Texte intégral
  • Oui (1839)
  • Non (1097)
Type de Document
  • Article (1366)
  • Working paper (372)
  • Article de presse ou magazine (362)
  • Partie ou chapitre de livre (307)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Observatoire français des conjonctures économiques (2936)
  • Département d'économie (27)
  • Sciences Po (12)
  • Centre Etudes & Prospective (Groupe Alpha) (11)
  • Voir plus
Discipline
  • Economie et finances (2881)
  • Sociologie (49)
  • Etudes sur le genre (25)
  • Environnement et Société (24)
  • Voir plus
Langue
  • Français (2053)
  • Anglais (823)
  • Italien (58)
  • Espagnol (17)
  • Voir plus
Projet
  • INNOPATHS (1)
1
vues

0
téléchargements
In the standard representation of technology, productivity is built into the production function as a given relationship between inputs and output. This representation needs an equilibrium framework, in which the ratios between the factors and output are constant and corresponding to those dictated by the production function coefficients. In this framework, technological advances should be instantaneously mapped into increases in productivity, and the only way to explain the ‘productivity paradox’ is to assume adoption delays. We propose a different approach, by which productivity is the outcome of an out-of-equilibrium process triggered by a technological shock. The potential gains of a superior technology may only be appropriated if agents succeed in reshaping the productive capacity (whose distinguishing feature is to be temporally articulated), and in recovering the intertemporal coordination disrupted by the introduction of the new technique. Physical, human, and financial capital are complementary in this process of reshaping, and may constrain each other. The outcome of the disequilibrium process depends then on the interaction of accumulation choices, learning, and money supply rules. We argue that the different performances of the US and Europe in the last two decades may be explained along these lines.

3
vues

3
téléchargements
This paper describes the out-of-equilibrium approach to the analysis of economic processes. We argue that such an approach is adapted to study qualitative (or structural) changes, like technical progress or changes in preferences. Truly sequential analyses manage to capture the essential features of qualitative change. In particular, we show how this approach shifts the focus from the issue of optimality to the one of viability of the processes of change. The objective of the paper is, first, to highlight the analytical elements of an out-of-equilibrium approach, so as to serve as a guide for the construction of this type of models; second to show, how this analysis allows to see controversial phenomena, like for example the debate on wage rigidity or the productivity paradox in a new and different light ; third to identify the real causes of the on-going crisis.

3
vues

3
téléchargements
Il en est du commerce international comme du progrès technique : de faibles performances en matière de croissance et d’emploi, quand elles surviennent, lui sont facilement attribuées. Cet article rappelle que l’ouverture au commerce international, comme le progrès technique, crée l’opportunité de mieux allouer les ressources et de créer des richesses supplémentaires. La réalisation de cette opportunité dépend néanmoins largement des conditions qui président à la transition ainsi engagée. Ce serait une erreur de considérer que les avantages de l’ouverture au commerce international peuvent automatiquement être obtenus sans heurts ni conflits. La théorie du commerce international enseigne qu’il peut exister un conflit de répartition qui fait que les gains à l’échange ne profitent pas à tous dans un même pays. Des inégalités se forment et des catégories sociales entières enregistrent des pertes qu’il est difficile de compenser. Par ailleurs, des conflits peuvent aussi se produire entre nations. Si un progrès technique différencié met en cause l’avantage comparatif précédemment détenu par l’un des partenaires, ce que gagne l’un, l’autre le perd, alors même que le revenu mondial augmente. Toutefois, les écarts de performance évoluent sans cesse. Les spécialisations induites par des hétérogénéités en termes de coût de production ou de transport et d’externalités créent inévitablement des différentiels de croissance qui font que certains pays progressent plus vite que d’autres. Ces différentiels entretiennent un rapport ambigu avec le degré d’ouverture à l’échange international. La raison en est claire. Les conditions de l’ouverture comptent davantage que l’ouverture elle-même. Aussi est-il essentiel de connaître les conditions dans lesquelles nations et firmes s’adaptent à un changement intervenu dans le degré d’ouverture au commerce international.

in Journal of Evolutionary Economics Publié en 2008-10
1
vues

0
téléchargements
The paper studies the dynamics of firm size in a repeated Cournot game with unknown demand function. We model the firm as a type of artificial neural network. Each period it must learn to map environmental signals to both a demand parameter and its rival’s output choice. However, this learning game is in the background, as we focus on the endogenous adjustment of network size. We investigate the long-run evolution of firm/network size as a function of profits, rival’s size, and the type of adjustment rules used.

We investigate the general equilibrium effects of minimum consumption constraints over labor supply decisions. Within a simple static model, a minimum consumption constraint modifies labor supply decisions of unskilled workers, generating the well-known added worker effect. The results of the model help to analyze the Turkish labor market where added worker effects were observed following the 2001 crisis. We investigate the asymmetric effects of the crisis, using the Household Budget Surveys that cover the period between 2002 and 2005. The substantial decrease in real wages has increased labor supply for unskilled labor, especially for women.

The Economic and Monetary Union (EMU) institutions are consistent with a New Consensus that emerged in the 1980s, limiting the role for macroeconomic (particularly fiscal) policy to short term stabilizations by means of rules. I will argue that the policy inertia induced by the Consensus may have played a role in the disappointing performance of EMU economies even before the crisis. The crisis of the Consensus, and the debate on secular stagnation, proved that Keynesian (and possibly) persistent excesses of savings over investment may hamper growth. This has put fiscal policy back to the center of the scene, and given the General Theory, at eighty, a second youth. I will argue therefore that the EMU fiscal rule should be amended to allow semi-permanent negative government savings. I will finally argue that a modified Golden Rule may serve this objective, and allow EU-wide policy coordination. This seems the only reasonable reform with some chances of being adopted by the EU divided policy makers.

8
vues

8
téléchargements
Dans cet article nous effectuons un exercice quantitatif simple permettant d’évaluer l’impact du plan Juncker au sein de la zone euro et sa capacité à faire sortir les économies européennes de la situation de trappe à liquidités dans laquelle elles sont à présent. Nous estimons un modèle d’équilibre général inter-temporel et stochastique (DSGE) de l’économie à partir de données agrégées sur la zone euro, dans lequel nous introduisons l’existence de capital public, dans l’esprit de ce qui a été proposé par Leeper et al. (2010). Nous simulons alors un plan d’investissement avec une composante publique et une composante privée, reproduisant l’effet de levier privé attendu dans le plan Juncker.

By means of a macroeconomic model with an agent-based household sector and a stockflow consistent structure, we analyse the im-pact of rising income inequality on the likelihood of a crisis for different institutional settings. In particular, we study how economic crises emerge in the presence of different credit conditions and policy reactions to rising income disparities. Our simulations show the relevance of the degree of financialisation of an economy. In fact, when inequality grows, a Scylla and Charybdis kind of dilemma seems to arise: on the one hand, low credit availability implies a drop in aggregate demand and output; on the other hand, relaxed credit constraints and a higher willingness to lend result in greater financial instability and a debt-driven boom and bust cycle. We also point out that policy reactions play a key role: a real structural reform that tackles inequality, by means of a more progressive tax system, actually compensates for the rise in income disparities thereby stabilising the economy. Results also show that this is a better solution compared to a stronger fiscalpolicy reaction, which, instead, only leads to a larger duration of the boom and bust cycle.

This paper aims at giving a theoretical background to the, some- times observed, puzzling inverse correlation between the degree of de- centralization and economic growth. We provide evidence that there is some interaction between decentralization and corruption in ex- plaining growth. Within an endogenous growth model, we analyze the problem of a benevolent central government trying to determine the optimal degree of fiscal decentralization. Specifically, it can pro- duce a public good directly, but inefficiently, or it can delegate some (or all) of the production to more efficient local bureaucrats. In the latter case, however, some resources will be wasted because of corrup- tion and the costs linked to monitoring expenditures. With respect to the benchmark case, then, the possibility of corruption yields both a distorted allocation of resources (insufficient decentralization) and an overall under provision of the public good.

7
vues

0
téléchargements
The Economic and Monetary Union (EMU) institutions are consistent with a New Consensus that emerged in the 1980s, limiting the role for macroeconomic policy to short term stabilizations by means of rules. I will argue that the policy inertia induced by the Consensus may have played a role in the disappointing performance of EMU economies even before the crisis. The crisis of the Consensus, and the debate on secular stagnation, proved that Keynesian and possibly persistent excesses of savings over investment may hamper growth. This has put fiscal policy back to the center of the scene, and given the General Theory, at eighty, a second youth. I will argue therefore that the EMU fiscal rule should be amended to allow semi-permanent negative government savings. I will finally argue that a modified Golden Rule may serve this objective, and allow EU-wide policy coordination. This seems the only reasonable reform with some chances of being adopted by the EU divided policy makers.

3
vues

0
téléchargements
This article traces the complex intellectual path of Olivier Blanchard, a personification of the controversial evolution of macroeconomic research over the last three decades. After contributing to consolidation of the core of mainstream macroeconomics, Blanchard recently suggested ‘rethinking’ some of its key aspects to take stock of the lessons of the 2008 Great Recession, which he witnessed as the International Monetary Fund’s Chief Economist. This welcome discussion, which according to Blanchard should open mainstream macroeconomics to heterodox thinking, has so far produced a certainly interesting albeit theoretically contradictory synthesis and limited policy consequences. The most paradigmatic aspect of this rethinking of macroeconomics is represented by the abandonment in teaching of aggregate supply and demand in favor of a revival of the IS–LM model complemented by the Phillips curve. While this change of perspective does allow for the instability of ‘natural’ equilibrium to be emphasized, a deeper reading may prove incompatible with the neoclassical foundations of the mainstream approach.

3
vues

0
téléchargements
Il presente articolo lega la drastica e diffusa diminuzione dell’investimento pubblico al «nuovo consenso» che in economia si è imposto a partire dagli anni ottanta, centrato sull’efficienza dei mercati e su un ruolo limitato della politica economica. Il consenso ha influito in particolare sulle politiche condotte in Europa, dove ha anche plasmato le istituzioni per la governance economica. La crisi del consenso consente di riflettere su riforme che permettano alla politica economica di riprendere il ruolo di motore dello sviluppo di lungo periodo che aveva nel secondo dopoguerra. Si propone una «regola d’oro aumentata» di bilancio che consenta ai governi e alle istituzioni europee di coordinarsi su investimenti (materiali e immateriali) forieri di sviluppo economico a lungo termine. Tale regola consentirebbe di recuperare una «politica industriale» europea, troppo a lungo assente, e di riaffermare la democraticità del processo decisionale.

3
vues

3
téléchargements
L’importance et la gravité de la crise financière largement due à des mécanismes financiers pervers ne sauraient occulter la dimension réelle des désordres actuels. Le choc violent de répartition des revenus personnels qui est allé de pair avec l’émergence de la nouvelle économie a vraisemblablement créé les conditions d’une chute de la demande et donc de la production et de l’emploi qui a été masquée un temps par un endettement des ménages pauvres difficilement soutenable.

L’article commence par une discussion des caractéristiques de l’impressionnante performance macroéconomique de la Chine depuis que la réforme a été mise en place, en les rapportant au choix d’une stratégie de croissance fondée sur l’exportation. Nous soutenons qu’une telle stratégie provoque un changement structurel de l’économie dont l’analyse ne peut pas être limitée à la comparaison entre l’équilibre final et l’équilibre initial. Nous proposons, alors, un modèle séquentiel à deux secteurs, conçu pour analyser la transition en déséquilibre qui suit un choc sur l’échange. Nos principales conclusions sont que, pour que la transition vers un nouvel équilibre soit un succès, nous avons besoin : (a) de frictions, notamment dans la mobilité des firmes entre secteurs ; et (b) de la disponibilité de moyens de financement externes pour les firmes mettant en œuvre les restructurations exigées par la transition. En Chine, ces moyens ont été fournis par les investissements directs étrangers qui ont compensé un marché du crédit insuffisamment développé.

0
vues

0
téléchargements
Après une année 2006 favorable dans la zone euro, le PIB affichant une progression de 2,9 %, les chiffres du premier semestre 2007 apparaissent nettement plus contrastés. Dans la continuité des performances de la fin 2006, la croissance du PIB a atteint 0,6 % au premier trimestre. Elle s’est avérée par contre décevante au deuxième trimestre (0,4 %), soulevant ainsi de nombreuses interrogations sur la poursuite de la reprise dans un contexte marqué par la crise bancaire et financière qui a éclaté durant l’été. Les difficultés pourraient en outre s’accroître en raison de la poursuite de l’appréciation de l’euro. L’intransigeance de la Banque centrale européenne (BCE), contrastant avec la baisse amorcée des taux directeurs aux États-Unis, pousserait l’euro vers de nouveaux sommets. L’année 2008 serait alors marquée par le ralentissement de l’investissement par rapport à 2006 et 2007 et par des difficultés grandissantes pour les entreprises exportatrices de la zone euro. La dynamique favorable qui s’était jusqu’ici enclenchée serait freinée même si la zone euro resterait à l’abri des turbulences financières avec une croissance de 2,5 % en 2008.

A ce jour, la mise en place du troisième pilier de l'Union bancaire, à savoir la création d'une assurance européenne des dépôts, est bloquée. Certains pays – à l'instar de l'Allemagne ou des Pays-Bas – arguent en effet que le risque de défaut bancaire est encore trop hétérogène en zone euro pour permettre une mutualisation des garanties de dépôts. Notre article s'intéresse à la façon de résoudre le « problème » des prêts non performants (PNP) afin de sortir de cette impasse et d'achever enfin l'Union bancaire. L'achèvement de celle-ci est crucial pour restaurer la confiance et permettre l'émergence d'un marché bancaire intégré. Notre état des lieux montre que : 1) Les PNP atteignent encore des niveaux inquiétants dans certains pays. La situation est alarmante pour Chypre et la Grèce où les PNP nets des provisions représentent plus de 20 % du PIB tandis que la situation est « seulement » préoccupante pour la Slovénie, l'Irlande, l'Italie et le Portugal où les PNP nets des provisions sont compris entre 5 et 8 % du PIB ; 2) Au total, fin 2017, le montant de PNP non provisionné pour la zone euro s'établissait à 395 milliards d'euros, soit l'équivalent de 3,5 % du PIB de la zone euro. Considéré à cette dernière échelle, le « problème » des PNP non provisionnés apparaît donc plus modeste. Au-delà des solutions privées consistant en abandon de créances, provisionnement, titrisation et création de bad banks, nous concluons que ce sont les autorités publiques au niveau européen qui disposent in fine des moyens d'action les plus importants. Leurs leviers sont multiples : ils incluent la définition du cadre réglementaire et institutionnel, la supervision par la BCE qui pourrait être étendue à davantage de banques, sans oublier les politiques monétaire et budgétaire au niveau de la zone euro qui pourraient être mobilisées pour acheter des créances douteuses ou entrer au capital de banques en situation de détresse financière.

En raison de la concurrence fiscale, aiguisée par la liberté de circulation des marchandises et des capitaux, les taux de l'impôt sur les sociétés (IS) tendent à diminuer dans les pays développés. Les firmes multinationales pratiquent l'optimisation fiscale en jouant des incohérences entre législations et en localisant leurs profits dans des paradis fiscaux par les prix de transferts et les redevances, ce qui leur donne un avantage concurrentiel par rapport aux entreprises nationales. L'IS a deux justifications : imposer les actionnaires et taxer les sociétés en tant que telles. Cet impôt reste indispensable pour assurer la cohérence du système fiscal, pour taxer les profits non distribués et les actionnaires étrangers, pour permettre à l'État d'orienter la production, pour taxer les grandes entreprises comme agents autonomes. Au niveau international, le principe de la taxation à la source (chaque pays taxe les profits réalisés sur son territoire) doit l'emporter sur celui de la taxation à la résidence, facilement manipulable. Cependant, la mondialisation rend difficile de localiser où le profit est créé (au lieu de production, de commercialisation, de détention des brevets, de résidence des actionnaires ?), et donc où il devrait être imposé. L'harmonisation fiscale suppose un accord entre les pays, difficile à atteindre car les plus petits bénéficient des transferts de profits. Il faut choisir entre l'uniformisation des taux (pour assurer la neutralité fiscale, pour éviter le transfert des profits) et la différenciation pour permettre aux pays désavantagés d'attirer les entreprises. L'article présente le projet BEPS de l'OCDE pour lutter contre l'optimisation fiscale et les projets ambitieux de la Commission européenne d'assiette commune de l'IS (ACIS) et de répartition du profit des entreprises multinationales entre les pays selon une clé non manipulable (ACCIS). Une harmonisation progressive semble plus réaliste. Elle devrait supprimer les possibilités de nonimposition, affirmer le principe de taxation à la source (en imposant la création d'établissement stable, en particulier pour les entreprises numériques), interdire la localisation des profits dans les paradis fiscaux et fixer des taux plancher d'imposition

4
vues

0
téléchargements
Conséquence de la récession, la crise des dettes souveraines est commune à l'ensemble des pays développés. Son ampleur varie toutefois d'un pays à l'autre, selon la situation budgétaire antérieure. Surtout, les marges de manoeuvre diffèrent en fonction des contextes nationaux : ainsi, le Japon et les Etats-Unis sont moins touchés par la crise que les pays de la zone euro, malgré des finances publiques encore plus dégradées. Cela s'explique, selon Céline Antonin, par le fait qu'ils disposent d'instruments plus efficaces pour redresser la situation : ils peuvent s'appuyer sur des politiques budgétaires et monétaires expansionnistes et coordonnées, alors que les institutions de l'Union économique et monétaire condamnent la zone euro à l'austérité.

in Revue de l'OFCE - Analyse et prévisions Publié en 2014-04
4
vues

0
téléchargements
Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier trimestre de 2013 apporte une lueur d’espoir à l’Italie. Le pays, qui a réussi à ramener son déficit budgétaire à 3 % du PIB en 2012, s’était en effet astreint à une purge budgétaire au prix d’une forte récession. La crise et l’austérité ont laissé des stigmates préoccupantes, parmi lesquelles la destruction de capacités de production, la montée de l’endettement public et privé, et la fragilisation des banques avec la montée des créances douteuses. À cela s’ajoute l’instabilité politique qui s’est intensifiée, et qui a conduit au départ précipité d’Enrico Letta et à l’investiture de Matteo Renzi (du Parti démocrate) le 24 février 2014.

10
vues

10
téléchargements
Alors que les Caisses d’épargne célèbrent en 2018 le bicentenaire de leur création, le gouvernement a décidé de modifier la méthode de calcul du taux de rémunération du livret A. Cette mesure concerne un grand nombre d’épargnants : en effet, malgré un taux de détention en baisse[1] en 2016, essentiellement lié à l’application de la loi Eckert[2], le livret A reste populaire et son encours atteint le record historique de 249 milliards d’euros en février 2018. Ce n’est certes pas la première modification de cet ordre : ne serait-ce qu’au début des années 2000, le mode de calcul du taux de rémunération a été modifié à trois reprises[3]. Le projet de réforme présenté le 19 avril 2018 est clairement défavorable aux détenteurs du livret A. Il traduit notamment la volonté de détourner les ménages de l’épargne défiscalisée et de les inciter à investir dans des placements de long-terme dédiés à l’investissement productif ; en cela, il est cohérent avec la réforme de la fiscalité du capital et l’instauration d’une flat tax à 30 %. [Premier paragraphe]

La compréhension des liens entre taux d’épargne et revenu des ménages est cruciale dans de nombreux débats de finances publiques (arbitrage entre taxation du travail ou de la consommation, progressivité de l’impôt sur le revenu, baisse de la taxation du capital,...). L’objectif de cet article est d’étudier, à partir des données de l’enquête Budget de famille 2010-2011 de l’INSEE, les liens entre le taux d’épargne des ménages français et leur revenu. Il s’agit d’abord de tester l’homogénéité des comportements en étudiant les liens entre taux d’épargne et revenu (courant et permanent) des ménages français. On met ensuite empiriquement en évidence l’existence d’un comportement d’épargne de précaution lié au risque sur le revenu, différencié selon le niveau de revenu. On montre d’abord que le taux d’épargne des ménages les plus riches croît avec le revenu permanent : ces derniers épargnent donc davantage sur le cycle de vie. En outre, l’étude empirique permet de mettre en évidence et de quantifier un motif de précaution lié au risque de chômage : le motif de précaution entraîne un surplus de flux d’épargne d’environ 7 % pour les ménages actifs. Par ailleurs, la part du patrimoine de précaution liée à l’incertitude sur le revenu futur se situe autour de 7 % de la richesse globale, ce qui confirme le résultat obtenu sur données françaises par d’autres auteurs (Arrondel et Calvo-Pardo, 2008). Enfin, l’importance du motif de précaution dépend du niveau de revenu selon une courbe en U inversé : il est deux fois plus fort pour les ménages aux revenus intermédiaires que pour les quintiles extrêmes de revenu..

in Revue de l'OFCE - Analyse et prévisions Publié en 2012-05
6
vues

6
téléchargements
Après un premier semestre plutôt encourageant et un acquis de croissance de 0,5 %, l’Italie est entrée en récession fin 2011, avec deux trimestres consécutifs de baisse du PIB. La baisse a été particulièrement marquée au dernier trimestre, avec une chute du PIB de 0,7 %, l’une des plus mauvaises performances de la zone. Le recul du PIB au troisième trimestre était resté contenu, la contribution positive du commerce extérieur ayant permis de limiter l’effet négatif du fort déstockage (contribution de -0,7 point à la croissance) et de la baisse de la demande interne (contribution négative de -0,5 point). Au dernier trimestre, en revanche, la baisse considérable des importations (-2,5 %) n’a pas permis de compenser la baisse de la consommation privée et publique, et surtout n’a pas réussi à enrayer la chute de la FBCF. Cette situation s’explique surtout par le fort resserrement budgétaire et la remontée du coût de financement pour les entreprises et les particuliers. (Premier paragraphe)

in Revue de l'OFCE - Analyse et prévisions Publié en 2013-05
3
vues

0
téléchargements
Alors que le premier semestre 2012 avait été marqué par une grande volatilité des cours, les prix du Brent sont restés relativement stables au deuxième semestre avec une moyenne à 110 dollars. Le Brent est actuellement soumis à plusieurs forces antagonistes. D’une part, les cours restent élevés en raison de la concurrence croissante entre pays développés et pays émergents pour l’approvisionnement, de la politique monétaire expansionniste menée par les principales banques centrales et des troubles politiques en Afrique et au Moyen-Orient. Cependant la faiblesse de la demande en provenance des pays industriels, zone euro en tête, ainsi que la présence de capacités inutilisées au sein de l’OPEP jouent en sens contraire et empêchent le pétrole de repartir vers les sommets de 2008. (Premier paragraphe)

5
vues

5
téléchargements
Alors que l’élection de Matteo Renzi, en février 2014, avait fait naître une vague d’espoir, le premier bilan est décevant. Les réformes visant à transformer l’Italie passent mal alors même que le pays connaît sa troisième année consécutive de récession (-0,2 % de croissance prévue pour 2014) et qu’elle doit affronter les critiques de la Commission européenne sur son incapacité à réduire son déficit structure.l

6
vues

6
téléchargements
Avec une progression de 0,4 % au troisième trimestre 2017 (tableau infra), la croissance italienne semble avoir retrouvé des couleurs et profite de la reprise généralisée en zone euro. L’amélioration de la croissance est liée à plusieurs facteurs : d’abord, la poursuite de la fermeture de l’écart de production (output gap) qui s’était fortement dégradé après la double récession (2008-2009 puis 2012-2013). En outre, la politique budgétaire expansionniste en 2017 (+0,3 point d’impulsion budgétaire), essentiellement ciblée sur les entreprises, et le dynamisme de la consommation portée par la croissance de l’emploi et la hausse des salaires expliquent cette bonne performance. Par ailleurs, l’emploi progresse, sous l’effet de la baisse de cotisations sociales amorcée en 2015 et d’une amélioration de la croissance en 2016 et 2017. [Premier paragraphe]

in Lettre de l'OFCE Publié en 2011-07
6
vues

6
téléchargements
Début 2011, les prix de l'essence affichent des records, dépassant même leur précédent pic de 2008. Cette situation s'explique essentiellement par la dépréciation de l'euro par rapport au dollar et par la hausse des cours du pétrole, sur fond d'instabilité au Moyen Orient. Selon les experts, les prix du pétrole sont structurellement orientés à la hausse: les prix du carburant devraient donc rester durablement élevés. Après avoir décomposé les prix du carburant, et étudié l'évolution de ses composantes, il est nécessaire de s'interroger sur les conséquences d'une hausse pérenne des prix sur les ménages. Il apparaît qu'une baisse généralisée des prix du carburant via une baisse des taxes est coûteuse économiquement et écologiquement et que la nécessité de concilier équité, efficacité et impératif écologique plaide plutôt pour des mesures transitoires comme la mise en place de "chèques transport", spécifiquement ciblées vers les ménages périurbains et ruraux.

in Questions internationales Publié en 2015-11
14
vues

0
téléchargements
Présentation de l'union bancaire, organisée autour de trois piliers : le Mécanisme de surveillance unique (MSU), la directive sur le redressement et la résolution des crises bancaires, et la garantie des dépôts. Commentaires sur les rôles et les enjeux de l'union bancaire.

in International Economics Publié en 2017-10
CORLAY Guillaume
DUPRAZ Stéphane
LABONNE Claire
MULLER Anne
4
vues

0
téléchargements
Jacks et al. (2011) offer a method to measure trade costs that relies exclusively on bilateral exports and GDP statistics. They argue that the reduction in trade costs was the main driving force of trade growth during the first globalization (1870–1913), whereas economic expansion was the main driving force during the second globalization (1950–2000). This potentially major result is driven by the use of an ad hoc aggregation method of bilateral trade costs at the country and at the global levels. What Jacks et al. (2011) capture is that some pairs of countries experienced faster trade growth in the first globalization than in the second globalization. More generally, we cast doubts on the possibility to reach conclusions on aggregate costs with a method that excludes a priori changes in non-trade costs determinants of openness rates and hence can only rephrase the information contained in them.

in Les inégalités environnementales Publié en 2017-01
1
vues

0
téléchargements

3
vues

0
téléchargements
La crise des dettes souveraines au début de l'année 2010 a pour l'instant eu un impact limité sur la croissance de la zone euro. Cette dernière a en particulier été forte au deuxième trimestre avec un rebond à 1 % (après 0,3 % au premier trimestre). L'activité a d'abord été tirée par des facteurs techniques puis par le redressement de l'investissement. La performance de l'Allemagne a été impressionnante (+2,2 % de croissance au deuxième trimestre 2010). Les facteurs qui ont soutenu la croissance au premier semestre 2010 continueraient d'être actifs en fin d'année. De ce fait, le PIB de la zone euro progresserait de 1,7 % en moyenne en 2010. Mais les interrogations liées aux dettes publiques ont laissé des traces, puisque les primes de risques sur les taux publics restent élevées dans plusieurs pays jugés fragiles par les marchés financiers (Grèce, Portugal, Espagne, Italie et Irlande) et que des plans de rigueur très forts ont été adoptés dans plusieurs pays, ce qui pèsera sur leur demande intérieure et donc sur les débouchés des autres pays. En 2011, la croissance du PIB de la zone euro resterait de 1,7 %, moins forte que ce que la dynamique entrevue en 2010 aurait pu laisser supposer. En effet, la restriction budgétaire deviendra générale dans la zone, intervenant alors même que le PIB par tête est inférieur de 4,2 % à son niveau du début 2008, que le taux de chômage reste élevé (9,9 % en 2011) et que le financement des entreprises reste problématique.

Suivant