Coauthor
  • CAPELLE-POGACEAN Antonela (9)
  • SLIM Assen (3)
  • JAKŠIĆ Milena (3)
  • DYMI Amilda (2)
  • Show more
Document Type
  • Article (62)
  • Conference contribution (26)
  • Part or chapter of a book (15)
  • Report (11)
  • Show more
En ces temps de crise financière, politique et morale de l’Union européenne, la Bulgarie se verrait bien exemplaire. C’est du moins ce que donnait à penser une déclaration du vice- Premier ministre et ministre des Finances bulgare, Simeon Djankov, à la télévision, le 15 août dernier. Il avait alors affirmé : « les Américains font moins bien que nous en termes de politiques fiscales. Ils ont clairement besoin de prendre exemple sur nous ». Quelques semaines plus tard, les autorités bulgares devaient cependant revoir leurs prévisions de croissance à la baisse (2,3% en 2012 au lieu des 4,1% prévus au printemps 2011) et préparaient, pour prévenir une éventuelle contagion de la crise de la zone euro, une très restrictive loi de finances 20122. Au sein de la société, soumise depuis l’automne 2009 à unepolitique d’austérité (réduction des effectifs de la fonction publique, gel des salaires et des retraites) à peine adoucie en contexte électoral, l’humeur est sombre : si l’on en croit la dernière enquête de l’Eurobaromètre sur le climat social rendue publique le 17 octobre dernier, plus de neuf Bulgares sur dix jugeraient la situation de l’emploi « mauvaise » (le taux de chômage s’élevait à 9,4% en septembre 2011) ; plus de la moitié des ménages évoquent des difficultés financières. 57% des personnes interrogées estiment que leur situation s’est dégradée par rapport à 2006. Faut-il voir dans ces deux récits contrastés un jeu à double face, pareil à celui qui fit jadis le bonheur des descriptions burlesques du politique ou y lire l’impuissance des indicateurs économiques et sociaux à offrir une lecture univoque et consensuelle des réalités contemporaines ? (...).

in Le Courrier des pays de l'Est - La Documentation française Publication date 2006-08-01
RAGARU Nadège
SLIM Assen
0
views

0
downloads

Publication date 2004-02-14
RAGARU Nadège
2
views

0
downloads

in Revue d’études comparatives Est-Ouest Publication date 2005-09
RAGARU Nadège
5
views

0
downloads
L'objet de cet article est de mettre en perspective les débats politiques et les mobilisations sociales qui ont accompagné la réforme du maillage communal en Macédoine en 2004. Le principe de la décentralisation faisait partie intégrante des accords d'Ohrid, un compromis négocié entre majorité macédonienne ethnique et minorité albanaise sous l'égide de la communauté internationale au terme du conflit de 2001. L'opposition de la majorité slave à la nouvelle délimitation des frontières municipales promue par le gouvernement a revêtu une ampleur inattendue. Comment la comprendre ? Quand on parle de découpage communal, est-ce bien de pouvoir local qu'il est question ou l'organisation des territoires mettrait-elle en cause plus que la gestion de prérogatives et de ressources rares ? L'hypothèse avancée est que les réactions à la refonte des municipalités gagnent à être abordées à travers une étude des interconnexions entre enjeux locaux, loyautés communautaires et logique étatique. Adopter une telle démarche conduit à souligner l'impact des trajectoires de construction nationale différenciées suivies par les communautés vivant en Macédoine sur les perceptions et pratiques de l'État, du territoire et des frontières dans ce pays. Le redécoupage des frontières municipales constitue par ailleurs l'un des lieux où l'on peut observer les effets complexes de la réorganisation progressive des dynamiques communautaires autour de l'opposition entre Macédoniens ethniques et Albanais sur le positionnement des « petites » minorités (turques, roms, serbes et valaques), placées dans la situation malaisée de devoir prendre position en faveur de l'un ou l'autre des principaux protagonistes.

in Le Courrier des pays de l'Est - La Documentation française Publication date 2004-08-01
RAGARU Nadège
0
views

0
downloads

in Critique internationale Publication date 2010-04
5
views

0
downloads
Depuis la création d’un État bulgare en 1878, le départ vers le cœur de l’Empire ottoman, puis vers la Turquie a constitué pour les populations turcophones de Bulgarie un horizon du pensable, parfois du possible. De ces migrations successives il a résulté une multitude de manières d’être Turc originaire de Bulgarie en Turquie. Ces appartenances sont interrogées ici telles qu’elles se constituent dans une pratique des lieux qui est aussi pratique de la filiation et du temps. En examinant les voyages des racines de Turcs de Bulgarie établis dans les mégapoles turques de Bursa et d’Istanbul, l’analyse invite d’abord à reconsidérer l’opposition parfois trop marquée entre des notions de « départs » et de « retours » qui ne reflètent pas la variété des significations attribuées aux voyages – rêvés ou accomplis, routinisés ou exceptionnels – par ceux qui y prennent part. Elle suggère ensuite à quel point les manières de réinvestir (ou non) la terre des ancêtres sont corrélées à des trajectoires sociales qui médiatisent la question de la filiation à travers celle de l’affiliation revendiquée dans le pays d’installation. Elle montre enfin combien les voyages des origines, souvent envisagés comme fenêtres sur la spatialité des identifications, constituent des objets temporels, non par leur seule inscription dans la durée du trajet et du séjour, mais par l’invitation qu’ils représentent à retraverser des passés sélectivement relus. Ce faisant, ils constituent des vecteurs de réagencement des temporalités individuelles, familiales et collectives à la faveur desquels s’élaborent les récits changeants de l’appartenance.

Etude réalisée pour la Délégation aux affaires stratégiques (DAS), ministère de la Défense.

in Les recompositions des figures du religieux dans l'Europe d'aujourd'hui Publication date 2007-09-01
RAGARU Nadège
2
views

0
downloads
Si l'objectif du présent texte est, premièrement, d'éclairer l'histoire du " schisme " au sein de l'Eglise orthodoxe de Bulgarie, ses origines et ses dynamiques, à travers cette étude il s'agira également de comprendre comment les enjeux politiques, sociaux et confessionnels s'imbriquent et tissent les significations, plurales et ductiles, des évolutions de l'orthodoxie bulgare. En l'occurrence, l'hypothèse que l'on cherchera à défendre est que l'inscription dans la durée des divisions ecclésiales a été rendue possible par l'entrée en résonance du " schisme " avec d'autres clivages saillants dans la vie sociale et politique bulgare. Une pluralité d'intervenants - liés ou non à l'Eglise - y a lu et, plus souvent encore, projeté des questionnements nés dans son propre univers social. Autour de la querelle ecclésiale sont ainsi venues s'agréger des polémiques relatives à l'interprétation du passé communiste et de l'histoire bulgare sur la longue durée, à l'orientation géopolitique souhaitable du pays ou encore aux conditions de production d'un Etat de droit. Cette capacité à accueillir et à refléter des débats à caractère non confessionnel a pesé tant sur les modes de déploiement de la querelle intra-orthodoxe que sur son dénouement, car ce qui s'est joué dans le " schisme " était également la capacité des entrepreneurs politiques, juridiques et droits-de-l'hommistes à établir la légitimité de leur parole dans d'autres arènes (politiques, judiciaires et militantes). Ces investissements extérieurs à l'Eglise n'en ont pas moins contribué à modeler les débats intra-orthodoxes et les recompositions du religieux en Bulgarie post-communiste. La réflexion procédera en quatre temps, comme autant de strates venant composer le feuilleté des univers de sens que la querelle ecclésiale a mis en jeu : on reviendra tout d'abord sur les principaux acteurs et étapes du " schisme ", cherchant à éclairer les interprétations que les membres du corps ecclésial ont donné de leur conflit. Les deux parties ont à maintes reprises saisi la justice de leur contentieux. Dans un second temps, le regard se portera donc sur les constructions de la controverse de l'univers du droit, reformulée comme elle l'est par les débats agitant le monde judiciaire sur le modèle de justice " démocratique " à construire. Les jeux relatifs au droit nous inviteront ensuite à réincorporer dans l'analyse du " schisme " une troisième catégorie d'acteurs, les élites politiques, à qui les divisions intra-orthodoxes ont servi de terrain d'affrontement dans l'établissement de ce qui se voulait une " vérité " sur le passé communiste. Enfin, la reconstitution de la querelle ecclésiale mettra en scène un dernier univers d'intervenants - orthodoxes laïcs, étudiants et enseignants en théologie, fondations caritatives - qui s'emploient depuis quelques années à donner à l'Eglise orthodoxe une plus grande visibilité dans la société bulgare. Comme on le verra, leurs prises de paroles pour (et au nom de) l'Eglise véhiculent des lectures divergentes du rôle que l'institution religieuse devrait revendiquer, de son insertion régionale et internationale ou encore de la foi " juste ". De la sorte, elles participent à la pluralisation des offres de croire, non à l'unité espérée.

in The Holocaust and European Societies. Social Processes and Social Dynamics Sous la direction de BAJOHR Frank, LÖW Andrea Publication date 2016-12
34
views

0
downloads
During World War II, Bulgaria was an ally of Nazi Germany but, resisting German pressure, it decisively postponed the deportation of about 48,000 Bulgarian Jew. However, in the territories under Bulgarian occupation - Vardar Macedonia and the Pirot region in Yugoslavia; and Western Thrace (the eastern part of Aegean Macedonia) in Greece - 11,343 Jews were rounded up and deported to Nazi extermination camps. Only a handful survived. How can we account for what might appear to be an utterly two-faced policy from the Bulgarian regime?

Next