Full Text
  • No (988)
  • Yes (122)
Document Type
  • Part or chapter of a book (346)
  • Article (209)
  • Book (190)
  • Newspaper article (104)
  • Show more
Research Center
  • Centre d'histoire de Sciences Po (1110)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (19)
  • Sciences Po (11)
  • Centre de recherches internationales (10)
  • Show more
Discipline
  • History (949)
  • Political science (234)
  • Art and art history (74)
  • Sociology (47)
  • Show more
Language
  • French (905)
  • English (141)
  • Italian (46)
  • German (21)
  • Show more
Project
  • SILICOSIS (5)
in Paris du monde entier Publication date 2007
3
views

0
downloads

in Chatting with Henri Matisse: The Lost 1941 Interview Publication date 2013-09
2
views

0
downloads
In 1941 the Swiss art critic Pierre Courthion interviewed Henri Matisse while the artist was in bed recovering from a serious operation. After months of complicated discussions between them, and just weeks before the book was to come out - the artist even had approved the cover design - Matisse suddenly refused its publication. Taken from a typescript of the interview which resides at the Getty Research Institute, this rich conversation (conducted during the Nazi occupation of France) is published for the first time in this volume, where it appears both in English translation and in the original French version. Matisse unravels memories of his youth and his life as a bohemian student in Gustave Moreau's atelier. He recounts his experience with collectors, including Alfred Barnes. He discusses fame, writers, musicians, politicians, and, most fascinatingly, his travels. With a preface by Claude Duthuit, Matisse's grandson, Chatting with Henri Matisse contains a preface by and essays by Yve-Alain Bois and Laurence Bertrand Dorleac. The book also includes unpublished correspondence and other original documents related to Courthion's interview and abounds with details about avant-garde life, tactics, and artistic creativity in the first half of the twentieth century.

4
views

0
downloads
Ce catalogue de l'exposition «Guernica» présente l'histoire de l'un des chefs-d'œuvre majeurs de Pablo Picasso à travers les liens qui unirent le tableau et l'artiste tout au long de sa vie, et la manière dont l'œuvre a infusé la culture jusqu'à devenir une icône populaire. Créé en 1937, Guernica synthétise les recherches plastiques menées par Picasso depuis plus de 40 ans. Grâce à la reproduction de plus de 130 œuvres de l'artiste, cet ouvrage propose une nouvelle lecture des chefs-d'œuvre qui jalonnent la route de Guernica. Exposée, reproduite partout dans le monde, l'œuvre fut à la fois un symbole antifranquiste, antifasciste et pacifiste. Si Guernica est encore aujourd'hui considérée comme une œuvre d'une rare puissance, c'est aussi grâce aux contextes visuels, politiques et littéraires dans lesquels elle a été exposée : le Pavillon de l'Exposition internationale des Arts et Techniques de 1937 et l'importance d'hommes relais tels Michel Leiris ou Paul Éluard. Enfin, le catalogue présentera une dizaine d'œuvres et témoignages d'artistes contemporains directement inspirés par Guernica.

71
views

71
downloads
Cette thèse de doctorat ne vise pas tant à questionner la pertinence de la formule d'École romaine (Scuola Romana) appliquée à un groupe de peintres et de sculpteurs actifs à Rome dans l'entre-deux-guerres qu'à tenter de comprendre le succès de cette étiquette jusqu'à nos jours. Différentes méthodes sont utilisées pour aborder les écrits de critique d'art et les discours scientifiques, mais aussi les productions textuelles plus liées à la fiction et au témoignage. D'autre part, ce travail analyse les carrières singulières des artistes ainsi que le devenir des œuvres afin de replacer l'École romaine par rapport à une histoire du goût en Italie et au-delà. L'étude suit une progression chronologique. Elle porte d'abord sur la réception de l'École romaine du temps de son activité, entre 1918 et 1945, puis interroge la place des artistes du mouvement dans l'Italie de l'après-Seconde Guerre mondiale, dans un contexte marqué par les divisions politiques. Enfin, à partir des années 1980, l'on assiste à une tentative de revalorisation marchande de l'École romaine sans précédent. Il s'agit alors d'évaluer les résultats de cette action et de comprendre ce qui l'a rendue possible. Les questions de la modernité artistique ainsi que celles des liens de la scène artistique romaine avec le fascisme puis avec la mémoire du régime sont au cœur de cette recherche, constituant des approches neuves pour étudier un objet encore mal connu en France.

Sous la direction de MICHAËL Androula, BERTRAND DORLÉAC Laurence Publication date 2005
23
views

0
downloads
Actes du colloque organisé par l'Ecole nationale supérieure des beaux-arts, avec le soutien de l'Institut nationale d'histoire de l'art, l'Institut universitaire de France, le Centre d'histoire de l'Europe du XXe siècle (Sciences Po), les 29 et 30 novembre 2002. Picasso est devenu un objet de mythe au détriment de la connaissance de son oeuvre et de ce qui assure son originalité. En 1930 déjà, Georges Bataille et Carl Einstein dans la revue "Documents", prévenaient qu'il était à la fois le signal de tout ce que le temps possédait de liberté mais également tout ce que l'on s'échinait à détourner et à simplifier au profit d'un peu de confort. Débusquer les idées reçues était en quelque sorte le prix à payer pour affronter une oeuvre qui défiait toute normalisation de l'expérience en art. Cette rencontre a visé à discuter les nombreux clichés inlassablement reconduits jusqu'à ce jour ainsi que les différents aspects de la construction du mythe.

in Nymphéas : L'abstraction américaine et le dernier Monet Publication date 2018-04
22
views

0
downloads
Ce texte montre pourquoi les dernières œuvres de Monet — qui ont servi de matrices aux artistes modernes de la seconde partie du XXe siècle et jusqu’à ce jour — ne pouvaient pas être appréciées par leurs contemporains entre 1914 et 1945.

in Niki de Saint Phalle : 1930-2002 Publication date 2014-09
0
views

0
downloads

6
views

0
downloads

in Jacques Villeglé : vacanze romane Publication date 2009
0
views

0
downloads

in Arts & Sociétés - Lettre du séminaire Sous la direction de BERTRAND DORLÉAC Laurence Publication date 2015-07
DUQUERROY Marion
Centre d'histoire de Sciences Po
21
views

0
downloads
Longtemps délaissé, l’animal se retrouve au centre de l’art contemporain depuis les années 1980 surtout. Contre toute attente, il est moins au service de l’écologie que pour réassurer le statut de l’humain, nous dit Marion Duquerroy dont la thèse sur le sujet sera publiée aux presses du réel. L’histoire de son embaumement puis de sa naturalisation et de sa mise sous verre en dit plus long sur nous que sur lui ; de même, la manie répandue de découper les bêtes en morceaux (« botched taxidermy », selon l’expression de Steve Baker).

2
views

0
downloads
Art of the Defeat offers an unflinching look at the pivotal role art played in France during the German occupation. It begins with Adolf Hitler's staging of the armistice at Rethondes and moves across the dark years - analyzing the official junket by French artists to Germany, the exhibition of Arno Breker's colossi in Paris, the looting of state museums and Jewish collections, the glorification of Philipe Pétain and a pure national identity, the demonization of modernists and foreigners, ans the range of responses by artists and artisans. The sum is a pioneering exposé of the deployment of art and ideology to hold the heart of darkness at bay.

36
views

0
downloads
Dans Le Déclin de l'Occident, Oswald Spengler voyait en Monet aussi les derniers feux du monde occidental et ce livre sombre commencé en 1914 deviendra un best-seller influent dans toute l'Europe après 1918 jusqu'en 1945, pour finalement sombrer dans l'oubli ou presque. Dans sa morphologie historique où l'humanité n'avait pas plus de but que le papillon ou l'orchidée, il annonçait la fin inéluctable de toute la culture occidentale qui avait épuisé son cycle de vie. Or, au moment où Spengler renonçait à devenir le romancier qu'il avait toujours rêvé d'être pour désigner la catastrophe, et alors que l'Europe allait s'abolir dans la boue des tranchées de la Grande Guerre, Monet, l'ancêtre, à moitié mourant, reprenait l'idée de ses Nymphéas en élargissant à l'infini le champ de son rêve d'un tout sans fin dans son laboratoire de Giverny. De son jardin artificiel où se mélangeait savamment la double inspiration de l'Occident et de l'Extrême-Orient, il fit ses derniers chefs-d'œuvre. Installés à l'Orangerie des Tuileries en 1927 et visités aujourd'hui par les amateurs du monde entier, ils sont désormais présentés comme un «monument à la paix» alors que le peintre les avait offerts à la France par l'entremise de Clemenceau comme un monument à la victoire de 1918. Entre-temps, l'Europe avait purgé sa violence dans ses orages d'acier, hantée plus que jamais par le déclin, cette figure imaginée depuis si longtemps par les hommes à partir du moment où le temps fut compté, l'histoire engagée. (4ème de couv.)

in Histoire@Politique Publication date 2007-10
14
views

0
downloads
L'exposition du Grand Palais sur le nouveau réalisme nous rappelle ce que fut un mouvement décapant fédéré par le critique Pierre Restany dont on se rend compte, aujourd'hui, à quel point le discours a occulté en grande partie l'histoire et les œuvres. Passé dans les cabinets ministériels de la Ve République et doué pour la communication, il renchérissait, de façon naïve et lyrique, sur Roland Barthes qui faisait, en 1956, de la nouvelle Citroën « l'équivalent assez exact des grandes cathédrales gothiques », « une grande création d'époque, conçue passionnément par des artistes inconnus, consommée dans son image, sinon dans son usage, par un peuple entier qui s'approprie en elle un objet parfaitement magique [1] » (...).

in Jacques Villéglé, la comédie urbaine Publication date 2008
1
views

0
downloads

Cette publication n'a pas de résumé

Pourquoi nous n’aimons plus la guerre. À travers plus de 550 œuvres, ce livre d’art et d’histoire montre comment les artistes ont contribué au désenchantement de la guerre, des campagnes napoléoniennes aux conflits les plus contemporains. Alors que l’art était depuis toujours dominé par la bataille héroïque, les artistes représentent désormais la guerre sous toutes ses faces, y compris dans ses conséquences les plus atroces sur les humains, les animaux, la nature, les villes, les choses. Témoins ou non, hantés par les traces à fournir de ces orages humains, ils modifient en permanence leur technique et leur politique de représentation afin de rendre visible le chaos engendré. Au-delà des non-dits et de la propagande toujours plus sophistiquée, ils explorent le pire, hideux et fascinant. Ils participent du mouvement des sensibilités, souvent en les précédant. Ils révèlent des effrois qui ne se retrouvent nulle part ailleurs avec une telle puissance.

in Regards d'artistes Publication date 2005
1
views

0
downloads

in la-croix.com Publication date 2016-07
BOUNIOL Béatrice
0
views

0
downloads
Alors que l’exposition à la Fondation Bemberg de la collection d’un ancien nazi fait polémique, l’historienne de l’art Laurence Bertrand Dorléac en décrypte les enjeux.

in La vie des idées Publication date 2011
3
views

0
downloads
Comment les tumultes de l’Histoire affectent-ils la vie psychique des individus ? Laure Murat explore les liens entre folie et politique au XIXe siècle, s’intéressant aussi bien aux patients des asiles, dont beaucoup se prenaient pour Napoléon, qu’aux élites médicales et politiques qui s’efforçaient de les exclure ou les stigmatiser.

« Marie-Louise Tréffez a 22 ans et demeure à Quimper depuis deux mois. Elle est idiote, n’a jamais eu d’accès de fureur, n’a jamais frappé mais elle quitte la maison et reste absente toute la journée. Incapable d’offrir la moindre résistance à qui que ce soit, elle pourrait devenir la victime des passions les plus brutales. De plus, inconsciente de ses actes, elle pourrait mettre le feu et devenir ainsi un danger très sérieux. En conséquence, il y a lieu de la faire entrer dans une maison d’aliénés, etc. » ...

22
views

0
downloads
L’avènement d’une catastrophe expose la vulnérabilité et la résilience d’une communauté. Pour la même raison, la catastrophe représente une fenêtre d’opportunité pour modifier ces conditions. Mais est-ce vraiment le cas? Est-ce que les catastrophes sont suivies par un changement des conditions de vulnérabilité qui l’ont générée ou des facteurs de résilience qui en ont mitigé les effets? À quelles conditions et comment? Cet article cherche à répondre à ces questions à travers l’étude historique des transformations en aval des catastrophes. Nous concentrerons l’analyse sur les désastres séismiques, qui constituent le terrain d’expertise principal de l’auteur, mais avec l’ambition de proposer des éléments de réflexion qui puissent s’adapter à d’autres typologies de catastrophes naturelles. Sur la base d’une comparaison entre le tremblement de terre de Messine de 1908 et celui de la vallée du Belice (Italie) de 1968, mais aussi en référence à d’autres cas, cet article dégagera certains facteurs clés pour comprendre les modifications que les politiques des catastrophes peuvent apporter sur les éléments qui rendent possible la catastrophe ainsi que sur les facteurs qui permettent – une fois la catastrophe survenue – de s’en remettre. L’article se concentre notamment sur trois aspects: le lien entre interprétations du désastre et politiques de protection; les conséquences à long terme des choix de l’urgence; les dispositifs de mémoire institutionnelle. À travers ces trois étapes, l’article démontre comment la modification ou non des conditions de vulnérabilité et résilience est liée aux tensions et conflits entre plusieurs acteurs et intentionnalités qui ne sont pas forcément liés aux politiques de protection et produisent, sur le temps long, des conséquences imprévues.

in American Journal of Industrial Medicine Publication date 2015-11
BLANC Paul D
ROSNER David
4
views

0
downloads
This special issue of the American Journal of Industrial Medicine looks back to the International Conference on silicosis that took place in Johannesburg 85 years ago [International Labour Office, 1930]. Held in 1930, this scientific gathering marked a turning point in the medical and economic history of pneumoconiosis. Moreover, this Conference, ground breaking in its own right, also laid the foundation for the International Labour Organization international convention on silicosis that followed four years later in 1934 [International Labour Office, 1934]. (First lines)

in Le Journal du CNRS Publication date 2016-01
FROUARD Hélène
10
views

10
downloads
Et si, pour améliorer le diagnostic et le traitement d’une maladie, on enquêtait sur la façon dont nos savoirs et nos ignorances se sont construits autour de cette pathologie ? C’est en tout cas l’esprit du projet Silicosis qui, en combinant histoire et médecine, améliore déjà le suivi de patients exposés à certains types de poussières.

in Empreintes Rouges. Nouvelles perspectives pour l’histoire du communisme français Publication date 2018-12
0
views

0
downloads
Le point de départ est ici formé par les empreintes laissées par la mouvance communiste sur la société française, forgeant une culture populaire, capable à la fois d’intégrer – pour une part – exclus et marginaux, de faire pleine place politique à la classe ouvrière – et, au-delà, à tout un petit peuple des villes et des campagnes –, d’associer nombre d’artistes et d’intellectuels et de rassembler ces acteurs politiques singuliers dans des structures, des mouvements, des projets. Mais si le communisme a laissé des empreintes sur la société, c’est aussi parce qu’il a été investi par des acteurs sociaux qui l’ont identifié comme vecteur et support possible d’une politique populaire. L’empreinte communiste se fait ainsi, nécessairement, double : la spécificité du « parti de type nouveau » dialogue avec des héritages et des aspirations populaires tantôt intégrés, accolés, métamorphosés ou dépassés dans ces rencontres.

in Arbeit und Recht. Historisch und vergleichend europäisch und global Publication date 2014-10
5
views

0
downloads

Sous la direction de ROSENTAL Paul-Andre Publication date 2017-04
23
views

0
downloads
Despite the common perception that "black lung" has been relegated to the dustbin of history, silicosis remains a crucial public health problem that threatens millions of people around the world. This painful and incurable chronic disease, still present in old industrial regions, is now expanding rapidly in emerging economies around the globe. Most industrial sectors—including the metallurgical, glassworking, foundry, stonecutting, building, and tunneling industries—expose their workers to lethal crystalline silica dust. Dental prosthodontists are also at risk, as are sandblasters, pencil factory workers in developing nations, and anyone who handles concentrated sand squirt to clean oil tanks, build ships, or fade blue jeans. In Silicosis, eleven experts argue that silicosis is more than one of the most pressing global health concerns today—it is an epidemic in the making. Essays explain how the understanding of the disease has been shaken by new medical findings and technologies, developments in industrializing countries, and the spread of the disease to a wide range of professions beyond coal mining. Examining the global reactions to silicosis, the authors trace the history of the disease and show how this occupational health hazard first came to be recognized as well as the steps that were necessary to deal with it at that time. Adopting a global perspective, Silicosis offers comparative insights into a variety of different medical and political strategies to combat silicosis. It also analyzes the importance of transnational processes—carried on by international organizations and NGOs and sparked by waves of migrant labor—which have been central to the history of silicosis since the early twentieth century. Ultimately, by bringing together historians and physicians from around the world, Silicosis pioneers a new collective method of writing the global history of disease. Aimed at legal and public health scholars, physicians, political economists, social scientists, historians, and all readers concerned by labor and civil society movements in the contemporary world, this book contains lessons that will be applicable not only to people working on combating silicosis but also to people examining other occupational diseases now and in the future. (Publisher's abstract)

Next