Co-auteur
  • MICHELAT Guy (41)
  • TIBERJ Vincent (38)
  • VITALE Tommaso (23)
  • BOY Daniel (16)
  • Voir plus
Type de Document
  • Partie ou chapitre de livre (169)
  • Article (118)
  • Article de presse ou magazine (98)
  • Audiovisuel (74)
  • Voir plus
1
vues

0
téléchargements

11
vues

0
téléchargements
Journée du Centre Maurice Halbwachs et du Master ETT « Publier en sciences sociales : comités de rédaction, éditeurs et auteurs au travail », 31 mars 2008, Ecole Normale Supérieure, Campus Jourdan

in Regards Croisés Publié en 2014-06
1
vues

1
téléchargements
La France est-elle touchée par une vague d’antisémitisme sans précédent ? Non, répond Nonna Mayer. S’appuyant sur le rapport 2013 de la CNCDH, elle montre que les juifs restent de loin la minorité la moins stigmatisée, même si la crise affecte de façon globale l’indice de tolérance.

7
vues

7
téléchargements
Le Front national, en se revendiquant du populisme, s'inscrit dans une mouvance très répandue en Europe, qui pourrait se caractériser par le refus de la médiation, l'appel au peuple contre les élites. Mais la méfiance envers un personnel politique considéré comme corrompu est, par exemple, aussi fréquente dans l'électorat d'extrême gauche. L'électeur du FN se distingue plutôt par son ethnocentrisme, son rejet des autres. Et populiste n'est pas nécessairement synonyme de « populaire ». La catégorie sociale la plus défavorisée, celle des ouvriers, est plus représentée dans l'électorat du PC ou des Chasseurs que dans celui du FN, qui fait de meilleurs scores chez les artisans, les industriels et les professions libérales. Les milieux populaires se singularisent d'abord par leur abstentionnisme. L'extrême droite est donc à la fois moins «populiste» et moins «populaire» qu'il n'y paraît.

in La Lutte contre le racisme et la xénophobie : rapport public 2002 Publié en 2003
1
vues

0
téléchargements
Depuis deux ans la France connaît une recrudescence de violences antisémites, d’une exceptionnelle gravité. Les statistiques du ministère de l’Intérieur font état, pour l’année 2000, d’un nombre record de 119 actions et 624 menaces, essentiellement au dernier trimestre, après le déclenchement de la « seconde Intifada ». En 2001 on compte 29 actions et 163 menaces, pour les deux tiers constatées après les attentats du 11 septembre, et pour les huit premiers mois de l’année 2002 près de 400 actes et menaces, intervenant surtout après le début de l’opération Rempart et l’entrée des troupes israéliennes dans le camp de réfugiés de Jénine. Le compte s’alourdit encore si l’on ajoute aux actions et menaces signalées à la police l’antisémitisme ordinaire recensé par les services de la communauté – crachats, insultes, et autres incivilités quotidiennes – qui ne font pas toujours l’objet d’une plainte mais entretiennent un climat d’insécurité. Faut-il y voir l’indice d’un retour en force de l’antisémitisme dans la société française, voire, comme le pense Pierre-André Taguieff, d’une « nouvelle judéophobie », diffusée par les réseaux islamistes et tiers mondistes sous le masque de l’antisionisme et de l’anti-impérialisme ? [Premier paragraphe]

in Dictionnaire de l’extrême droite Publié en 2007-03
1
vues

0
téléchargements
Les électeurs du Front national étaient moins de 100 000 aux élections législatives de 1981, ils sont plus de deux millions aux élections européennes de 1984, et dépassent les cinq millions et demi au second tour de l'élection présidentielle de 2002. Quelle est la nature, quels sont les facteurs explicatifs d'un tel vote ? Le « séisme » du 21 avril 2002, qui voit les scores cumulés des candidats d'extrême droite (Jean-Marie Le Pen et Bruno Mégret) frôler les 20 % et Le Pen arriver en seconde position, devant le candidat socialiste, peut-il se reproduire ? Les enquêtes électorales du Cevipof effectuées lors des scrutins présidentiels de 1988, 1995 et 2002 apportent un début de réponse, montrant à la fois les permanences, les transformations et le potentiel de ce vote d'un scrutin à l'autre.

in L’engagement politique : déclin ou mutation ? Publié en 1993
0
vues

0
téléchargements
Il est aujourd'hui banal d'évoquer la crise politique que traverse la France. La baisse de la participation électorale, le déclin du militantisme partisan et syndical, le discrédit de la classe politique, la montée des partis protestataires, la vigueur de la contestation sociale (infirmières, étudiants, agriculteurs, camionneurs, délocalisés etc.) en sont les signes les plus évidents. Annoncent-ils pour autant une mort prochaine du politique, une faillite de la démocratie ? [Premières lignes]

in Dictionnaire historique et critique du racisme Publié en 2013-05
4
vues

0
téléchargements

in Le Monde Publié en 2013-12-12
1
vues

0
téléchargements

0
vues

0
téléchargements
La politiste Nonna Mayer critique la méthode du sondage de Fondapol qui soulignait l’émergence d’un « nouvel antisémitisme » chez les musulmans.

Suivant