous la direction de AWENENGO DALBERTO Séverine, BANEGAS Richard Publié en 2021-05-10
OWACHI Gerald
SNOW William
13
vues

0
téléchargements
Since 2014 in Uganda, 15,000 people defined or self-defined as Maragoli have not obtained a biometric identity card. Having migrated from Kenya in the 1950s, the Maragoli were not included on the constitutional list of so-called indigenous groups. Their quest for citizenship has prompted a ‘self-documentation’ effort, involving the production of an origin narrative, a self-census, the collection of historical archives, and booklets of official correspondence, to document their request for recognition of indigenousness. This contribution examines how identificatory policies in a context of bureaucratization and biometrization of legal identities have had a profound impact on the social fabric, on practices, and on representations of the collective identity, of self and citizenship. Paradoxically, through the materialization of identity technology, people are counted, identified, and categorized, but also negotiate their identity.

  Suivant