Texte intégral
  • Non (3024)
  • Oui (1189)
Type de Document
  • Article (1172)
  • Partie ou chapitre de livre (984)
  • Livre (558)
  • Contribution à un site web (358)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Centre de recherches internationales (4157)
  • Centre de recherches internationales (CERI) (45)
  • Sciences Po (40)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (21)
  • Voir plus
Discipline
  • Science politique (4024)
  • Sociologie (1228)
  • Religions (394)
  • Histoire (285)
  • Voir plus
Langue
  • Français (2993)
  • Anglais (1124)
  • Espagnol (52)
  • Allemand (19)
  • Voir plus
Projet
  • EUMIGPOL (1)
Sous la direction de GUILD Elspeth, BIGO Didier, GIBNEY Mark Publié en 2018-06
19
vues

0
téléchargements
The US led programme of extraordinary rendition created profound challenges for the international system of human rights protection and rule of law. This book examines the efforts of authorities in Europe and the US to re-establish rule of law and respect for human rights through the investigation of the program and its outcomes. The contributions to this volume examine the supranational and national inquiries into the US CIA-led extraordinary rendition and secret detention programme in Europe. The book takes as a starting point two recent and far-reaching developments in delivering accountability and establishing the truth: First, the publication of the executive summary of the US Senate Intelligence Committee (Feinstein) Report, and second, various European Court of Human Rights judgments regarding European Union Member States’ complicity with the CIA and their incompatibility with the European Convention of Human Rights and Fundamental Freedoms (ECHR). The collective volume provides the first stock-taking review of the state of affairs in the quest for accountability in the EU, and identifies significant obstacles to further accountability in a selection of EU member states under investigation. It will be vital reading for students and scholars in a wide range of areas, including international relations, international law, public policy and counter-terrorism studies.

3
vues

0
téléchargements
In the wake of the disclosures surrounding PRISM and other US surveillance programmes, this study makes an assessment of the large-scale surveillance practices by a selection of EU member states: the UK, Sweden, France, Germany and the Netherlands. Given the large-scale nature of surveillance practices at stake, which represent a reconfiguration of traditional intelligence gathering, the study contends that an analysis of European surveillance programmes cannot be reduced to a question of balance between data protection versus national security, but has to be framed in terms of collective freedoms and democracy. It finds that four of the five EU member states selected for in-depth examination are engaging in some form of large-scale interception and surveillance of communication data, and identifies parallels and discrepancies between these programmes and the NSA-run operations. The study argues that these surveillance programmes do not stand outside the realm of EU intervention but can be engaged from an EU law perspective via (i) an understanding of national security in a democratic rule of law framework where fundamental human rights standards and judicial oversight constitute key standards; (ii) the risks presented to the internal security of the Union as a whole as well as the privacy of EU citizens as data owners, and (iii) the potential spillover into the activities and responsibilities of EU agencies. The study then presents a set of policy recommendations to the European Parliament.

in Cultures et conflits Publié en 2003
58
vues

58
téléchargements
Comment analyser et nommer les entreprises qui « vendent de la sécurité », au-delà du gardiennage et de la sécurité de la propriété privée des individus ? 1 Comment comprendre le phénomène de la « privatisation » de certaines fonctions dites régaliennes concernant les activités de police, de renseignement, de contrôle des personnes aux frontières, de vente d'armes, de conseil en stratégie et opérations « anti-subversives », d'accompagnement de convois humanitaires en territoire « hostile », de communication et de coordination des troupes en temps de guerre et in fine de troupes de combat appuyant les troupes ordinaires ? (...).

1
vues

0
téléchargements
Les grands mouvements de contestation qui ont touché quasi-simultanément l'Europe centrale et orientale puis l'URSS, l'Afrique subsaharienne et l'Afrique australe, sont venus s'ajouter à ceux que connaissaient déjà l'Amérique latine, le sous-continent indien et le Maghreb-Machreq. Les années 1989, 1990 et 1991 auront donc été celles de la multiplication à l'échelle mondiale des contestations populaires ouvertes contre des pouvoirs en mal de légitimité.

6
vues

6
téléchargements
L'immigration est lue à travers le prisme de la sécurité par certains hommes politiques, par les polices et certains services sociaux, par nombre de journalistes et une fraction de l'opinion publique. Malgré les critiques fréquentes et argumentées d'une telle perception, malgré l'existence de discours alternatifs, cette lecture continue, très largement, d'être dominante. Pourquoi ? Qu'est ce qui pousse tous ces acteurs à faire un lien entre crime, chômage, terrorisme, fanatisme et migration ? Comment expliquer la force de ce discours ? (...).

in Derrière les grilles. Sortons du tout-évaluation Publié en 2014-02
12
vues

0
téléchargements
Résumé de l'ouvrage : Instrument indispensable à toute gouvernance, forgé sur le modèle des pratiques des agences de notation financière, l’évaluation a étendu son empire à tous les domaines, tous les métiers, tous les instants, tout, vraiment tout, de la naissance à la mort. Et elle n’a cessé de prouver, de toutes les manières possibles, son inopérante bêtise et sa dangerosité. Pourtant, elle n’est jamais démentie : elle promet encore plus, si l’on évalue encore… Pour comprendre ce qui ne va plus, ce qui ne doit pas continuer, il faut s’intéresser à l’outil universel de l’évaluation : les grilles. Nous, citoyens, administrés, professionnels, étouffons derrière les grilles. Il faut coûte que coûte entrer dans les cases. Il faut réduire chacun de nos actes à une série d’items pour qu’ils soient quantifiables, performants. Ce que nous faisons les uns et les autres n’a plus de sens : nous ne reconnaissons plus nos vies dans la représentation du monde ainsi formaté. Les grilles produisent un monde surveillé qui élimine toute inventivité, toute nouveauté, tout espace de liberté. Un monde mort… Ne restons pas plus longtemps enfermés derrière les grilles d’évaluation.

in International Political Sociology. Transversal Lines Publié en 2016-09
12
vues

0
téléchargements
[Book abstract] The first section examines some influences that led to the formation of the project of IPS and how it has opened up avenues of research beyond the limits of an international relations discipline shaped within political science.

in Open Democracy Publié en 2017-04-22
CARRERA Sergio
GUILD Elspeth
19
vues

0
téléchargements
A look at Donald Trump’s 'travel bans' with an eye to the harvesting of personal data, and the EU-US Privacy Shield, now on life support.

29
vues

29
téléchargements
L'Union européenne s’est constituée en entité politique à partir du moment où l’ensemble des dirigeants européens ont admis qu’elle devait être plus qu’un « marché commun ». Le traité de Maastricht signé le 7 février 1992 et entré en vigueur le 1er novembre 1993 a été crucial pour mettre en place une politique de libre circulation des personnes (et pas simplement des travailleurs) et faire advenir une citoyenneté européenne protégeant les Européens dans le monde et leur donnant les mêmes droits dans toute l’Europe lorsqu’ils quittent leur territoire national. Cette politique, menée par la Commission européenne a été constante depuis le rapport Adonnino des années 1990, transformant l’Union européenne en plus grande place d’échange mondial de la circulation des personnes et des services et l’inscrivant tellement dans notre quotidien qu’elle apparaît désormais comme un « fait de vie » allant de soi. Il n’en est pourtant rien. [Premier paragraphe]

1
vues

1
téléchargements
Depuis plusieurs années, nous avons développé la thèse que la coopération policière européenne se faisait en réseaux et à distance. Comme on le signalait dans un article de 19951 on peut décrire « les politiques gouvernementales des pays européens en trois grands volets : le premier vise à bloquer ou dissuader les individus de partir de chez eux et c'est sans doute en ce domaine que les Européens, rattrapant les Américains, ont le plus innové depuis le sommet de Madrid de 1993 consacré aux visas et à la collaboration consulaire, car il s'agit de faire dela police à distance dans les pays d'origine et non d'attendre que les flux arrivent sur place. C'est ce que les euphémismes administratifs appellent une politique de 'prévention' ou 'proactive'. Le second volet vise à filtrer les demandeurs d'asile à la frontière en essayant de dégager le bon grain de l' ivraie, les bons réfugiés (c'est-à-dire ceux qui répondent de manière restrictive à l'application de la convention de Genève) de tous les autres que l'on dénommera faux réfugiés, réfugiés économiques, déboutés du droit d' asile. Le troisième volet vise à refouler, lorsqu'ils y sont déjà, hors du pays et hors d'Europe les candidats malheureux à l'asile (...).

Sous la direction de GUILD Elspeth, BIGO Didier Publié en 2005
10
vues

0
téléchargements
Focusing in particular on the European border, this volume brings together an interdisciplinary group of academics to consider questions of immigration and the free movement of people, linking control within the state to the role of the police and internal security. (From the editor)

in Cultures et conflits Publié en 2004
GUITTET Emmanuel-Pierre
2
vues

0
téléchargements
En discutant l’Irlande du Nord comme l’expérience d’une démocratie au sein de laquelle des hommes politiques ont dérogé au cadre légal de l’Etat de droit au nom d’une situation exceptionnelle de violence, Didier Bigo et Emmanuel-Pierre Guittet présente l’Irlande du Nord comme métaphore pour comprendre la relation entre discours d’exception et pratiques militaires de surveillance et de contrôle qui importent à l’intérieur même du pays un climat de guerre. L’Irlande du Nord n’est-ce pas alors, avant la lettre, l’expérience de la suspicion qui conduit à un élargissement des populations à surveiller, du territoire à quadriller, du temps à anticiper et finalement de la coercition arbitraire (assassinat ou torture)? Si la politique britannique en Irlande du Nord n’est pas la politique américaine après le 11 septembre 2001 à l’échelle globale, elle n’en est pas plus l’origine ou le modèle, mais on peut lire cette politique américaine à travers l’Irlande du Nord comme économie de la suspicion et de la dérogation où la logique de subordination du processus judiciaire national aux impératifs de sécurité entraîne quasi automatiquement ce que l’on nomme, toujours a posteriori, des « dérives ».

2
vues

2
téléchargements
Contiguïté virtuelle et chronopolitique : les nouveaux rapports de voisinage et d'inimitiés Cette transnationalité est d'abord le fait que la technologie des transports et des communications crée une contiguïté virtuelle de tout territoire avec un autre, ce qui a pour conséquence d'entraîner la fin de la géopolitique classique, celle où la géographie était effectivement un déterminant du politique et de la guerre avec ses montagnes, ses îles, ses corridors, ses détroits... En effet, de nouveaux espaces, de nouvelles représentations du monde ont émergé où la contrainte de proximité géographique ne fait plus sens, où les aéroports rendent plus proches les grandes capitales entre elles que les capitales et leurs périphéries. Les solidarités idéologiques ou culturelles ont primé sur le rapport à l'espace. La possibilité d'avoir un écho international grâce à la médiatisation à travers quelques actions symboliques dès qu'elles impliquent les puissances occidentales ainsi que la possibilité de circuler à l'échelle mondiale ou d'interférer, de parasiter cette circulation ont généré de nouvelles stratégies1 (...).

3
vues

3
téléchargements
Comment analyser et nommer les entreprises qui « vendent de la sécurité », au-delà du gardiennage et de la sécurité de la propriété privée des individus ? 1 Comment comprendre le phénomène de la « privatisation » de certaines fonctions dites régaliennes concernant les activités de police, de renseignement, de contrôle des personnes aux frontières, de vente d'armes, de conseil en stratégie et opérations « anti-subversives », d'accompagnement de convois humanitaires en territoire « hostile », de communication et de coordination des troupes en temps de guerre et in fine de troupes de combat appuyant les troupes ordinaires ? (...).

27
vues

0
téléchargements
Cambridge Analytica est une entreprise fondée en 2013 par Alexander Nix (PDG de SCL Group) et Alastair Carmichael MacWillson (spécialiste de la cyber sécurité) sur la base d’une idée qu’ont eu, en 2012, Robert Mercer, gestionnaire de fonds de pensions aux Etats-Unis et Stephen Bannon, président de Breitbart News, considéré comme la plateforme de l’alt-right dans ce même pays, et conseiller du président Donald Trump durant une courte période (janvier-août 2017). Ces acteurs aux parcours divers s’intéressent aux développements du « capitalisme de plateforme » et aux possibilités d’utiliser les données individuelles de particuliers recueillies en masse par des entités comme Facebook et Google pour réaliser des profits en améliorant les techniques de profilage de certains groupes influençables à partir de l’analyse de leurs goûts et de leurs caractéristiques psychologiques et sociales. (Premier paragraphe)

in Cultures et conflits Publié en 2009
2
vues

0
téléchargements

in Cultures et conflits Publié en 2009
3
vues

0
téléchargements

5
vues

5
téléchargements
Quelles sont les conditions dans lesquelles dorénavant ces conflits se développent ? Que se passe-t-il maintenant que l'affrontement Est/Ouest a quasiment disparu et que la bipolarité n'est plus qu'un souvenir ? Telle est la question qui court en filigrane dans les différents articles composant ce numéro.

12
vues

0
téléchargements
La cohérence de ce numéro – construit à partir de divers articles soumis indépendamment à la revue – se trouve dans l’exploration d’un nexus sémantique, organisationnel, technologique et de pratiques quotidiennes qui associe sécurité, contrôle des frontières à distance, détention, immigration et asile (...).

4
vues

4
téléchargements
POURQUOI PROPOSER LE PROJET DE L'IPS ? Modifier le débat tel qu'il est présenté par les internationalistes Le projet de création de l'IPS repose sur l'idée de décentrer le débat constructivisme mainstream theory en en montrant les limites, le caractère souvent américano-centré et en proposant une alternative reposant sur : Une épistémologie spécifique qui se distingue des autres courants des théories de l'international. Un programme de recherche qui s'en inspire et qui croise des recherches contemporaines (...).

in Revista ECO PÓS Publié en 2015-12
BAUMAN Zygmunt
ESTEVES Paulo
GUILD Elspeth
JABRI Vivienne
LYON David
WALKER R.B.J.
4
vues

4
téléchargements
Revelações recentes sobre o PRISM, programa secreto da Agência de Segurança Nacional dos Estados Unidos (NSA), confirmaram a vigilância em larga escala de mensagens eletrônicas e telecomunicações de governos, empresas e cidadãos, inclusive de aliados próximos aos EUA na Europa e na América Latina. As ramificações transnacionais da vigilância pedem a reavaliação das práticas políticas do mundo contemporâneo. O debate não pode se limitar à oposição Estados Unidos e resto do mundo ou vigilância e privacidade; muito mais está em jogo. Este artigo coletivo descreve, brevemente, especificidades da vigilância cibernética em massa, incluindo a combinação de práticas de serviços de inteligência e de empresas privadas ao redor do mundo. Em seguida, investiga o impacto destas práticas em termos de segurança nacional, diplomacia, Direitos Humanos, Democracia, subjetividade e obediência.

in Cultures et conflits Publié en 2009
3
vues

0
téléchargements
Ce numéro est un numéro particulier. C’est en quelque sorte un numéro de transition. Une nouvelle équipe de rédaction se met en place avec les nouvelles responsabilités de Laurent Bonelli comme secrétaire général du centre et l’installation de la revue dans les locaux de Paris-Ouest-Nanterre. L’équipe de rédacteurs associés s’élargit à Christian Olsson et Philippe Bonditti. Blaise Magnin et Karel Yon remplacent Estelle Durand, Aurélie Veyron Churlet et Pauline Vermeren comme équipe de rédaction. Nous sommes ravis qu’ils aient tous deux accepté de nous rejoindre et de mettre leur enthousiasme et leurs compétences dans la revue, au moment où les difficultés financières dues à la politique de différents ministères de ce gouvernement de couper les sources de financement des revues de sciences sociales, en particulier les plus critiques, s’est fait particulièrement sentir, nous obligeant à nous séparer des personnes salariées très professionnelles que nous avions auparavant (...).

8
vues

0
téléchargements
Entretien avec Yves Dezalay ; propos recueillis par Didier Bigo et Antonin Cohen pour le numéro spécial "Élites transnationales".

1
vues

0
téléchargements
One now plays a part in one’s own protection. The institutions can help one to strengthen one’s preparedness. One must not blame them if they fail despite the promise of a maximum-security programme.

3
vues

3
téléchargements
Avant de discuter des jeux politiques entre les divers acteurs que sont la Commission Européenne, les Etats de l'Union, les Etats membres de l'espace Schengen et les individus dans la relation entre eux qui se manifeste par l' obtention d'un visa dit Schengen, et dit uniforme, il est nécessaire de revenir sur l'économie des luttes entre les acteurs depuis 1985, afin d' éviter le récit habituel et ritualisé sur la soi-disant suppression des contrôles aux frontières intérieures, leur renforcement aux frontières extérieures et la création d'une identité européenne diverse mais homogène au sein d'un espace territorial bien défini. Un bilan historique et juridique un tant soit peu critique montre en effet les limites évidentes d' un tel discours (...).

in openDemocracy Publié en 2015-04-01
CARRERA Sergio
HERNANZ Nicholas
SCHERRER Amandine
1
vues

0
téléchargements
EU scrutiny in the field of the use of closed materials in UK courts is of paramount importance for the future of democratic systems of justice, even if it polarises once more the positions for or against Brexit.

1
vues

0
téléchargements
This study assesses the extent to which EU Member States have delivered accountability for their complicity in the US CIA-led extraordinary rendition and secret detention programme and its serious human rights violations. It offers a scoreboard of political inquiries and judicial investigations in supranational and national arenas in relation to Italy, Lithuania, Poland, Romania and the United Kingdom. The study takes as a starting point two recent and far-reaching developments in delivering accountability and establishing the truth: the publication of the executive summary of the US Senate Intelligence Committee (Feinstein) Report and new European Court of Human Rights judgments regarding EU Member States’ complicity with the CIA. The study identifies significant obstacles to further accountability in the five EU Member States under investigation: notably the lack of independent and effective official investigations and the use of the ‘state secrets doctrine’ to prevent disclosure of the facts, evade responsibility and hinder redress to the victims. The study puts forward a set of policy recommendations addressed to the European Parliament for removing these obstacles to effective accountability. This report was commissioned by the Civil Liberties and Justice and Home Affairs (LIBE) Committee of the European Parliament.

Depuis le début des années 1990, un débat a lieu que l'on pourrait qualifier de querelle des Anciens et des Modernes sur le thème de la sécurité. Initié avec la fin de la bipolarité et la disparition de la menace soviétique, il a pris une autre ampleur avec les attentats du 11 septembre 2001 et les suivants. Ce débat touche à la question de la définition de la sécurité, à sa relation à l'Etat et à la place que doivent occuper les militaires quand il s'agit de s'occuper de missions et d'opérations autres que la guerre. Un nombre croissant d’observateurs venant du monde journalistique ou universitaire, de praticiens de terrain, d’institutions locales, nationales, régionales ou internationales, affirment tous que les préoccupations de sécurité intérieure et extérieure, traditionnellement distinctes, sont maintenant en train de converger, voire de fusionner. Ce livre critique l'idée d'une fusion entre guerre et crime via le terrorisme et insiste sur l'apparition d'un champ transnational des guildes professionnelles de l'(in)sécurité mettant en compétition militaires, policiers, gardes frontières et acteurs privés. (Résumé éditeur)

in Cultures et conflits Publié en 1998
19
vues

19
téléchargements
A distance d'une sociographie de l'immigration et d'une approche traditionnelle des études de sécurité, ce numéro se veut une contribution à la sociologie des transformations de l’État et à une réflexion vers les nouvelles modalités de la gouvernementalité. Il n'en est sans doute qu'un premier pas mais il ouvre une voie de recherche reliant les questions fondamentales de sociologie politique et les interrogations des internationalistes sur la sécurité et l'immigration (...).

Suivant