Co-auteur
  • SAUGER Nicolas (12)
  • BROUARD Sylvain (10)
  • FRANÇOIS Abel (6)
  • GUINAUDEAU Isabelle (4)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (33)
  • Partie ou chapitre de livre (16)
  • Livre (9)
  • Contribution à un site web (5)
  • Voir plus
Dans cette thèse, nous proposons d’évaluer la représentation politique en Europe, tout en insistant sur la nécessité de considérer le point de vue individuel du citoyen. Nous développons ainsi une perspective nouvelle et originale sur la congruence entre les citoyens et les partis politiques. De plus, nous analysons la manière dont le système partisan affecte cette congruence au niveau micro et macro et, par conséquent, la manière dont celle-ci influence la satisfaction des citoyens envers le système politique. Nous nous appuyons tout d’abord sur le concept de représentation chez Pitkin, ainsi que les théories récentes sur le rôle des représentants. Ce faisant, l’importance des partis politiques, en particulier dans le contexte européen, est rappelée. Nous abordons ensuite la recherche sur l’opinion publique et la façon dont cette dernière analyse la relation entre les citoyens et l’Etat. Dans un troisième temps, nous revenons sur les approches qui combinent la recherche sur les partis politiques et l’opinion publique, en nous concentrant en particulier sur le concept de congruence. Toutefois, ces recherches présentent des lacunes, auxquelles nous proposons de remédier en développant une nouvelle approche de la relation entre les citoyens et les partis politiques. A partir d’une compréhension normative différenciée de la qualité de la représentation, des nouvelles normes pour juger la représentation du point de vue des citoyens sont présentées et de nouveaux concepts de congruence au niveau micro sont développés. Ce faisant, nous élaborons une typologie innovante de la congruence entre les citoyens et les partis politiques, reposant sur neuf concepts différents, introduits à travers (1) l'identification des critères d'évaluation de la représentation et (2) la formulation des normes pour l'évaluation de la représentation. Ces normes sont alors concrétisées en des indicateurs empiriques. Nous commençons par décrire, dans une optique comparative, la congruence entre les États membres de l'UE pour l'année 2014. Nous explorons ensuite la relation entre le système partisan et la congruence au niveau micro et macro, mettant ainsi en lumière l’impact du système partisan sur la congruence en fonction des divers concepts utilisés. Au niveau micro, l’analyse montre que la relation entre un concept de la congruence et le système partisan est stable et ne diffère pas, quel que soit l’enjeu. Au niveau macro, en revanche, les effets ne sont pas systématiques, mais varient en fonction des enjeux. Ces résultats éclairent sous un nouveau jour la relation entre le système partisan et la représentation, et contribuent ainsi à sa meilleure compréhension. Enfin, les effets de la congruence sont analysés à l'aide de modèles multi-niveaux, de façon à démontrer comment la congruence influence les jugements des citoyens sur la représentation politique. Il est démontré qu’au niveau micro, cette influence est systématique ; toutefois, l’intensité de cet effet varie selon l’enjeu. De ce point de vue, les enjeux qui importent le plus sont l’intégration européenne, la redistribution et la politique fiscale. En conclusion, notre recherche enrichit le débat théorique sur les partis politiques ; nos résultats permettent une meilleure compréhension de la représentation et expliquent la présumée « crise de la représentation », ouvrant de nouvelles pistes de recherches pour le futur.

in La déconnexion électorale Publié en 2017-04
25
vues

25
téléchargements

L’ouvrage de M. Duckenfield s’insère dans un débat déjà ancien sur la relation entre groupes d’intérêt économiques et accords économiques internationaux. De longue date, ce travail est dominé par les approches dites d’économie politique internationale, qui s’inspirent pour l’essentiel d’une application du théorème Stolper-Samuelson aux relations internationales. Ce dernier, en résumé, postule que les détenteurs de facteurs de production relativement abondants favoriseront l’ouverture commerciale et combattront les entraves au commerce international, tandis que les détenteurs de facteurs de production relativement rares tendront au contraire à s’opposer à l’ouverture et défendront des mesures protectionnistes. Dans sa version dynamique, ce modèle implique que l’évolution des prix sur le marché international va régulièrement refaçonner les coalitions dans l’arène nationale en faveur et contre le libre-échange (...).

in Constructing a Policy-making State? Policy dynamics in the European Union Publié en 2012-09
LEBLOND Patrick
6
vues

0
téléchargements

Cette contribution analyse les stratégies du gouvernement en France pour accroître son contrôle de l’agenda en matière de politique européenne. Depuis le traité de Maastricht, le Parlement français a cherché à développer le contrôle parlementaire sur ces dossiers. Malgré un progrès indéniable, nous soutenons qu’en s’appuyant sur le déséquilibre de départ, le gouvernement est parvenu à neutraliser l’essentiel de ces avancées. L’explication que nous avançons est avant tout institutionnelle, dans la mesure où le déséquilibre de départ entre institutions permet au gouvernement de structurer les changements et leurs effets à sa guise.

This paper examines the evolution of intra-executive relations under the Fifth Republic. In particular, it looks at the presidential decision to change or reshuffle governments. It shows that the president has used the institutional privileges to reshuffle and replace governments very much in his own best interests. Moreover, we try to understand whether the evolution of the party system has affected this practice. We show that current tendencies are not strong or unambiguous enough to find strong effects.

in La Vie des Idées Publié en 2011
FRANÇOIS Abel
8
vues

8
téléchargements
Quelle est la population des députés français depuis les débuts de la Cinquième République ? Au travers d’une analyse statistique de la composition des 13 législatures, A. François et E. Grossman dressent un portrait du député français et suivent l’évolution des pensionnaires de l’Assemblée Nationale. Il apparaît que la structure socioprofessionnelle en est particulièrement stable.

Suivant