Coauthor
  • DELAUNAY Bénédicte (25)
  • LE CLAINCHE Michel (25)
  • RIHAL Hervé (19)
  • PERRINEAU Pascal (8)
  • Show more
Document Type
  • Article (131)
  • Part or chapter of a book (62)
  • Report (42)
  • Book (26)
  • Show more
in The Conversation Publication date 2018-05
11
views

0
downloads
L'analyse des données de la vague 18 de l'enquête électorale française du CEVIPOF, réalisée du 25 avril au 2 ami 2018, montre que l'évaluation de l'action d'Emmanuel Macron est surtout positive dans les catégories supérieures de la société française. Néanmoins, les variables lourdes comme le statut socioprofessionnel ou le niveau de patrimoine comptent moins que le niveau de libéralisme économique.Le soutien politique dont bénéficie Emmanuel Macron un an après son élection reste donc assez conjoncturel et fragile.

in Le Nouveau Magazine Littéraire Publication date 2018-04
26
views

0
downloads
La révision constitutionnelle lancée par le gouvernement en avril 2018 ne peut résoudre les problèmes de la démocratie représentative en France. La réduction du nombre de parlementaires ne peut qu'accroître au contraire la distance entre les citoyens et leurs élus. En ajoutant une dose de proportionnelle dans la désignation des députés elle ne fait que renforcer le rôle des partis politiques. Les attentes de nombreux citoyens en matière de participation ne seront pas satisfaites.

in Cahiers de la fonction publique et de l'administration Publication date 2003-06
0
views

0
downloads
Depuis le début des années 1990, s’impose la nécessité de changer les modes de recrutement ainsi que les outils de gestion des cadres supérieurs de l’État. Eu égard aux cadres de la fonction publique d’État qui restent la référence pour toute réforme administrative, deux questions se posent : quel peut-être leur horizon professionnel ? Quels sont les changements principaux dans leur situation professionnelle ?

in Revue française d'administration publique Publication date 2013-01
2
views

0
downloads
L’accès des femmes aux emplois dirigeants de l’État a été très tardif et difficile en France. La mise à l’écart des femmes a longtemps été justifiée par une conception autoritaire et quasi‑militaire de la fonction publique comme par l’insertion des femmes dans des logiques familiales de pouvoir. L’étude des postes dirigeants de la fonction publique montre que des progrès ont été réalisés à partir des années 2000. Néanmoins, les femmes hauts fonctionnaires doivent mobiliser davantage de ressources sociales et professionnelles que les hommes pour mener des carrières de niveau comparable. Les inégalités entre hommes et femmes amplifient les inégalités entre femmes hauts fonctionnaires.

in Vingtième siècle - Revue d'histoire Publication date 2012-10
2
views

2
downloads
Le gaullisme de la haute fonction publique entre 1958 et 1974 est faible. L’utilisation de banques de données empiriques permet de souligner tout d’abord que les hauts fonctionnaires sont moins attirés par le gaullisme en 1958 que par la gauche ou le centrisme. Après 1958, la proportion de députés hauts fonctionnaires n’est pas plus importante chez les gaullistes que chez les centristes ou les socialistes. Contrairement à ce qui a été souvent soutenu, la « fonctionnarisation du politique » sous la Cinquième République ne passe pas par les hauts fonctionnaires. La pratique gaulliste laissant une grande autonomie aux services, les hauts fonctionnaires ne s’engagent pas de manière partisane et jouent surtout la carte de leur professionnalisme. L’étude prosopographique du corps préfectoral comme de l’inspection des Finances montre que l’engagement gaulliste reste très rare. Les hauts fonctionnaires se sont servis du gaullisme pour conforter leur pouvoir social.

in Revue internationale des sciences administratives Publication date 1988
BODIGUEL Jean-Luc
0
views

0
downloads

6
views

6
downloads
Le débat sur le cumul des mandats s’appuie sur des arguments que l’analyse systématique de l’activité des députés de la XIIIe législature invalide. En effet, l’analyse ne permet pas de conclure au fait que le cumul des mandats entraînerait une moindre activité parlementaire, ni que les députés cumulards ne seraient dévoués qu’aux intérêts de leurs collectivités d’ancrage.

in Revue française d'administration publique Publication date 2003-01
1
views

0
downloads
En 1995, un article sur la comparaison des politiques de réforme de l’État en Europe concluait à la nécessité de prendre en considération les interactions des administrations publiques et des sociétés afin de comprendre ce qui se jouait derrière des mesures apparemment techniques. En huit ans, la question de la réforme de l’État n’a cessé de prendre de l’ampleur en France, dépassant l’horizon dans lequel elle était habituellement confinée, à savoir la réforme administrative destinée à l’amélioration en interne de l’instrument bureaucratique. La réforme de la loi de finances et la mise en place de véritables lois de programmes prévues pour 2006 comme le nouveau projet de décentralisation ou la réforme des régimes de retraite des fonctionnaires lancés par le gouvernement Raffarin en 2002 viennent illustrer l’évolution du débat. [Premier paragraphe]

in Revue française de science politique Publication date 2004-02
440
views

440
downloads
Avec cet ouvrage, J. Chevallier offre au lecteur un vaste panorama des transformations subies par l’État moderne et qui le conduisent vers une postmodernité ambiguë, complexe, difficile à simplifier. J. Chevallier ne propose pas en effet un ouvrage normatif, simple, qui nous expliquerait que l’État est mort, que la gouvernance devient le nouveau principe des sociétés occidentales et que les principes wébériens sont définitivement révolus. Bien au contraire, puisque l’auteur prend soin de souligner à plusieurs reprises que l’évolution qui affecte l’État ne signifie pas sa disparition en tant qu’organisation politique. Tout en restant toujours prudent, l’ouvrage se présente comme une synthèse particulièrement claire des grandes transformations que la science politique et le droit ont pu repérer. Ces transformations ne sont pas seulement endogènes : elles impliquent de prendre en considération celles qui affectent simultanément le droit et la vie politique. C’est à travers la crise plus générale des valeurs et des institutions, explique J. Chevallier, que l’on peut tenter de cerner la postmodernité de l’État-nation. L’ouvrage est donc organisé en trois grands chapitres, permettant une présentation systématique des arguments (...).

in Cahiers français Publication date 2014-03
13
views

0
downloads
Après deux décennies de repli, l'État, à la suite notamment de la crise de 2008, est de nouveau l'objet d'attentes fortes et a retrouvé un rôle important dans la conduite de la vie économique. Si certains indicateurs - nombre de candidats à l'ENA, diminution des "pantouflages" - témoignent de l'attractivité élevée en France de la haute fonction publique, celle-ci n'en est pas moins confrontée à la disparition des "grandes carrières" mêlant parcours publics et privés et à une interrogation sur le rôle désormais dévolu à ses membres. Mais l'élaboration d'un nouveau modèle social pour les hauts fonctionnaires - dans un contexte de profond affaiblissement de la classe politique - suppose un renouvellement de la sociologie des impétrants en même temps qu'une dépolitisation des carrières.

Next