Co-auteur
  • MOISSERON Jean-Yves (2)
  • DE SUREMAIN Philippe (1)
  • DELCOUR Laure (1)
  • ZAIONTCHKOVSKAIA Janna (1)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (22)
  • Partie ou chapitre de livre (17)
  • Numéro de périodique (10)
  • Livre (4)
  • Voir plus
in Les banlieues de l’Europe. Les politiques de voisinage de l’Union européenne Publié en 2007
2
vues

0
téléchargements

2
vues

0
téléchargements
Carte blanche CERI/Atelier de cartographie de Sciences Po, par Anne de Tinguy, réalisée en partenariat avec le magazine Carto.

La disparition, en décembre 1991, de l’URSS est inscrite dans le séisme politique qu’a constitué novembre 1989. La chute du « mur de la honte », qui a ouvert la voie à la réconciliation de l’Europe, est à l’origine d’une onde de choc qui a provoqué la fin des « démocraties populaires » et de la domination que l’URSS exerçait sur ces Etats ; elle a été un formidable facteur d’accélération des évolutions en Union soviétique. La commémoration de cet événement invite à la relecture d’un passé immédiat chargé d’événements qui se sont succédés à un rythme si rapide qu’ils n’ont pas toujours été aisés à comprendre ni même d’ailleurs à identifier ainsi qu’à celle des paradigmes et paramètres qui permettent de le déchiffrer. L’objet de ce dossier est d’apporter une pierre à cette réflexion en se penchant sur le rapport de la Russie postsoviétique au monde extérieur à travers la question des frontières.

in Ukraine and the world since 2010 Publié en 2012-10
1
vues

0
téléchargements
Partie du rapport "Ukraine and the world since 2010" pour la Direction des Affaires stratégiques (DAS) du Ministère de la Défense

19
vues

19
téléchargements
Les configurations issues de la crise ukrainienne de 2014 continuent à structurer les évolutions de l’espace postsoviétique. La rupture entre l’Ukraine et la Russie, qui a contraint Moscou à se recentrer sur des projets plus limités qu’elle définit à présent dans un cadre eurasien, s’ancre dans l’espace. La conflictualité russo-occidentale marque toujours de son empreinte les rapports avec et entre les Etats de la région, et favorise une réorientation des territoires. Les conflits du Moyen-Orient, la montée en puissance de la Chine et l’imprévisibilité des Etats-Unis de Donald Trump sont d’autres facteurs d’évolution de la région.

in L’Ukraine au lendemain de l’élection de Petro Porochenko Publié en 2014-07
2
vues

0
téléchargements
Partie du rapport "L'Ukraine au lendemain de l'élection de Petro Porochenko" pour la Direction des affaires stratégiques (DAS) du Ministère de la Défense.

in Etudes du CERI Sous la direction de DE TINGUY Anne Publié en 2016-02
21
vues

21
téléchargements
Regards sur l’Eurasie propose des clefs de compréhension des événements et des phénomènes qui marquent de leur empreinte les évolutions d’une région, l’espace postsoviétique, en profonde mutation depuis l’effondrement de l’Union soviétique en 1991. Forte d’une approche transversale qui ne prétend nullement à l’exhaustivité, elle vise à identifier les grands facteurs explicatifs, les dynamiques régionales et les enjeux sous-jacents.

in Etudes du CERI Publié en 2012-12
1
vues

0
téléchargements
L’Europe centrale et orientale ne se porte globalement pas aussi mal qu’on l’écrit parfois et, d’une certaine manière, nettement mieux que l’Europe occidentale et que la zone euro en particulier. Avant la crise déjà, elle se singularisait par une croissance élevée, qui atteignait 4 % par an en 2008 pour les dix nouveaux membres de l’Union européenne (UE), contre 0,5 % pour les quinze pays de la zone euro. Son taux de chômage était inférieur d’environ 6,5 % à celui constaté dans ladite zone. En outre, dûment chapitrée par les institutions financières internationales, elle pouvait faire état d’une discipline exemplaire en matière de finances publiques, avec une dette qui ne dépassait pas 30 % du PIB pour la grande majorité des seize pays étudiés ici (voir les tableaux synthétiques à la fin de ce chapitre) et était très inférieure à ce niveau pour plusieurs d’entre eux. Quant au déficit des finances publiques, calculé à partir de la moyenne des seize pays, il était inférieur à 3 % du PIB. A tout cela s’ajoute la bonne tenue d’ensemble d’un jeune système bancaire qui, pourtant dépendant de maisons mères occidentales ayant subi le choc de la crise, ne s’est pas effondré malgré les sinistres avertissements des Cassandres : les pays baltes ont bénéficié de liens très forts avec les riches systèmes bancaires de l’Europe du Nord, les pays de l’Europe centrale (à l’exception de la Slovénie) ont su constituer au cours de la transition des banques saines, et les établissements de l’Europe du Sud-Est ont été, au moins momentanément, sauvés par l’action conjuguée des institutions financières internationales dans le cadre des deux « Initiatives de Vienne ».

1
vues

0
téléchargements
Des acteurs extérieurs exercent aujourd'hui une forte attraction sur plusieurs pays de l'Eurasie. Quels objectifs poursuivent-ils ? Quels sont les effets des politiques qu'ils ont mises en place ? Quelles perceptions en a la Russie, l'ancienne puissance impériale ? Au lendemain du sommet du Partenariat oriental qui s'est tenu à Vilnius les 28 et 29 novembre 2013, telles sont les questions auxquelles il s'agit de donner des éléments de réponse, en se penchant sur l'influence de deux de ces grands acteurs extérieurs, l'Union européenne et la Russie.

12
vues

0
téléchargements
Aujourd’hui, les images de la Russie en France restent plurielles et complexes, mais, si l’on en juge par les études de l’opinion publique et de nombreuses publications, elles sont pour la plupart négatives.

Suivant