Co-auteur
  • MAZEAUD Denis (4)
  • XIFARAS Mikhaïl (4)
  • PIMONT Sébastien (3)
  • JESTAZ Philippe (3)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (35)
  • Partie ou chapitre de livre (20)
  • Livre (10)
  • Actes de colloque (5)
  • Voir plus
in Dictionnaire des conventions Publié en 2016
22
vues

0
téléchargements
Comment penser l'économie autrement ? Depuis trente ans, des chercheurs de différentes disciplines participent au développement d’une économie des conventions qui construit une nouvelle représentation de l’économie. Les 75 auteurs réunis dans cet ouvrage fournissent un éclairage exceptionnel sur cette approche à partir des travaux de l’un de ses principaux artisans, Olivier Favereau. Plus que tout autre économiste, il a œuvré tout au long de sa carrière aux échanges interdisciplinaires pour renouveler notre compréhension des phénomènes économiques. Les différentes entrées de ce dictionnaire non standard discutent, utilisent ou prolongent ces travaux. Le lecteur dispose ainsi d’une introduction sans équivalent aux débats contemporains sur l’évolution des savoirs économiques : les nouvelles représentations de l’entreprise, du travail, de la finance et plus généralement des comportements économiques et de leur dimension politique. [Résumé éditeur]

in Revue interdisciplinaire d'études juridiques Publié en 2006
39
vues

39
téléchargements
René Demogue ne fait guère partie de la mémoire collective des juristes français. Il ne figure pas vraiment au Panthéon des grands civilistes de la première moitié du XXe siècle : Henri Capitant, Louis Josserand, Marcel Planiol ou encore Georges Ripert le dépassent en notoriété. Il n’est même pas mentionné parmi les principaux contestataires que l’institution a plus ou moins marginalisés ; Demogue n’est ni Édouard Lambert ni Emmanuel Lévy. André-Jean Arnaud dit simplement de lui qu’il a « commencé par assouplir les doctrines de l’exégèse pour les adapter à l’évolution socioéconomique et politique »1. Demogue serait donc un auteur de second plan, intermédiaire entre deux époques, si ce n’est entre deux écoles : celle de l’exégèse, ou plus exactement du code, et celle qui s’est ellemême qualifiée de « scientifique » (...).

in Dictionnaire historique des juristes français Sous la direction de HALPÉRIN Jean-Louis, KRYNEN Jacques, ARABEYRE Patrick Publié en 2007
6
vues

0
téléchargements

in De magistraat en de professor – Hulde aan Walter van Gerven Sous la direction de HORSMANS Guy, VAN GERVEN Dirk Publié en 2017
49
vues

0
téléchargements

in Droit et actualité : études offertes à Jacques Béguin Publié en 2005
JAMIN Christophe
54
vues

0
téléchargements

in Revue trimestrielle de droit civil Publié en 2015
41
vues

0
téléchargements
Dans une série d'interventions récentes, le premier président Bertrand Louvel a relevé que la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme bouleversait l'économie du pourvoi, dans la mesure où cette juridiction exerce un contrôle de proportionnalité au cours duquel elle aborde les questions en droit, mais aussi en fait. C e constat a en partie contribué à sa décision d'instituer une Commission de réflexion sur la réforme de la Cour de cassation dont il a confié la coordination des travaux au président Jean-Paul Jean. Dans le prolongement d'un article que l'auteur avait publié avec MM. Jestaz et Marguénaud (Révolution tranquille à la Cour de cassation, D. 2014. 2061 ), le président Jean l'a invité à prononcer, le 30 mars 2015, une conférence aux fins d'évaluer, à partir d'une comparaison entre un arrêt de la Cour de cassation française et un jugement de la Cour suprême du Canada rendus à propos d'un cas identique et portant sur une question qui met en jeu des droits fondamentaux, les implications du contrôle de proportionnalité sur les modes de raisonnement des Hauts magistrats et la motivation de leurs décisions. Le présent texte reproduit cette conférence. [Premier paragraphe de l'article]

in Archives de philosophie du droit Publié en 1992
JAMIN Christophe
34
vues

0
téléchargements
Le plus grand arrêtiste du XIXe siècle, Joseph-Émile Labbé, est aujourd'hui perçu comme un auteur intermédiaire entre une École dogmatique vouée à l'exégèse du code civil et l'École scientifique moderne plus attentive à l'étude de la jurisprudence. Une telle conception, issue de plusieurs thèses soutenues au début du siècle et popularisée par Bonnecase, ne résiste pas à l'examen des écrits de Labbé qui sont comparables à ceux de la plupart de ses contemporains. Le nouveau visage que révèle l'arrêtiste pourrait ainsi contribuer à renouveler notre perception de la doctrine du XIXe siècle, qui aurait connu plusieurs courants doctrinaux concurrents et non des époques successives.

Suivant