Texte intégral
  • Non (2986)
  • Oui (1185)
Type de Document
  • Article (1152)
  • Partie ou chapitre de livre (980)
  • Livre (554)
  • Contribution à un site web (348)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Centre de recherches internationales (4119)
  • Sciences Po (40)
  • Centre de recherches internationales (CERI) (30)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (21)
  • Voir plus
Discipline
  • Science politique (3982)
  • Sociologie (1223)
  • Religions (388)
  • Histoire (285)
  • Voir plus
Langue
  • Français (2966)
  • Anglais (1111)
  • Espagnol (52)
  • Allemand (18)
  • Voir plus
Projet
  • EUMIGPOL (1)
in Alternatives internationales Publié en 2005
1
vues

0
téléchargements

in Alternatives internationales. Hors-série Publié en 2009-12
2
vues

0
téléchargements
Déjà affaibli par la concurrence asiatique, le Mexique a été frappé par la crise venue des Etats-Unis. Mais le gouvernement maintient le cap de l'orthodoxie budgétaire.

in RAMSES 2015. Le défi des émergents Publié en 2014-09
LÉTRILLARD Philippe
18
vues

0
téléchargements
Résumé de l'ouvrage : Le Rapport annuel mondial sur le système économique et les stratégies (RAMSES) constitue une analyse approfondie et prospective de l’actualité : il fournit les clés et les repères indispensables pour décrypter la géopolitique à l’échelle mondiale. RAMSES 2015 a pour fil rouge les conséquences de l’avènement des pays émergents - la nouvelle vague des émergents -, et en particulier les implications de cette montée en puissance pour l’Occident.

in Alternatives internationales. Hors-série Publié en 2012-01
8
vues

0
téléchargements
40 000 morts : c'est le bilan de la lutte contre les cartels de la drogue menée par le gouvernement. Qui a une grande part de responsabilité dans le déchaînement de la violence.

4
vues

0
téléchargements
Dans les confins indiens du Mexique, la démocratisation s'accompagne d'une reconnaissance de la nature pluriculturelle de la société. L'indianité fait son entrée dans la sphère publique, sous l'effet combiné de la mobilisation sociale et du calcul politique. Dans l'une des provinces à plus forte densité de population indienne, l'Oaxaca, cette politique du multiculturalisme a pris une forme particulière. La reconnaissance a porté sur l'autonomie politique des communautés indiennes. L'Etat a légalisé les formes traditionnelles d'élection et de délibération politique au niveau municipal. Cet ouvrage s'attache à élucider cette énigme de la transition mexicaine. Dans une perspective comparative, il enrichit les problématiques de la démocratie et nourrit la réflexion sur la question indienne à l'échelle du continent.

6
vues

6
téléchargements
El 30 de agosto de 1995, el Congreso estatal de Oaxaca aprobó un nuevo código electoral en el que les dio pleno reconocimiento a los usos y costumbres1 que rigen la elección de los ayuntamientos en la mayoría de los municipios de la entidad. Dicha reforma marcó un parteaguas en la política local y en el derecho electoral de Oaxaca y México. En los siguientes 20 años se desarrolló una jurisprudencia sumamente original por medio del juicio para la protección de los derechos político-electorales del ciudadano (jdc) ante el Tribunal Electoral del Poder Judicial de la Federación (tepjf). Esta vía jurisdiccional fue inaugurada por un grupo de ciudadanos del municipio de Asunción Tlacolulita, distrito de Yautepec, en 1999. En esa ocasión, la elección de las nuevas autoridades en una asamblea mediante el voto a mano alzada fue impugnada ante el Instituto Estatal Electoral (iee) por varios ciudadanos que denunciaron irregularidades en el procedimiento, en particular el hecho de que no todos pudieron participar, incluyendo a las mujeres. La autoridad electoral validó la elección, pero el Congreso del estado, en calidad de Colegio Electoral, la declaró no válida. Los ciudadanos que defendían la elección acudieron al tepjf para impugnar la decisión del Congreso. Al inicio, los ciudadanos inconformes optaron por el juicio de revisión constitucional electoral (jrc), pero el juez federal decidió reencauzar la demanda por la vía del jdc. Finalmente, el tepjf emitió la sentencia SUP- -JDC-038/99, mediante la cual ordenaba al iee realizar elecciones extraordinarias. Por falta de acuerdo entre las partes en el ámbito municipal, nunca se pudieron organizar dichas elecciones y el Congreso tuvo que nombrar a un administrador hasta la elección de las autoridades municipales para el siguiente trienio (2002-2004)...

Tras el levantamiento zapatista en el vecino estado de Chiapas, el gobierno de Oaxaca impulsó reformas legales e institucionales en materia de derechos indígenas. Una de ellas fue el reconocimiento de los usos y costumbres en materia electoral. Las normas y prácticas comunitarias de nombramiento de las autoridades municipales fueron incorporadas a la legislación electoral en 1995. Esta reforma creó una nueva frontera normativa y simbólica entre una mayoría de municipios en los cuales los partidos políticos no intervienen directamente en el proceso electoral local, y el resto de los municipios en los que las elecciones pasan por la competencia abierta entre candidatos registrados por los partidos. Este libro analiza las razones que han conducido el gobierno a reconocer legalemente lo que hasta esa fecha había quedado en la informalidad; también analiza los efectos políticos que ha tenido dicho reconocimiento en los municipios de Oaxaca, durante una década de aplicación de esa atípica legislación electoral. El autor muestra cómo lejos de garantizar la reproducción de un sistema de dominación regional articulado en torno al PRI, el reconocimiento de los usos y costumbres ha acelerado la crisis de los mecanismos tradicionales de mediación y de representación política. La transición oaxaqueña es interpretada en toda su complejidad y ambigüedad: la permanencia –e incluso la profundización– de lógicas clientelares y caciquiles coexiste con la eclosión de espacios locales de deliberación democrática.

in Identity, Conflict and Politics in Turkey, Iran and Pakistan Publié en 2018-05
45
vues

0
téléchargements
This paper grew out of my surprise that, while like France, Turkey envisions itself as a universalist and unified republic, Turkey confronts far more significant problems of identity. In fact, Turkey’s identity-related problems, which have centered on specific ethnic and denominational issues since the 1980s, have recently increased in intensity. Identity politics has since become a means of claiming and proclaiming particularist rights, which are often expressed in terms of correcting wrongs or of demanding recognition. This development has been associated with various tensions and very high levels of conflict, particularly, but not exclusively, regarding the Kurdish question. More broadly, growth among a range of movements has been accompanied by an increasing tendency to interpret social problems through the lens of a wide range of identitary interpretations. For example, the Islamist movement is read through issues of identity. Political actors have been forced to take action concerning the growing importance of identity issues compelled to find ways of managing them, although such questions are often settled and regulated outside “legitimate” policies...

in Mediterranean Politics Publié en 2017-11-21
VISIER Claire
32
vues

0
téléchargements
Indirect forms of government have become increasingly prominent in Turkey over the last few decades. After giving an overview of the growing role of non-public actors in Turkish policy-making, we depart from the common idea that the phenomenon is a result of neoliberalism only and examine the multiple genealogies and complex dynamics at work. The paper then questions the preconception according to which the involvement of non-public actors implies a retreat of the state and frames these developments in terms of changing forms of government. Finally, we question the outcomes of this phenomenon in terms of policy and power reconfigurations.

in Order and Compromise Sous la direction de MASSICARD Elise Publié en 2015-02
3
vues

0
téléchargements
Book abstract: Order and Compromise questions the historicity of government practices in Turkey from the late Ottoman Empire up to the present day. It explores how institutions at work are being framed by constant interactions with non-institutional characters from various social realms. This volume thus approaches the state-society continuum as a complex and shifting system of positions. Inasmuch as they order and ordain, state authorities leave room for compromise, something which has hitherto been little studied in concrete terms. By combining in-depth case studies with an interdisciplinary conceptual framework, this collection helps apprehend the morphology and dynamics of public action and state-society relations in Turkey.

in Site du CERI Publié en 2016-09-21
25
vues

0
téléchargements
Après le putsch manqué du 15 juillet 2016, les autorités turques ont rapidement repris le contrôle de la situation – voire l’avantage –, militairement mais surtout politiquement. Qu’a changé cette tentative de coup d’Etat pour les équilibres de pouvoir ?

in Etudes du CERI Publié en 2015-01
13
vues

13
téléchargements
The Justice and Development Party (JDP) has been in power in Turkey since 2002, consolidating its electoral support among an array of social groups ranging from broad appeal among the popular classes to business leaders and a growing middle class. The success of the JDP is a consequence of the manner in which the party inserted itself into certain economic and social sectors. While the party has internalized the principles of reducing the public sphere and outsourcing to the private sector, it has not restricted the reach of government intervention. On the contrary, it has become increasingly involved in certain sectors, including social policy and housing. It has managed this through an indirect approach that relies on intermediaries and private allies such as the businesses and associations that is has encouraged. In this way, the JDP has developed and systematized modes of redistribution that involve the participation of conservative businessmen who benefit from their proximity to the decision-makers, charitable organizations, and underprivileged social groups. These public policies have reconfigured different social sectors in a way that has strengthened the Party’s influence.

in Mouvements Sous la direction de ALLAL Amin , DEBOULET Agnès, LE BLANC Noé, LELANDAIS Gulcin Erdi, MASSICARD Elise, SELEK Pinar, TOPCU Sezin Publié en 2017-07
89
vues

0
téléchargements
Le temps semble bien loin où Turquie était synonyme d’espoir. D’espoir mesuré, mais d’espoir tout de même pour de nombreux-ses observateur-trice-s internationaux-nales, pour les mouvements de défense des droits humains, pour toutes les personnes que répugnait la théorie dite du « choc des civilisations ». Du côté des observateur.es externes, cet espoir était porté par une expérience politique originale, pour ne pas dire unique : un gouvernement aux racines islamistes mais se déclarant avant tout réformateur – bien que conservateur –, arrivé au pouvoir par la voie des urnes, prônant son attachement aux valeurs de la démocratie, du libéralisme et du pluralisme. Dans la première moitié des années 2000, le pouvoir turc multipliait les déclarations publiques et les initiatives concrètes visant à réduire la tutelle militaire, mais aussi à promouvoir des avancées sur certains dossiers sensibles, notamment la question kurde, la question arménienne et la question chypriote. Cette combinaison que proposait alors l’AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi, Parti de la Justice et du Développement) s’appuyait sur, et encourageait l’ascension à la fois sociale et politique de nouveaux groupes sociaux longtemps tenus en marge. Le pays semblait se frayer un chemin vers une libéralisation à la fois économique – l’adoption des recettes néolibérales coïncidant avec une période de croissance remarquable – et politique. Cette ouverture politique a permis d’espérer, dans les rangs européens, une pérennité de la tendance à la libéralisation, au point qu’on a pu parler, au tournant des années 2010 et au moment des premiers printemps arabes, – brièvement, il est vrai – de « modèle turc » pour les pays de la région...

7
vues

0
téléchargements
This article excavates the debate that unfolded during the 1980s between Jacques Rancière and Pierre Bourdieu to shed light on the theoretical divide that still cuts across the field of urban studies today. Looking at contemporary Rancièrian scholarship through a Bourdieusian lens, it points to their main theoretical shortcomings and reasserts the value of relational, field‐based and empirically grounded approaches to urban politics. At the same time, this article engages seriously Rancière's critique of Bourdieu's failure to account for space in order to question the territoriality inherent to the notion of field. We put this theoretical discussion to the test of Lagos's garbage. Drawing on an ethnographic study conducted in Lagos from 2015 to 2016, we propose analyzing the process of spatialization of the field of local representation by looking at the ways solid waste—here conceived as a political opportunity—is mobilized by different actors. We argue that the deployment of a waste infrastructure in Lagos is congruent with a relative disinvestment in practices of territorial control that reshapes the structure of local representation, reconfiguring the ‘stage’ on which politics is played out in the Nigerian

17
vues

0
téléchargements
Depuis la fin de l’Union soviétique, les élites russes sont en quête d’idéologies de rechange. Ainsi renaît de ses cendres le cosmisme. Conjuguant foi chrétienne, rationalisme et rêve d’immortalité, ce courant de pensée né au XIXe siècle offre à ses nouveaux apôtres un cadre idoine pour marier relance des programmes scientifiques et affirmation des valeurs traditionnelles.

5
vues

5
téléchargements
Après avoir été clairement définie durant les années de guerre froide (d'abord par l'hostilité puis par la coopération stratégique), la relation entre la Chine et les États-Unis est devenue un facteur obscur des relations internationales contemporaines. Sans doute ces relations ont-elles acquis une substance économique, sociale et même politique : les deux pays se connaissent mieux. Pour autant, ils ne se comprennent guère et l'obsession chinoise des États-Unis n'est pas dépourvue de dangers. Commençons tout de même par une précision. Entre les États-Unis et la Chine d'aujourd'hui, le terme de "jeu" paraît plus approprié que celui de "nouvelle guerre froide", qui a encombré les journaux occidentaux. Car les relations américano- chinoises d'aujourd'hui sont bien moins importantes pour l'équilibre du monde que l'ont été autrefois les rapports américano- soviétiques : elles sont trop déséquilibrées pour constituer un clivage central. Les États- Unis sont, pour parler comme Hubert Védrine, "l'hyper-puissance" du monde d'après la guerre froide, alors que la Chine est un pays, immense certes, mais qui n'a pas achevé son développement. En outre, la Chine ne possède pas l'attractivité nécessaire à la formation d'une alternative globale et d'un bloc d'alliances (...).

S'il est un ouvrage qui comble un vide, c'est bien celui-ci, qui prend d'emblée la suite de la fameuse Question d'Extrême- Orient de Pierre Renouvin. En effet, jusqu'à présent, le public cultivé français ne disposait que d'études nationales et d'une synthèse sur l'Asie du Sud-Est * pour aborder l'histoire de l'Extrême-Orient depuis la seconde guerre mondiale. François Joyaux nous offre ici un premier tome qui va jusqu'à la rupture sino- soviétique de 1959, date effectivement importante, puisqu'elle marque le début d'une longue période où la confrontation soviéto-américaine sera modifiée par la contestation chinoise. Ce tome ne déçoit pas. Il résume les deux grandes tendances qui ont occupé l'histoire de la région (dont l'Asie du Sud est exclue) depuis 1945 : la formation puis l'affrontement des blocs (...).

in Alternatives internationales. Hors-série Publié en 2008-12
0
vues

0
téléchargements
Répression au Tibet, compassion au Sichuan, tracasseries lors des J. O... Les variations déconcertantes du pouvoir chinois s'éclairent à la lumière des impératifs de sa politique intérieure.

1
vues

0
téléchargements
La Chine est devenue un immense chantier. Développement capitaliste d'un côté, classicisme communiste de l'autre, elle donne le spectacle d'un pays qui rejoint le chemin du progrès dans un désordre incroyable. Depuis dix ans, elle accumule les succès : elle s'est développée et consolidée à l'intérieur ; elle s'engage dans le monde et y conduit une politique plus ambitieuse, notamment face aux Etats-Unis et en Extrême-Orient. Ses succès stimulent une sortie implicite, depuis peu incontestable, des voies traditionnelles du communisme. Mais la Chine est un colosse aux pieds d'argile. La situation intérieure reste fragile et les mutations de la société la rendent dangereuse. Les protestations se multiplient dans les villes et les campagnes, tandis que cent millions de migrants circulent dans le pays. Les dirigeants évitent les débats nécessaires, ce qui fait peser de lourds dangers sur l'avenir. La Chine vient d'entrer à l'OMC, mais avant d'accueillir les Jeux olympiques, elle devra encore gagner en maturité et construire un rapport équilibré avec le reste du monde.

5
vues

5
téléchargements
DISONS-LE tout de suite : sur un sujet essentiel, voici un ouvrage exceptionnel, sans doute destiné à figurer pendant longtemps dans les bibliographies sur la Chine populaire des années 1980 et 1990. Il compte parmi les meilleurs travaux d'économie politique internationale publiés à propos de ce pays : tant il est vrai qu'expliquer son évolution depuis 1979 nécessite la prise en compte des facteurs à la fois économiques et politiques, intérieurs et extérieurs (...).

0
vues

0
téléchargements
La recherche sur la Chine populaire est présent intéressée presque exclusivement deux domaines : le politique et économique. Cette situation explique non seulement par les préoccupations qui ont animé de nombreux programmes de recherche américains, mais plus encore, par le faible nombre des sources fiables (...).

3
vues

0
téléchargements
Que se passe-t-il quand un sinologue qui a beaucoup voyagé en Chine mais qui n'y a jamais vécu dans la durée se trouve en résidence à Pékin ? Que voit-il ? Qui rencontre-t-il ? Quelle est sa Chine ? La Chine, celle d'hier comme d'aujourd'hui, est le "laboratoire" de Jean-Luc Domenach. Depuis 5 ans, il a pu y travailler à ciel ouvert, en arpentant les rues de Pékin ou celle de Shangaï, en multipliant les rencontres avec l'homme de la rue, le chef d'entreprise, l'intellectuel ou le responsable politique. Le sinologue de réputation internationale s'est transformé en chroniqueur du quotidien, en explorateur des arcanes du pouvoir local, en ethnologue d'une société beaucoup moins exotique que nous l'imaginons. Mais l'érudit et l'expert en relations internationales, pointe toujours les contradictions d'une Chine qui aspire à la grandeur, s'en donne les moyens par un travail forcené et doute du présent. On s'attend à lire des "choses vues" ; on découvre le film le plus exact, autant que saisissant, d'une Renaissance douloureuse.

3
vues

0
téléchargements
Le colosse aux pieds d'argile : rarement cliché a été plus approprié qu'à propos de la Chine d'aujourd'hui. Encore convient-il d'identifier où se repèrent les fissures superficielles et les crevasses masquées, de mesurer l'action des autorités au-delà des affiches rassurantes, de pointer quels risques sociaux ou politiques pèsent sur le pays. En combinant les informations acquises au cours de son long séjour en Chine et les observations internationales les plus récentes, Jean-Luc Domenach livre une radiographie sans concession d'un pays qui a déjà la tête aux festivités des Jeux olympiques, alors qu'il approche d'une heure de vérité.

in Critique internationale Publié en 2004-07
1
vues

0
téléchargements
Totalement manipulée à la haute époque totalitaire, l’histoire du communisme chinois au pouvoir demeure globalement sous contrôle malgré les changements politiques. Pourtant, la multiplication des témoignages et des biographies améliore considérablement la connaissance du passé. Les faits mis en évidence ne changent pas les grands scénarios, mais les complètent et modifient progressivement leur perception. Celle-ci se privatise et se familialise : une évolution qui répond aux mutations sociales, mais aussi aux intérêts du régime.

5
vues

0
téléchargements
Ce livre est l’histoire d’un lieu : espace muré, d’une cinquantaine d’hectares, situé au cœur de Pékin où se trouvent les résidences des dirigeants. L’auteur, à l’aide d’une remarquable documentation qui témoigne de l’importance de la mémoire de vétérans, restitue cet univers clos qui, assez vite, mit mal à l’aise son principal occupant, Mao Zedong. Inquiet pour la survie du régime et de son pouvoir, il chercha à briser par divers mouvements, dont le plus spectaculaire fut la Révolution culturelle, cette caste d’accapareurs de plus-value. Les centres du pouvoir éclatèrent, la « bande des quatre » résidant à la Diaoyutai State Guesthouse (à Pékin), et Lin Biao à Maojiawan (province du Shanxi). Relatant ce conflit entre un tyran aux utopies meurtrières et une bureaucratie coupée du pays réel, Jean-Luc Domenach écrit un chapitre original de l’histoire de la première Chine populaire, que prolonge la reconstruction de cette caste, du vivant même du Grand Timonier : ce sont les enfants des premiers habitants des Murs rouges qui dirigent actuellement le pays, où le cauchemar de Mao d’une restauration du capitalisme est devenu réalité.

3
vues

0
téléchargements

in Alternatives internationales. Hors-série Publié en 2012-01
1
vues

0
téléchargements
Corruption, inégalités, baisse annoncée de la croissance, crise sociale larvée… les futurs dirigeants du PC chinois auront à relever d'immenses défis pour conserver le pouvoir.

A partir de 1927, les leaders communistes ne sont plus en sécurité et leurs enfants, sur lesquels reposent les espoirs politiques, doivent être protégés. Mao, Zhou Enlai et les autres préfèrent garantir leur survie en les envoyant en URSS, chez des parents éloignés, ou dans de modestes fermes. Ce n’est qu’en 1949 que ces rejetons rejoignent Pékin, après des années de privations, de souffrance et d’exil. S’ouvrent alors pour eux les portes des Murs rouges de Zhongnanhai, dépendance de la cité interdite dans laquelle les clans familiaux des plus grands révolutionnaires sont réunis. Fêtes, loisirs et abondance rythment leur quotidien au sein de cette enceinte où ils font l’objet des plus grands soins. Ce sont les princes de la nouvelle aristocratie rouge. Les purges révolutionnaires n’auront pas raison d’eux : ils sont formés dans les meilleures universités et le réseau colossal qu’ils ont développé dans la cour de Mao leur permet de prétendre aux meilleurs postes. Économie, politique, défense, la caste prend bientôt, et dans tous les domaines, la place des anciens leaders affaiblis, jusqu’à devenir, aujourd’hui, les maîtres de la Chine. C’est l’histoire de ces princes rouges que nous raconte Jean-Luc Domenach dans cet ouvrage passionnant, enquête historique inédite sur cette élite à la tête d’un des empires les plus puissants du monde.

Suivant