Co-auteur
  • COSTA-LASCOUX Jacqueline (2)
  • LAQUIÈZE Alain (2)
  • CLÉMENT Jean-Paul (1)
  • VERPEAUX Michel (1)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (33)
  • Partie ou chapitre de livre (32)
  • Article de presse ou magazine (18)
  • Livre (17)
  • Voir plus
in Le Point Hors-série Publié en 2008-11
1
vues

0
téléchargements

in Historia constitucional Publié en 2014-09
26
vues

26
téléchargements
Une sorte de dialogue entre Tocqueville et Guizot a existé, sans être étudié, sur la notion d’aristocratie en Amérique comme en France. Pour Guizot, la République des États-Unis n’est pas une démocratie, car les « gentlemen » sont présents à divers niveaux, tandis que, pour Tocqueville, seuls les « lawyers « constituent un élément aristocratique. En réalité, la controverse a existé avant et après la révolution américaine, du fait notamment de John Adams, futur président des États-Unis. Ce débat est plutôt un révélateur de la France et de sa façon de considérer les élites et l’État.

in Revue française de science politique Publié en 1983-12
JAUME Lucien
18
vues

18
téléchargements
Le concept hobbien de «personne fictive ou artificielle» sous-tend une vision originale de la représentation. Le concept superpose trois noyaux sémantiques et organise un surprenant renversement: si la « multitude » institue contractuellement l'Etat, c'est l'Etat qui institue « le peuple ». Il ne peut donc s'agir dans le Léviathan, ni de ce qu'on appelle habituellement une pure « métaphore », organiciste et artificialiste, ni d'une vision juridique de l'Etat à titre de « personne morale ». Avec Hobbes, l'Etat devient « fictif », c'est-à-dire humain, sécularisé et institué, mais réel, de cette réalité incontour-nable qui fait que les hommes obéissent à ce qu'ils ont créé. A la fois précurseur d'un gouvernement au nom du Peuple (dont la France révolutionnaire proclamera l'existence), et modèle pur du Pouvoir, le Léviathan devrait entrer dans toute réflexion sur la politique moderne et la démocratie d'après 1789. Il resterait à montrer en quoi Hobbes se rattache, mais surtout s'oppose, à la pensée politique anglaise de son temps, par cette théorie de la souveraineté comme « personne fictive » du peuple : complément qui fait l'objet d'une recherche en cours.

in Madame de Staël, Œuvres complètes, série III, œuvres historiques, t. 1, Des Circonstances actuelles et autres essais politiques sous la Révolution Publié en 2009
15
vues

0
téléchargements

Sous la direction de CLÉMENT Jean-Paul, VERPEAUX Michel, JAUME Lucien Publié en 1997
1
vues

0
téléchargements

Suivant