Texte intégral
  • Non (3059)
  • Oui (1193)
Type de Document
  • Article (1175)
  • Partie ou chapitre de livre (998)
  • Livre (561)
  • Contribution à un site web (367)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Centre de recherches internationales (4194)
  • Centre de recherches internationales (CERI) (47)
  • Sciences Po (40)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (21)
  • Voir plus
Discipline
  • Science politique (4062)
  • Sociologie (1234)
  • Religions (402)
  • Histoire (289)
  • Voir plus
Langue
  • Français (3017)
  • Anglais (1138)
  • Espagnol (52)
  • Allemand (19)
  • Voir plus
Projet
  • EUMIGPOL (1)
Sous la direction de COHEN James, DIAMOND Andrew, Centre de recherches internationales Publié en 2012-03
VERVAECKE Philippe
2
vues

0
téléchargements
Aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en France, le début du millénaire a vu se multiplier des discours épurés de toute référence à la catégorie de « race ». La tolérance et la diversité sont désormais les registres dominants que l’on emploie pour parler de questions relevant auparavant de cette dernière. Ainsi, aux États-Unis, l’élection de Barack Obama a donné un puissant élan à ce que Thomas Sugrue nomme le « grand récit de la réconciliation raciale », en dépit de la racialisation évidente des inégalités sociales. De part et d’autre de l’Atlantique, la notion de color-blindness gagne en influence. Elle dissimule une forme de racisme culturel, ou de racisme différentialiste, qui se diffuse dans la sphère publique, et que revendiquent même parfois certains responsables politiques. Cette évolution intervient dans un contexte de remise en cause des modèles nationaux d’intégration et de déclarations catégoriques sur le prétendu échec du multiculturalisme : prises de position dont l’objet est de critiquer des politiques jugées trop différentialistes, tout en pointant du doigt certaines catégories de la population dont l’intégration s’avérerait problématique. Ce volume se propose de mieux comprendre les logiques sociales de racialisation, et leur rapport au politique, dans une perspective comparative et en recourant à différentes disciplines. Il pratique une forme d’« histoire du présent », à la fois empirique et théorisée. Celle-ci est de salubrité publique à l’approche d’échéances électorales cruciales, en Europe comme en Amérique, alors que les problématiques identitaires conservatrices, sinon réactionnaires, effectuent un retour en force dans le débat politique et l’exercice du pouvoir.

in Observatoire international du fait religieux (bulletin n°17 - mars 2018) Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2018-03
FATH Sébastien
1
vues

0
téléchargements
Dans les débats brûlants autour de la succession du Président Joseph Kabila au Congo RDC, l'Eglise catholique apparaît aujourd'hui en première ligne. Le 31 décembre 2017, puis le 21 janvier 2018 et le 25 février 2018, un Comité laïc de coordination a lancé des appels publics pour mobiliser la foule. L'objectif : que la rue contraigne le détenteur du pouvoir à passer la main, conformément à la Constitution. Le mouvement de mobilisation populaire demande que le chef de l’Etat confirme publiquement qu'il ne sera pas candidat à un troisième mandat. Il sollicite également la libération des prisonniers, en respect des accords de la Saint Silvestre, sous l’égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), fin 2016. Le CENCO joue sa crédibilité : il avait en effet obtenu du pouvoir l'organisation d'élections fin 2017, mais, au dernier moment, la commission électorale les a reportées au 23 décembre 2018 pour des raisons officiellement techniques (retard de recensement dans la province centrale du Kasaï), ouvrant la porte aux spéculations sur un maintien au pouvoir du Président Kabila. Après les manifestations du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018, la dernière marche a connu moins de succès, mais a néanmoins été sévèrement réprimée, alors que 85 intellectuels francophones décidaient de lui apporter leur soutien...

in Observatoire international du fait religieux (bulletin n°16 - février 2018) Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2018-02
SIDI MOUSSA Nedjib
1
vues

0
téléchargements
Dans le sillage des mouvements contestataires qui ont surgi avec les " printemps arabes " de 2011, le champ intellectuel français s'est fait l'écho de l'émergence de voix favorables à la sécularisation des pays dont l'islam est la religion d'Etat, notamment à la faveur de la sortie du film documentaire Laïcité, Inch Allah ! réalisé par la Tunisienne Nadia El Fani. A-t-on pu observer une telle dynamique pour l'Algérie ?

in Observatoire international du fait religieux (bulletin n°16 - février 2018) Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2018-02
DE CHAMPCHESNEL Tiphaine
1
vues

0
téléchargements
Le 7 juillet 2017, au siège des Nations-Unies à New-York, 122 Etats ont adopté un traité sur l'interdiction des armes nucléaires (TIAN) après seulement trois semaines de négociations, et sans la participation des Etats principalement concernés. Le résultat est un nouveau traité assez bancal et lacunaire, en particulier sur la question de la vérification de la non-prolifération et du désarmement. Le caractère inabouti de ce traité n'empêche pas ses promoteurs de le considérer comme " historique ". Leur objectif était avant tout qu'un traité soit rapidement conclu pour servir de base à l'établissement d'une norme d'interdiction de l'arme nucléaire et pour conduire in fine à la délégitimation de la dissuasion nucléaire...

15
vues

15
téléchargements
Security issues are only one aspect of the Muslim experience in Europe, but an aspect which receives a disproportionate amount of media attention. The idea that the integration of Muslims is related to security has been vocally articulated after each recent terrorist incident and urban rioting...

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2018-09
KOLAR Pavel
5
vues

0
téléchargements
My aim is to contribute in a modest way to the debate on the significance of the Prague Spring for both Czech and European memory. Particularly, I am interested in the importance of the defeat of the Prague Spring, and of 1968 in general, for the gradual disintegration of the European Left – first in its communist and later in its socialist form. Did the defeat, by allegedly expelling any genuinely democratic socialism in the realm of utopia, contribute to the neoliberal paradigm of the end of ideology? I want to propose the argument that more important than the defeat of 1968 itself was the incapacity of the European Left to come to terms with the defeat. Petr Pithart touched upon this question by reminding us that the way a society or a movement deals with its defeats is of vital significance for the democratic self-understanding in the future...

Pays en pleine transition politique à la suite de la révolution populaire de 2014, le Burkina Faso connaît depuis une dégradation de sa situation sécuritaire dans un contexte marqué par la menace de la mouvance islamiste au nord du pays. Dans ce contexte de bouleversement sociopolitique, des groupes d’autodéfense se désignant comme Koglweogo, « les gardiens de la brousse » font leur apparition au cours de l’année 2015. Le mouvement se diffuse dans une large partie du pays et se fait connaître pour les châtiments violents qu’il inflige aux voleurs et délinquants présumés. Cet article revient sur la genèse de cette galaxie de groupes armés qui s’arrogent des prérogatives sécuritaires au nom du respect de la loi.

in Observatoire international du fait religieux (bulletin n°8 - mai 2017) Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2017-05
0
vues

0
téléchargements
Les djihadistes centrasiatiques ont, comme d’autres avant eux ou pendant la même période, bénéficié de refuges qui leur ont permis de survivre et de se réorganiser face aux régimes qu’ils combattent. On va se concentrer ici sur leurs principales bases de repli : l’Afghanistan et la Syrie...

in Observatoire international du fait religieux (bulletin n°8 - mai 2017) Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2017-05
POUJOL Catherine
1
vues

0
téléchargements
Neuf mois de présence en Asie centrale à la direction de l’Institut Français d’Etudes sur l’Asie Centrale, nous ont permis de lancer plusieurs initiatives : la préparation d’une table ronde sur la perception par les sociétés d’Asie centrale des menaces de radicalisation de type djihadiste (Almaty, 13 avril 2017), la conduite d’une série d’enquêtes parmi deux groupes d’étudiants (au Kazakhstan et au Kirghizstan), des entretiens informels réalisés avec des membres de la société civile au Kirghizstan, au Kazakhstan, au Tadjikistan, et enfin, la rencontre avec plusieurs spécialistes locaux et membres ONG sur ces questions. Nous pouvons désormais présenter quelques éléments d’analyse...

Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2011-12
ARSÈNE Séverine
3
vues

0
téléchargements
Sur les blogs et les forums de discussion chinois, des millions de personnes parlent politique et se mobilisent quotidiennement. Ces internautes s'indignent devant le traitement réservé à des ouvriers migrants, dénoncent des expropriations illégales et vont jusqu'à critiquer la corruption de leurs dirigeants. Le Parti communiste ne peut plus étouffer ces scandales. Néanmoins, il déploie de nombreux efforts pour les canaliser. Le web chinois est devenu un espace public complexe, où de nombreux acteurs luttent pour faire entendre leur voix. Dès lors, il ne s'agit plus seulement de contournement de la censure, mais plutôt de construction d'une audience susceptible d'influencer les autorités. L'ouvrage aborde ces enjeux au travers de nombreux extraits d'entretiens avec des internautes ordinaires. En nous montrant comment les Chinois eux-mêmes conçoivent la place d'Internet dans la société, il constitue un éclairage inédit sur le fonctionnement du régime.

in Observatoire international du fait religieux (bulletin n°17 - mars 2018) Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2018-03
FADIL Mohamed
1
vues

0
téléchargements
Outre la tendance intégrationniste incarnée par le Parti de la justice et du développement (PJD) qui accepte, soutenu par son groupe religieux le Mouvement de l’Unicité et de la Réforme (MUR), d’être une force politique gouvernementale [voir le dernier texte de ce dossier], il existe un autre islamisme opposant. Si ce dernier accepte de contester le régime dans les limites conventionnelles fixées par celui-ci, notamment sans recourir à la violence armée, c’est là sa seule concession au système en place. En effet, aux yeux de la mouvance islamiste dont il est désormais question, le régime politique marocain, même avec sa dimension religieuse, n’est aucunement en mesure de traduire la théorie de l’Etat islamique tel qu’elle s’énonce dans la littérature classique portant sur l’islam politique. Cette tendance est principalement incarnée par Justice et Bienfaisance [Al-adlwal-Ihssane], fondé par Abdessalam Yacine (1928-2012). Le mouvement est un acteur majeur dans toutes les manifestations contestataires qui se tiennent aujourd’hui au Maroc, et s’oppose principalement à la position d’acceptation et de collaboration avec le régime incarnée par le PJD...

Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2011-02
LORENC VALCARCE Federico
8
vues

0
téléchargements
La « sécurité privée » est l’une des formes les plus captivantes du contrôle social à l’époque contemporaine. En Amérique du Nord, en Europe, mais aussi en Afrique, en Asie ou en Amérique latine, se constituent de véritables industries vouées à la satisfaction des besoins de sécurité des entreprises et des personnes. Gardiens en tenue, caméras de vidéo-surveillance, guérites, patrouilles motorisées font de plus en plus partie du paysage de nos villes. Une fraction importante de nos activités quotidiennes se tient dans des espaces privés dont l’ordre est assuré par ce type de dispositifs. Les maisons particulières, les locaux commerciaux et bancaires ont souvent des alarmes antivol reliées à des centres de surveillance privés. Il s’ensuit une mutation de la vie sociale dont on ne peut sous-estimer l’importance et qui révèle la recomposition de l’État dans le contexte du néo-libéralisme. L’auteur analyse ces évolutions dans le cadre de l’Argentine, sur la base d’une enquête de terrain approfondie. Mais sa problématique, rigoureuse et originale, revêt une portée comparative qui renouvelle les études de la libéralisation économique de la sécurité publique. Elle contribue à une meilleure compréhension de la production sociale de l’État, du marché, de la propriété, et aussi de la violence et de la peur.

Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2004-07
KERNEN Antoine
0
vues

0
téléchargements
Le " miracle " chinois suscite des commentaires dithyrambiques ou des inquiétudes en proportion. Mais 1a Chine ne se réduit pas à la croissance vertigineuse de Shanghai ou de Canton. Cette longue enquête de terrain à Shenvang, bastion industriel de l'ancienne économie socialiste, durement éprouvé par le passage 'a l'économie de marché, montre que la " transition chinoise " est faite de contrastes et de complexités. Les entreprises d'État restent au centre des réformes. Elles contribuent au développement du secteur privé tout en amortissant le choc des privatisations. Elles permettent à l'Etat de mettre en place une nouvelle couverture sociale et de renégocier son rôle d'arbitre des conflits du travail. Ces derniers sont légion : retards dans le paiement des salaires, faillites, manifestations ouvrières font partie du lot quotidien. En définitive la longue marche de la Chine vers l'économie de marché, qui a été officiellement instaurée pour cause d'entrée dans l'OMC, ne se ramène pas au désengagement de l'Etat. Celui-ci reste présent au cour d'une économie qui, en fait, demeure " socialiste de marché " en dépit de son nouvel affichage. Accordant une large place aux stratégies et aux représentations des acteurs eux-mêmes, cet ouvrage apporte un éclairage neuf et nuancé sur la nouvelle révolution chinoise, industrielle celle-ci, mais aussi lourde de conséquences sur notre monde que le fut la révolution communiste de 1949.

13
vues

0
téléchargements
Compte rendu de l'ouvrage de Kristian Berg Harpviken and Shahrbanou Tadjbakhsh, A Rock Between Hard Places. Afghanistan as an Arena of Regional Insecurity, London, Hurst & Company, 2016, 208 p.

in Observatoire international du fait religieux (bulletin n°8 - mai 2017) Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2017-05
RAHMANOV Akhmed
0
vues

0
téléchargements
Le 3 avril dernier, un jeune Ouzbek dépose une bombe dans le métro et meurt dans l’explosion, en plein cœur de Saint-Pétersbourg. Peu après, le 7 avril, une autre attaque terroriste frappe le centre de Stockholm. La Suède est sous le choc, n’ayant pas eu à déplorer une attaque terroriste depuis les années 1970. Le pays est par ailleurs réputé sa tolérance...

in Observatoire international du fait religieux (bulletin n°8 - mai 2017) Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2017-05
ZARCONE Thierry
0
vues

0
téléchargements
Les récents attentats terroristes perpétrés, entre juin 2016 et avril 2017, contre des Occidentaux ou des musulmans par des assaillants d’origine ouzbek, confirment la radicalisation de plusieurs éléments de ce peuple d’Asie centrale, et leur participation à des réseaux internationaux de djihadistes...

in Observatoire international du fait religieux (bulletin n°9 - juin 2017) Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2017-06
HURBON Laënnec
0
vues

0
téléchargements
Pour comprendre l’état actuel du phénomène religieux aux Antilles françaises (Guadeloupe, Martinique, Guyane), il convient de tenir compte de deux moments importants dans l’histoire de la région : la colonisation instaurée dès la première moitié du XVIIe siècle et les changements survenus dans la région à partir des années 1970.

in Observatoire international du fait religieux (bulletin n°6 - mars 2017) Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2017-03
TENENBAUM Charles
1
vues

0
téléchargements
La diplomatie confessionnelle énonce, de manière générale, les stratégies internationales de trois catégories d'acteurs : les chefs religieux représentatifs d'une église ou d'une communauté, les organisations internationales publiques et privées à vocation confessionnelle, enfin les Églises de paix, principalement Quaker et Mennonite. La politique étrangère de certains États, lorsqu'elle s'inscrit dans un référentiel religieux ou lorsqu’elle se saisit d'un fait religieux comme objet de son action internationale, vient compléter cette typologie simplifiée...

in Observatoire International du Religieux (bulletin n°15 - janvier 2018) Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2018-01
GRASSO Anna
2
vues

0
téléchargements
La réouverture de l'espace politique dans la Tunisie de l'après-révolution a permis à différents acteurs de prendre position et de lancer de nouvelles revendications. L'un des nouveaux phénomènes que nous avons pu observer dans ce contexte a été l'émergence d'un mouvement syndical dirigé par les imâms et les chargés des mosquées. La constitution de syndicats est destinée à permettre aux travailleurs de pouvoir, en s'unissant, exercer une pression sur leurs patrons pour améliorer leurs conditions de travail. Lorsque nous parlons de chargés des mosquées nous nous referons à tous les acteurs travaillant au sein de ces lieux de culte. Ce sont notamment l'imâm khatib, le clerc orateur chargé d'assurer la prière de vendredi ; l'imâm alkhams, le clerc chargé d'assurer les cinq prières quotidiennes ; le mouaddin, la personne chargée d'effectuer l'appel à la prière ; le qayim, la personne chargée de l'entretien des lieux de culte. En Tunisie, les mosquées sont appelées jemaa, mosquée-cathédrale où l'on effectue les cinq prières et la prière de vendredi, ou bien masjid, mosquée où l'on effectue seulement les cinq prières...

92
vues

0
téléchargements
Comment et pourquoi 75 % des juifs ont-ils échappé à la mort en France sous l’Occupation, en dépit du plan d’extermination nazi et de la collaboration du régime de Vichy ? Comment expliquer ce taux de survie inédit en Europe, dont les Français ont encore peu conscience ? Jacques Semelin porte un regard neuf et à hauteur d’hommes sur les tactiques et les ruses du quotidien qui ont permis aux persécutés d’échapper aux rafles et déportations. Au-delà du contexte international et des facteurs géographiques, politiques, culturels, il montre que les juifs ont trouvé en France un tissu social complice pour les aider, surtout à partir de l’été 1942, malgré l’antisémitisme et la délation. Entre arrestations et déportations d’une part, gestes d’entraide et pratiques de solidarité d’autre part, ce livre est tout sauf une histoire édulcorée des quelque 220 000 juifs toujours en vie en France à la fin de l’Occupation. C’est une histoire au plus près des réalités quotidiennes des persécutés juifs, français et étrangers, illustrée par les trajectoires d’individus ou de familles, dont le lecteur suit l’évolution de l’avant-guerre aux années noires.

Wie überlebten rund 200.000 Juden in Frankreich die Shoah? Obwohl Frankreich bereits 1940 von den Deutschen besetzt wurde, überlebten 75 Prozent der Juden in diesem Land die Shoah. Diese erstaunlich hohe Zahl kam nicht etwa zustande, weil alle Verfolgten untertauchten. Viele setzten trotz Antisemitismus und Denunziation während der Besatzungszeit ihr Leben auf legale oder halb legale Weise fort und konnten auf Hilfe von der nicht jüdischen französischen Bevölkerung, von christlichen und jüdischen Organisationen zählen. Der Historiker Jacques Semelin, Experte auf dem Gebiet des zivilen Widerstands und der Massenverbrechen, untersucht die Rahmenbedingungen, die es so vielen Juden in Frankreich ermöglichten, der Deportation zu entkommen. Anhand zahlreicher Lebensgeschichten von Verfolgten und von Akten aus den Archiven der Vichy-Regierung gelingt es ihm, eine Lücke in der Geschichtsschreibung der Shoah zu schließen. (Résumé éditeur)

Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2014-04
GOURISSE Benjamin
1
vues

0
téléchargements
Entre le coup d’État militaire du 12 mars 1971 et celui du 12 septembre 1980, la Turquie a connu une période de violence paroxystique mettant aux prises des groupes radicaux de l’extrême droite et de l’extrême gauche. Cette quasi-guerre civile reste aujourd’hui comme une plaie ouverte dans l’histoire du pays. Elle a débouché sur l’instauration du régime militaire le plus dur que la Turquie ait subi, et dont elle n’est véritablement sortie que dans les années 2000. L’analyse serrée et documentée des tactiques des différents protagonistes du conflit montre que leur investissement des institutions publiques, à commencer par la police, a conduit à une politisation croissante de l’État. Contrairement à un lieu commun, l’autonomie de celui-ci par rapport à la société doit être relativisée. L’État constitue bien plutôt l’arène primordiale des mobilisations politiques, dont il n’est pas parvenu, en l’occurrence, à endiguer le déchaînement, faute de ressources nécessaires. Cette enquête magistrale reconsidère le mythe de l’État « fort » en Turquie. Une leçon qui vaut pour l’Empire ottoman et le régime autoritaire kémaliste de l’entre-deux-guerres, mais qui permet surtout de mieux comprendre la crise politique qui s’est enclenchée en 2013. De nouveau, les institutions publiques, telles que la magistrature et la police, semblent avoir été pénétrées par des forces particulières qui mettent à mal leur impartialité et nourrissent l’imaginaire de l’« État profond ». Le spectre de la violence hante toujours le pays, alors même que des élections démocratiques lui ont donné une majorité parlementaire stable depuis plus de dix ans.

9
vues

0
téléchargements
At the 2009 Copenhagen Climate Summit, donors pledged to ‘jointly mobilize’ $100 billion/year for climate finance by 2020. The Copenhagen Accord and other agreements do not specify who should provide how much of this collective target beyond the general principle of common but differentiated responsibilities and respective capabilities (CBDR&RC), according to which the more responsible a country is for climate change and/or the more capable of paying, the more climate finance it should provide. Two additional burden-sharing mechanisms may explain how much climate finance donors provide: willingness to pay or ‘greenness’ and self-interest. These mechanisms are tested to determine which best explains current patterns in climate finance commitments by analysing bilateral climate aid. There is evidence for capability—richer countries provide more climate aid. In contrast, responsibility, greenness or self-interest do not induce more climate aid commitments. Better understanding the drivers of climate aid helps to mobilize more climate finance, and advances understanding of (sectoral) aid allocation.

Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2007-02
PALMER David A.
4
vues

0
téléchargements
This book is a social history of the qigong craze which swept urban socialist China in the post-Mao era, leading to the emergence of Falun Gong and its subsequent repression. How could a system of body, breath and mental training exercises, initially promoted by senior Communist Party leaders as a uniquely Chinese healing tradition and as the harbinger of a future scientific revolution, become an outlet for a mass expression of religiosity which was then ruthlessly crushed by the Chinese state? Tracing the complex relations between the masters, officials, scientists, practitioners, and ideologues involved with the qigong movement, the book combines historical, anthropological, and sociological approaches to describe a critical phase in the reinvention of Chinese tradition in its encounter with modernity and the state. It will be of interest to students and scholars of Chinese religion and body cultivation, contemporary Chinese culture and politics, and religious movements in the modern world.

3
vues

0
téléchargements
The latest calls by French President Emmanuel Macron and Hakim El Karoui, a leading voice on how Islamic traditions fit within French culture, to create a “French Islam” in the name of improved security indicate the primary goal of religious integration policy...

At the 2009 Copenhagen Climate Summit, it was decided that by 2020, donors should rally up not less than US$100 billion per year for climate change adaptation and mitigation in developing countries. How much each donor should contribute to that annual target remains an open question, however. Dividing that ‘burden’ in equal parts would be rather unfair. Some countries are bigger and/or richer, but more importantly,some carry more responsibility for climate change than others in terms of their share in greenhouse gas emissions.

in Journal des anthropologues Publié en 2016-05
MALAVOLTI Chloé
12
vues

0
téléchargements
En 2015, l’Afrique du Sud a été à nouveau frappée par des attaques xénophobes, faisant écho aux événements de mai 2008. Cette violence a entraîné des protestations importantes dans le pays. Le texte porte sur les mobilisations anti-xénophobie survenues pendant cette crise. Il présente une ethnographie, illustrée de photographies, de la préparation, du déroulé et de la mise en récit a posteriori de trois marches organisées à Johannesburg. La première est un succès local qui initie le mouvement, et la troisième marque son apogée en suscitant un grand rassemblement d’ampleur nationale. Cependant, la deuxième est interdite la veille et violemment stoppée par la police à mi-parcours. À partir d’une description fine de ces séquences de manifestation sont identifiés trois moments du mouvement, au cours desquels l’anti-xénophobie devient successivement avant-gardiste, contestataire puis normalisée. Cette évolution de la cause permet de mieux comprendre le traitement différentiel des marches par l’État.

in European urban and Regional Studies Sous la direction de BAFOIL François, BACHTLER John, DABROWSKI Marcin Publié en 2014-10
4
vues

0
téléchargements
The 1988 reform of the structural funds (SF) set the foundations for European Union (EU) cohesion policy (CP), arguably one of the most innovative and large-scale, if controversial and often criticised, policies addressing uneven economic development and territorial disparities. The reform reflected the shift towards new regionalism (Amin and Thrift, 1995; Cooke and Morgan, 1998; Storper, 1995, 1997), an approach considering the regional scale as key for economic development underpinned by robust regional networks and site-specific ‘relational assets’ such as trust and social capital...

in Les Européens face à la mondialisation Publié en 2007
DABROWSKI Marcin
2
vues

0
téléchargements

Suivant