Coauthor
  • CREEL Jérôme (23)
  • ANTONIN Céline (15)
  • TOUZE Vincent (15)
  • DUCOUDRE Bruno (8)
  • Show more
Document Type
  • Article (41)
  • Part or chapter of a book (10)
  • Working paper (10)
  • Book (4)
  • Show more
International relocation has become a topical issue in recent months, in France as elsewhere in Europe. This working paper is a set of four articles. Guillaume Daudin and Sandrine Levasseur provide an assessment of the impact of international relocation on French employment. Georges Pujals deals with offshore outsourcing in the financial sector from a European perspective. Catherine Mathieu and Henri Sterdyniak focus on policy measures taken or to be taken in face of job losses in the French economy. Jean-Luc Gaffard and Michel Quéré show that free competition alone is not optimal for European economies and that a combination of structural and growth oriented macroeconomic policies is needed.

in Revue de l'OFCE Sous la direction de TIMBEAU Xavier Publication date 2016-12
FEIGL Georg
MARTERBAUER Markus
REHM Miriam
SCHNETZER Matthias
ZUCKERSTÄTTER Sepp
ANDERSEN Lars
NISSEN Thea
DAHL Signe
HOHLFELD Peter
LOJAK Benjamin
THEOBALD Thomas
TRUGER Achim
LEBAYON Sabine
9
views

9
downloads
While a Grexit was avoided in the summer 2015, the same was not true for a Brexit, as on 23 June 2016 British voters chose to leave the EU. This should, however, be a slow process since the United Kingdom and the European Union have a period of two years following notification by the British government of its decision to implement Article 50 of the Treaty on the European Union to come to an agreement specifying the conditions for withdrawal. This is triggering a new political crisis in Europe that will have long-term implications, as the agreement will redefine not only trade relations between the EU and UK but also the conditions governing the movement of people.

in Revue de l'OFCE Publication date 2016-12
FEIGL Georg
MARTERBAUER Markus
REHM Miriam
SCHNETZER Matthias
ZUCKERSTÄTTER Sepp
ANDERSEN Lars
NISSEN Thea
DAHL Signe
HOHLFELD Peter
LOJAK Benjamin
THEOBALD Thomas
TRUGER Achim
LEBAYON Sabine
18
views

18
downloads
As we will see in this chapter, there has been some improvement in the European Labour market in the last couple of years. However, unemployment remains high, especially long-term and youth unemployment. This raises the question of human capital depreciation, stigmatisation and unemployment hysteresis. At the same time both inequality and poverty are continuing have increased since the crisis started European economic policy barely takes into account the academic consensus that measurement of economic performance and social progress is necessary and has to go beyond GDP. To facilitate evidence-based well-being oriented economic policy, we need to reform the European Economic Governance and to establish some kind of sustainable development indicators (SDI) to measure progress beyond economic growth. The SDIs should take into account the protection of the natural capital and social justice to help define and improve policies. SDIs show reasons for optimism in some areas, while substantial progress needs to be done in other areas, including poverty. The chapter shows a very heterogeneous Europe in terms of unemployment, inequality and sustainability. Therefore, both EU as a whole and the dispersion between countries are analyzed in this chapter.

4
views

0
downloads
Le 1er janvier 2011, l'Estonie deviendra le 17e membre de la zone euro. Voilà qui devrait faire réfléchir ceux qui envisagent l'éclatement de la zone. En Estonie, l'euro est en effet perçu comme une consécration de la politique pro-européenne menée depuis l'effondrement de l'ex-URSS. Depuis près de vingt ans, l'Estonie s'est ancrée à l'Europe en matière monétaire - via le currency board -, en matière commerciale - les deux tiers de ses exportations ayant pour destination l'Union européenne (UE) -, et enfin en matière budgétaire par le biais d'une politique budgétaire rigoureuse. Cet effort a permis au pays de remplir les critères de Maastricht. Pourtant, ces critères ne permettent pas de rendre compte pleinement des enjeux de l'intégration de l'Estonie à la zone euro. Après treize années de croissance (1994-2007), l'Estonie a subi la crise de plein fouet, enregistrant une récession record de -13,9% en 2009. Cette forte dégradation conjoncturelle se double de faiblesses structurelles - faible compétitivité, fort endettement privé, pressions inflationnistes - qui risquent d'en faire un nouveau maillon faible de la zone euro, au moment même où cette dernière cherche à se redéfinir.

À ce jour, la mise en place du troisième pilier de l’Union bancaire, à savoir la création d’une assurance européenne des dépôts, est bloquée. Certains pays – à l’instar de l’Allemagne ou des Pays-Bas – arguent en effet que le risque de défaut bancaire est encore trop hétérogène en zone euro pour permettre une mutualisation des garanties de dépôts. (Premier paragraphe)

A l’heure où l’Amérique s’apprête, sous l’impulsion de son nouveau président Donald Trump, à mettre fin à la régulation bancaire adoptée en 2010 par l’administration Obama, l’Europe entame une troisième année d’Union bancaire (Antonin et al., 2017) et se prépare à l’arrivée d’une nouvelle réglementation prudentielle. [Premier paragraphe]

3
views

0
downloads
Depuis 2008, la détérioration de l’environnement financier et ses effets sur l’économie réelle ont mis à rude épreuve les systèmes bancaires aux États-Unis et en Europe. La crise financière résultant de la crise des subprime s’est transmise à tous les segments des marchés financiers et les banques ont dû faire face à une crise de confiance qui a requis une intervention des pouvoirs publics. Comparé à d’autres pays de l’Union européenne, le système bancaire français a plutôt mieux résisté à la crise financière.

8
views

0
downloads
Depuis 2008, la détérioration de l’environnement financier et ses effets sur l’économie réelle ont mis à rude épreuve les systèmes bancaires aux États-Unis et en Europe. La crise financière résultant de la crise des subprime s’est transmise à tous les segments des marchés financiers et les banques ont dû faire face à une crise de confiance qui a requis une intervention des pouvoirs publics. Comparé à d’autres pays de l’Union européenne, le système bancaire français a plutôt mieux résisté à la crise financière.

3
views

0
downloads
Cet article étudie la relation entre le taux d’emploi des seniors, la structure productive et l’accélération du progrès technique. L’existence d’une relation entre taux d’emploi et structure productive repose sur deux hypothèses. La première est que l’évolution de la spécialisation ces 30 dernières années a principalement consisté en une tertiarisation d’une part et en une introduction croissante de contenu technologique d’autre part. La seconde est que l’offre de travail des seniors présente des caractéristiques qui les rendent plus vulnérables à cette évolution. Afin d’identifier cette relation, nous comparons la structure productive de la France avec celles de cinq pays de l’UE-15 qui présentent de meilleurs résultats en termes de taux d’emploi des seniors : le Danemark, la Finlande, la Suède, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Pour caractériser la structure productive et la mettre en relation avec les caractéristiques de l’offre de travail des seniors, nous mobilisons les classifications internationales des industries utilisant le contenu en Recherche et Développement, le contenu en connaissance et le contenu en technologie de l’information et de la communication. L’exercice de caractérisation conduit à identifier la spécialisation de la France comme étant plutôt défavorable à l’emploi des seniors comparativement à celle des cinq pays de référence. Cette détermination structurelle du taux d’emploi des seniors, toutes choses égales par ailleurs, doit inciter à se préoccuper des qualifications des cadets d’aujourd’hui pour influencer le taux d’emploi des seniors de demain.

Next