Co-auteur
  • CAUTRÈS Bruno (8)
  • LE HAY Viviane (4)
  • PERCHERON Annick (4)
  • BOY Daniel (3)
  • Voir plus
Type de Document
  • Partie ou chapitre de livre (87)
  • Article (45)
  • Article de presse ou magazine (20)
  • Livre (19)
  • Voir plus
24
vues

0
téléchargements
À défaut de constituer une génération politique, ce qui rassemble les jeunes Français d'aujourd'hui est d'entrer en politique dans un contexte bien différent de celui de la jeunesse de leurs parents. Aujourd'hui, la confiance dans les institutions politiques et dans les gouvernants est au plus bas. Les partis politiques sont en crise. Le doute s'est emparé des urnes et l'abstention ne cesse de se rappeler d'élection en élection. Comment votent-ils ? Quelles sont les fractures sociales et culturelles, mais aussi civiques et politiques, qui traversent la jeunesse française ? Un profond renouveau du cadre de la citoyenneté semble s'imposer, plus défiant et plus critique, régi par une perplexité dominante, mais non dépolitisé. (Résumé éditeur)

in Dictionnaire des élections européennes Publié en 2005
0
vues

0
téléchargements

2
vues

0
téléchargements
Projet a posé trois questions à Anne Muxel, politologue, directrice de recherche au Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po, Paris)

in La Politique en France et en Europe Publié en 2007-04
2
vues

0
téléchargements

0
vues

0
téléchargements

in La Société française : un bilan sociologique des évolutions depuis l'après-guerre Publié en 2011-09
10
vues

0
téléchargements
En trente ans le système politique français a connu des transformations importantes affectant le rapport des citoyens aux institutions qui les gouvernent ainsi que leur participation à la vie démocratique. De nouveaux clivages idéologiques se sont imposés reconfigurant l'offre électorale. Dans un contexte d'affaiblissement des allégeances sociales, institutionnelles et partisanes, les choix politiques se sont individualisés et sont devenus plus fluctuants. Le rapport au vote s'est modifié du fait de la diffusion de l'abstention et de la généralisation de la défiance politique. La protestation politique s'est renforcée. Enfin, la médiatisation a considérablement changé l'exercice du pouvoir comme la perception que peuvent en avoir les citoyens. La politisation des Français, à l'instar de ce qui se passe dans d'autres démocraties occidentales, combine pragmatisme et protestation.

2
vues

2
téléchargements
Malgré des conditions d'insertion socio-économique et professionnelle similaires à celles des jeunes français des milieux populaires, les jeunes de la deuxième génération maghrébine adoptent des attitudes et des comportements politiques spécifiques. A âge égal et à niveau d'études égal, ils montrent un intérêt pour la politique et un niveau d'engagement plus marqués que les jeunes français de souche, ainsi qu'une orientation se portant massivement à gauche. Si l'attachement à la religion musulmane perdure, il se définit avant tout comme un héritage familial et culturel et semble n'entretenir que peu de liens avec la politique. Par ailleurs, le rôle des filles franco-maghrébines apparaît comme singulier : chez elles, la radicalisation à gauche et l'activisme politique sont encore plus manifestes que chez les garçons, en même temps qu'elles se montrent moins attachées à leurs origines culturelles et familiales.

in Les Cultures politiques des Français Publié en 2000
57
vues

0
téléchargements

Suivant