Coauthor
  • BONO Irène (6)
  • TOZY Mohamed (6)
  • SAMUEL Boris (5)
  • LEGUIL-BAYART Jean-François (4)
  • Show more
Document Type
  • Article (19)
  • Book (14)
  • Part or chapter of a book (12)
  • Periodical issue (10)
  • Show more
La création de l’État d’Israël est imbriquée dans l’histoire de deux des plus grandes populations de réfugiés de l’époque : des juifs venus s’installer en Israël et des Palestiniens contraints de fuir le territoire. Pourtant, la centralité de ces deux figures a empêché la création de la catégorie de réfugié en Israël. Depuis les années 1970 et surtout depuis la seconde moitié des années 2000, des groupes et individus cherchant asile en Israël se confrontent à un dispositif qui évite de reconnaître des réfugiés. Ce dispositif a été institutionnalisé dans la dernière décennie sans pour autant résoudre le paradoxe d’une terre d’asile sans réfugiés. A partir d’un travail de recherche empirique fondé sur des entretiens avec des acteurs impliqués dans l’établissement du dispositif d’asile et sur une lecture critique de documents officiels, je retrace la socio-histoire de ce dispositif en analysant les modalités de catégorisation, le gouvernement des circulations et les redéploiements de la sphère institutionnelle. Le gouvernement des migrants en quête d’asile s’inscrit certes dans des processus globaux de restriction de l’asile et de diffusion de politiques antimigratoires. Mais il fait aussi partie d’une histoire nationale qui permet l’établissement d’un dispositif répressif ciblant majoritairement les Érythréens et les Soudanais, les qualifiant d’« infiltrés », à l’instar des Arabes qui s’introduisaient sur le territoire devenu israélien dans les années qui ont suivi l’établissement de l’État. Ce dispositif dit l’histoire non linéaire et la construction toujours en cours de l’État et des assemblages contemporains de souveraineté, nationalisme et néolibéralisme.

in L’État d’injustice au Maghreb. Maroc et Tunisie Publication date 2015-10-26
TOZY Mohamed
9
views

0
downloads
En 1996, l’oued Bouskoura – dont le cours a été détourné dès les années 1920 par les services du protectorat autant pour permettre une urbanisation accélérée que pour consolider le mythe de sa puissance sans limite – s’est rappelé au souvenir des Casablancais en inondant les quartiers populaires de Bouchentouf, El Fida, Derb Soltane et Boujdour. Des dizaines de maisons se sont effondrées et des centaines de familles ont passé des mois sous des tentes ou dans des écoles. Alors que la frénésie réformiste atteignait le royaume et qu’une révision consensuelle de la Constitution ouvrait de nouvelles perspectives à la participation de l’opposition au pouvoir, concrétisant pour la première fois en termes politiques cet élan réformateur, les inondations ont conduit les pouvoirs publics à dépasser la problématique de la gestion urbaine pour poser la question de la responsabilité de l’État. La transformation est fondamentale...

in Codesria Bulletin Publication date 2000
HIBOU Béatrice
BANEGAS Richard
14
views

0
downloads
The introduction of ideas of good governance, decentralization, rural development, and above all, of civil society, as key factors in new forms of multilateral intervention has allowed the completion and enforcement of a general approach to the reform of the State and to a redefinition of its role in the economy first begun under structural adjustment programmes. However, the approach of "civil society" is based on a simplistic and divisive concept of the social domain and has had the result of taking politics out of the process of democratization. The difficulty of defining what exactly civil society is and, therefore, the infinite number of possibilities of manipulating this "concept", have opened the way for an erosion of administrative and institutional capacity, and the strengthening of elites. In Benin, the association movement has been developed not only as an interface between the State and civil society, but also as a melting pot for the reciprocal assimilation of elites. Local development associations have become major politico-economic resources and important ways of upward social mobility for political actors. They provide one of the main areas for redefining the collusive transactions of the passive democratic revolution, offering the 'évolués' (Akowé) of the new regime unexpected opportunities for straddling the borders of the economic and the political, the rural and the urban, and the local and the global. This "associative straddling" has turned the elites of the "Renewal" into the Akowé of the countryside, whose involvement in collective action through local development associations has become increasingly necessary if they are to gain access to resources from abroad (particularly aid channelled to NGOs), essential for conquering prestige and power.

Publication date 1997
ELLIS Stephen
HIBOU Béatrice
74
views

0
downloads
Fraudes et trafics en grand, exploitation sauvage des ressources, économie de pillage, privatisation des institutions, criminalisation des pratiques du pouvoir, multiplication des milices armées, extension de la guerre... L'Afrique noire semble sur la pente d'une criminalisation préoccupante de l'état. Loin des tabous et des anecdotes stéréotypées, s'appuyant sur une connaissance vivante et fine des processus économiques, culturels, politiques et militaires à l'oeuvre sur le continent, les trois auteurs de ce livre proposent des critères, déploient une analyse novatrice et présentent un pronostic : bien sombre, mais encore ouvert. Ont participé à cet ouvrage Jean-François Bayart (CNRS, CERI, Paris), Stephen Ellis (Centre d'études africaines, Université de Leyde) et Béatrice Hibou (CNRS, CEAN, Bordeaux).

La prise en considération des principales statistiques démographiques, économiques et financières disponibles confirme que l’Afrique n’est décidément pas le continent de l’« immobilité » ou de la « tradition », n’en déplaise à Hegel (et à Nicolas Sarkozy). Elle est en pleine transformation sociale. Bien que la projection de ces données sous forme de prévision soit toujours sujette à caution, elle permet de s’interroger sur les formes d’organisation possibles de la région dans le domaine politique, à un horizon d’une cinquantaine d’années (...).

in Critique internationale Publication date 1998-10
HIBOU Béatrice
172
views

172
downloads
L'expression ambivalente de "privatisation de l’Etat" entend à la fois rendre compte d’un phénomène (la généralisation des processus de délégation de fonctions régulatrices, voire régaliennes à des intermédiaires privés et la montée des réseaux et des marchés) et proposer une interprétation de l’évolution de l’Etat dans les pays du Sud : celle de la "décharge" (selon le terme de Max Weber), qui n’est ni perte de contrôle, ni cannibalisation par le privé, mais redéploiement de l’Etat sous l’effet de transformations nationales et internationales. La privatisation ne doit pas être comprise comme une captation de l’Etat par les élites, mais bien comme une gouvernementalité à part entière. Elle constitue une modalité nouvelle de la formation de l’Etat dans les pays du Sud, et non pas son délitement.

in L’État d’injustice au Maghreb. Maroc et Tunisie Publication date 2015-10-26
13
views

0
downloads
L’analyse du mouvement social dans le bassin minier de Gafsa permet d’aborder de façon originale la question du traitement des inégalités sociales et régionales en Tunisie. La rente phosphatière y est importante en termes de ressources financières, de ressources en devises mais aussi d’équilibre régional, bien que cette dimension soit volontiers éclipsée dans les débats publics...

in Alternatives internationales. Hors-série Publication date 2004-11
0
views

0
downloads
Lenteur, opacité, timide ouverture aux capitaux étrangers... Depuis 1987, l'Etat tunisien a mis en oeuvre un programme de privatisation tout en gardant le contrôle de l'économie.

12
views

0
downloads
En tant que non-spécialiste de Weber, et plus généralement non-historienne de la pensée, j’ai pris cette invitation de Pierre Mercklé à lire La Domination pour les lecteurs de Lectures/Liens socio non comme un commentaire ou une revue critique de l’une des œuvres majeures de Weber, un travail d’exégète pour lequel je suis totalement incompétente, mais comme une explicitation de ce qu’elle m’inspire...

in The Spirits of Neoliberal Reforms and Everyday Politics of the State in Africa Publication date 2016-12
24
views

0
downloads
In 1996, Revenue Management Associates Ltd., a subsidiary of the Lazard Frères Bank, signed a contract to manage and collect indirect taxes in Cameroon. In 1994, South African black empowerment was delegated to large private consortiums through the stock exchange...

Next