Co-auteur
  • GAYER Laurent (8)
  • LASCOUMES Pierre (8)
  • GODEFROY Thierry (7)
  • ROUSSELET Kathy Jeanne (3)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (25)
  • Livre (10)
  • Partie ou chapitre de livre (9)
  • Numéro de périodique (7)
  • Voir plus
in Cogito. Le magazine de la recherche Publié en 2021-06-29
12
vues

0
téléchargements
« Il n’y a pas meilleur cabinet d’avocats que Smith & Wesson, surtout lorsqu’il s’appuie sur un mandat de calibre 12. ». C’est avec cette expression, on ne peut plus imagée, qu’un membre du groupe de vigilantes américains « Posse Comitatus » exprimait, en 1978, le fondement de son engagement. Se faire justice soi-même, en groupe ou en solitaire, tel est le crédo du « vigilantisme » dont le succès ne cesse de croitre à travers les frontières. De quoi s’agit-il ? Quelles sont les origines et formes de ce mouvement ? C’est à ces questions qu’ont cherché à répondre Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer, chercheurs au CERI. Ils publient aujourd’hui les résultats de leur enquête dans Fiers de punir. Le monde des justiciers hors-la-loi (Seuil, 2021). Entretien. Propos recueillis par Miriam Périer, CERI.

in Paroles d'histoire Publié en 2021-06-21
11
vues

0
téléchargements
Entretien avec Laurent Gayer et Gilles Favarel-Garrigues, par André Loez, autour de leur ouvrage "Fiers de punir. Le monde des justiciers hors-la-loi", Paris, Seuil, 2021.

La « chasse aux pédophiles » est une pratique controversée à travers laquelle des amateurs du maintien de l’ordre s’improvisent détectives, agents interpellateurs, voire juges et bourreaux, au nom de la protection de l’enfance. Ce nouveau « vigilantisme », renouvelé par un usage intensif des outils numériques, s’inscrit dans un rapport ambivalent à la loi et dessine la forme moderne prise par la justice expéditive, une justice sans appel.

Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer sont les auteurs de Fiers de punir. Le monde des justiciers hors-la-loi qui paraît aux éditions du Seuil. Ils ont répondu à nos questions sur leur travail et sur leurs recherches respectives qui ont conduit à ce livre écrit à quatre mains. Propos recueillis par Miriam Périer.

165
vues

0
téléchargements
Excédés par le présumé laxisme des tribunaux, les justiciers autoproclamés s'évertuent à punir par eux-mêmes les fauteurs de trouble. Violant la loi pour maintenir l'ordre, ils s'improvisent détectives, juges et bourreaux. Adeptes du lynchage et autres châtiments spectaculaires, ils trouvent un nouveau public sur les réseaux sociaux. Des groupes d'autodéfense du Far West aux chasseurs de pédophiles en Russie contemporaine, les justiciers hors-la-loi sont typiquement des hommes blancs, réactionnaires et xénophobes. Toutefois, mouvements révolutionnaires et défenseurs des dominés ne s'interdisent pas de manier, à leur tour, le fouet et le feu. L'auto-justice compte en outre de fervents zélateurs dans les services répressifs. Et quand policiers et paramilitaires s'affranchissent du cadre légal pour nettoyer la société, ils précipitent l'avènement de l'État justicier.

9
vues

0
téléchargements
Gilles Favarel-Garrigues and Laurent Gayer are the authors of Fiers de punir. Le monde des justiciers hors-la-loi (Proud to Punish. The World of Outlaw Vigilantes), published in May 2021 by the Editions du Seuil. They answer our questions about this work and about their respective research that led them to write this book together. Interview by Miriam Périer.

in Faire, défaire la démocratie. De Moscou, Bogota et Téhéran au conseil de l'Europe Sous la direction de BONNARD Pascal, DAKOWSKA Dorota, GOBILLE Boris Publié en 2021-04-08
45
vues

0
téléchargements
[Résumé de l'ouvrage] Alors que les régimes autoritaires tendent à se durcir et que les libertés publiques sont de plus en plus remises en question dans les démocraties libérales, le formalisme démocratique (norme électorale, expression de la « société civile », dispositifs participatifs, etc.) continue d’être très largement mobilisé comme source de légitimation interne et internationale.

38
vues

0
téléchargements
Moral entrepreneurs who volunteer to enforce rules by themselves have spread in 2010s Russia. As ‘rule enforcers’ they patrol the streets to catch offenders. Some of these enforcers have conflictual relations with the police, while others operate in cooperation with it. This essay describes the development of vigilante justice in contemporary Russia. Two particularities of the Russian case are striking. First, the activities of several citizen policing initiatives are in fact recorded and posted on YouTube and VKontakte, where they reach a large audience, generating support for their activities and, in particular, for the leaders of such groups. Second, the development of these groups is not the simple outcome of a powerless state failing to maintain order or to fight crime. The essay will reveal how these new forms of policing contribute, paradoxically, to the strengthening of state authority.

in Introducing Vigilant Audiences Sous la direction de TROTTIER Daniel, GABDULHAKOV Rashid Publié en 2020-10
42
vues

0
téléchargements
Since the beginning of the 2010s, vigilante groups have appeared in the streets and on the Internet in Russia. Acting in the name of civil society, these "activists” (aktivisty) patrol the streets in order to find badly parked vehicles, inspect shops in order to check whether they sell expired products or hunt and trap alleged paedophiles. This paper focuses on public debates about Russian vigilante groups, id est on controversial issues surrounding their activity. It considers who voices the public critique and what exactly is criticized. The discussions encompass issues such as legality and morality of vigilantes’ acts, their retributions, their social usefulness and their efficiency. But do vigilantes care about critique, and how does critique affect their activity? The theoretical framework of this paper is influenced by pragmatic sociology, particularly the analysis of controversies, which emphasizes the role of the audience in public disputes. As a case-study, this paper focuses on a particular group, named Lev Protiv. Founded in 2014 and based in Moscow, this vigilante group presents itself as a "social project”, whose mission is to patrol train and metro stations, commercial areas and public gardens, urging smokers and drinkers to respect the law.

88
vues

0
téléchargements
Fariba Adelkhah et Roland Marchal, chercheurs au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po, ont été arrêtés en Iran au début du mois de juin 2019. Incarcérés depuis lors, ils sont retenus dans la prison d'Evin, au nord de Téhéran. Leurs collègues se mobilisent pour leur libération. Dans cet ouvrage de combat, ils utilisent les outils de la recherche pour analyser de telles situations de crise politique et diplomatique, rappellent la fragilité de l’indépendance scientifique et les périls qu’encourent quotidiennement des centaines d’universitaires sur de nombreux terrains internationaux pour faire avancer la connaissance.

Suivant