Coauthor
  • DOYLE Michael W (1)
  • CHARILLON Frédéric (1)
  • GOFFI Emmanuel (1)
  • GUILLAUME Marine (1)
  • Show more
Document Type
  • Part or chapter of a book (12)
  • Article (11)
  • Book (7)
  • Web site contribution (4)
  • Show more
in Le Monde.fr Publication date 2011-06-28
0
views

0
downloads

Quel est aujourd'hui le lien entre la pratique des sanctions économiques et le regard porté sur la guerre ? Nous pouvons aisément constater que certains indicateurs des sanctions - leur nombre, leurs modalités, leur conception - évoluent en accompagnant les transformations du système international ; nous nous interrogerons alors sur la signification d'une telle corrélation (...).

308
views

308
downloads
En 2005, l’article 1er du Statut général des militaires était révisé. A la version précédente de 1972, était ajoutée l’exigence du consentement au sacrifice suprême comme contrainte liée à l’état militaire. Cet ajout nous a conduit à nous poser une question simple mais essentielle : si le sacrifice suprême est une caractéristique fondamentale et traditionnelle du métier des armées, pourquoi a-t-il été jugé nécessaire de le faire apparaitre dans un texte de loi encadrant l’activité militaire ? De cette simple question sont nées de nombreuses interrogations portant sur la pratique du sacrifice et les normes qui l’entourent. Au travers de l’approche constructiviste et de perspectives provenant de différentes disciplines académiques telles que la sociologie, la philosophie, l’histoire ou les relations internationales cette thèse vise à démontrer que le sacrifice suprême ne devrait pas être imposé par une loi. En montrant que le sacrifice est avant tout une pratique religieuse et économique adossée à une transcendance et au besoin de reconnaissance, ce travail souligne qu’en l’absence de ces éléments le sacrifice suprême ne peut être exigé. Par ailleurs, envisagée hors du cadre des guerres traditionnelles, la mort pro patria, initialement légitimée par la défense de la patrie, n’est plus pertinente. L’intervention en Afghanistan illustre nos réflexions. Cette étude de cas permet d’expliquer comment, afin de maintenir l’idéalité du sacrifice suprême, cette intervention a été décidée dans le cadre d’un processus de sécurisation et été présentée de manière trompeuse comme une guerre justifiée par la menace que le terrorisme représente à l’encontre des démocraties libérales.

in Contractual Knowledge. One Hundred Years of Legal Experimentation in Global Markets Publication date 2016-06
MALLARD Grégoire
6
views

0
downloads
International norms – both social and legal – are usually the by-product of historical ruptures during which new generations of norms entrepreneurs benefit from windows of opportunities to force global structural changes. For instance, it is widely noticed that the two world wars in the twentieth century have led to massive global normative changes in financial regulation. One can only cite the sudden rise of states’ recognition of a duty to provide for the social security of their citizens – a move that is often associated with the rise of Keynesianism (Hall 1989) – or a duty to repair war-led destructions. Most often, in the last century, the addition of new duties on the side of states has been framed in the language of hard-gained rights by citizens who suffered catastrophic destruction from the Great War to the end of the Cold War. By focusing on the emergence and evolution of such a new norm as the state's duty to repair, we wish to trace the origins of major shifts in international norms and citizens’ rights throughout the twentieth century...

1
views

0
downloads
Des mois durant, l’histoire du petit Elian a tenu l’Amérique en haleine et a soulevé les passions à Cuba. Ce Cubain de six ans, repêché au large de la Floride le 25 novembre 1999 alors que sa mère avait trouvé la mort en tentant de gagner les États-Unis avec lui, est très vite devenu le centre d’une attention mondialisée. L’affaire est révélatrice des enjeux de l’émigration cubaine vers les États-Unis. Mais surtout, Elian sauvé des eaux est une métaphore vivante de notre monde post-bipolaire. Sa tragédie témoigne de la place des émotions dans un monde d’images sans frontières. À la faveur d’une théâtralité nouvelle, la diffusion des sentiments polarise les consciences et les identités, elle scinde aussi les corps. Enfin, cette irruption de l’« humain » dans le jeu des États discrédite l’embargo obsolète qui régit encore les relations entre les deux pays concernés (...).

4
views

4
downloads
Il est difficile d’imaginer que le plan proposé par Kofi Annan puisse réussir car on voit mal quels en seraient les bienfaits à terme. Ses objectifs manquent de clarté. Imaginons une partie où le fort est en train de céder du terrain dans sa confrontation avec le faible. Le premier impose au second une très grande souffrance en violant les règles que des arbitres divisés et délibérément distraits sont censés faire respecter. En dépit de l’importance de la peine qui lui est infligée, le faible est déterminé à aller jusqu’au bout. Il finit par attirer la sympathie d’un nombre grandissant de personnes qui sollicitent alors les arbitres. Malgré leur embarras, ceux-ci sont obligés de rappeler le fort à l’ordre mais ils ne le contraignent pas (...).

in Justifier la guerre ? De l'humanitaire au contre-terrorisme Publication date 2005
0
views

0
downloads

in War, Torture and Terrorism: Rethinking the Rules of International Security Publication date 2008
1
views

0
downloads

0
views

0
downloads
À travers l'analyse de certains portraits de grands dignitaires de l'État, ce texte explore les rapports entre une esthétique de la représentation du pouvoir et une rationalité d'une science réaliste des relations internationales fondée sur la distanciation amorale. Dans l'incarnation de l'État par les grands, cette esthétique du regard communique avec cette science de la vision. Notre analyse montre que le trait précède la science et qu'à travers le travail du peintre l'intuition du regard de l'État préfigure la construction d'un savoir froid et objectivant. Les correspondances entre ces trois regards — le peintre, le diplomate et le savant — sont à l'origine d'une énigme dont la raison du politique est le cœur.

0
views

0
downloads
This publication has no abstract.

Next