Coauthor
  • POIRIER Marine (6)
  • BURGAT François (5)
  • CATUSSE Myriam (3)
  • LOUER Laurence (2)
  • Show more
Document Type
  • Web site contribution (24)
  • Part or chapter of a book (20)
  • Article (17)
  • Newspaper article (12)
  • Show more
Daech est-il l'enfant illégitime des monarchies du Golfe ? Et l'Arabie saoudite un « État islamique qui a réussi » ? Les attentats du 13 novembre ont relancé le débat sur le rôle de l'idéologie wahhabite – version ultra-puritaine de l’islam née au XVIIIe siècle sur le territoire de l'actuelle Arabie saoudite – dans l'essor idéologique, politique et financier des djihadistes, et sur les contradictions entre la guerre contre Daech et l’alliance avec l'Arabie saoudite. Comprendre si l'islam rigoriste promu dans le Golfe constitue plutôt un sas vers la guerre sainte ou un barrage contre le djihadisme exige de saisir la genèse contradictoire de ces notions, la spécificité d’un pouvoir saoudien qui articule de manière très particulière les rapports entre politique et religieux, mais aussi les ambiguïtés de la realpolitik moyen-orientale.

171
views

0
downloads
Dialogue entre Laurent Bonnefoy, Alain Dieckhoff et Stéphane Lacroix autour du colloque Regards sur le fondamentalisme sunnite organisé au CERI les 5 et 6 décembre 2016.

11
views

11
downloads
Lorsque l'on évoque la question des identités religieuses contemporaines au Yémen, il semble entendu que les Yéménites se répartissent à peu près équitablement selon deux écoles de l'islam : le zaydisme chiite et le chaféisme sunnite. Un certain nombre de mutations, plus ou moins captées et instrumentalisées par l'Etat républicain, réduisent toutefois la portée analytique de cette lecture. Le face à face entre identités religieuses a progressivement laissé la place à un processus de convergence, qui ne saurait être réduit à une phénomène de « sunnisation » du zaydisme. Cette convergence est essentiellement le résultat de la diffusion du réformisme musulman et d'une individualisation et marchandisation croissantes de la pratique des acteurs. La domination de cette « nouvelle » identité religieuse yéménite n'est toutefois pas complète et entraîne, en réaction, d'importants phénomènes de résistance venant de certains courants zaydites et du salafisme mais aussi paradoxalement du pouvoir étatique.

in Le Monde diplomatique Publication date 2014-11
3
views

0
downloads
La prise de Sanaa par la rébellion houthiste le 21 septembre dernier met fin à la domination des Frères musulmans et de leurs alliés tribaux sur le système politique né du soulèvement révolutionnaire de 2011. La chute soudaine de la capitale yéménite aux mains d’un mouvement d’obédience chiite, sans grande résistance de l’armée, représente pour beaucoup une surprise et génère des interprétations contradictoires.

in Revue française de science politique Publication date 2012
BONNEFOY Laurent
POIRIER Marine
5
views

5
downloads
En s’intéressant aux mobilisations nées du processus révolutionnaire yéménite engagé en janvier 2011, cet article, né d’une longue expérience de terrain partagée, étudie les interactions entre des pratiques émergentes et les « propriétés structurelles des systèmes sociaux ». Il fait l’hypothèse d’une dualité du processus révolutionnaire qui apparaît comme produit par les acteurs qui le portent mais aussi comme contraint par une structure historique, sociale et politique. Il interroge ainsi la capacité de l’événement révolutionnaire à générer de l’innovation militante mais également à poindre lui-même du croisement entre les pratiques émergentes et la reprise en main du processus par des réseaux de mobilisation existants et des acteurs politiques déjà institutionnalisés.

in Oxford Encyclopedia of the Islamic World Publication date 2009
BONNEFOY Laurent
0
views

0
downloads

24
views

0
downloads
Questions à Laurent Bonnefoy et François Burgat, responsables du dossier « Avec ou sans les Frères. Les islamistes arabes face à la résilience autoritaire , Critique internationale, n° 78, janvier-mars 2018. Propos recueillis par Catherine Burucoa.

Le Yémen a longtemps fasciné bien des voyageurs, parfois illustres, d’Ibn Battuta à Arthur Rimbaud et André Malraux. Il apparaît comme l’incarnation d’une authenticité tant arabe que musulmane. Toutefois, bien que pris dans les soubresauts de l’histoire mondiale (colonisation, guerre froide et terrorisme) et occupant une place stratégique à la croisée des continents, il reste mal connu et perçu comme marginal et passif. Patrie d’origine de la famille Ben Laden, lieu où l’attentat contre Charlie Hebdo a été commandité, le Yémen a émergé en tant que menace à la sécurité internationale dans le contexte de la guerre mondiale contre le terrorisme et a vu son image se détériorer. L’offensive armée saoudienne lancée en mars 2015 en a fait une victime directe de la lutte entre puissances régionales. L’ambition de cet ouvrage est de dépasser ces perceptions catastrophistes et cette lecture purement sécuritaire pour s’intéresser aux modes d’intégration du Yémen dans les relations internationales. Il s’agit, à partir de figures et d’interactions spécifiques (du diplomate au terroriste en passant par le migrant et l’artiste), d’analyser la place qu’occupent cet État et cette société dans les enjeux contemporains. Car le Yémen, loin d’être une marge, se trouve au cœur de processus fondamentaux qui ont trait aux flux transnationaux, aux mécanismes de domination et aux résistances qu’ils engendrent. Mieux le comprendre, c’est aussi mieux appréhender un Moyen-Orient et un monde en crise. (Résumé éditeur)

in Site du CERI Publication date 2018-02-12
46
views

0
downloads
Après être resté longtemps sous les radars médiatiques et diplomatiques, le conflit yéménite, vieux de trois ans, connait une visibilité croissante...

in Orient XXI Publication date 2017-04-10
114
views

0
downloads
Le Yémen est le pays le plus pauvre du Moyen-Orient. Depuis mars 2015, il est bombardé par une coalition de pays emmenée par l’Arabie saoudite, l’un des plus riches. Le conflit a fait plus de 10 000 victimes, il touche principalement les civils qui sont au bord de la famine. Il a aussi conduit à la destruction de nombreuses routes, d’hôpitaux, d’usines et d’écoles. L’objectif de l’opération militaire « Tempête décisive » lancée par les Saoudiens est de restaurer le pouvoir du président Abd Rabbo Mansour Hadi, à la tête du Yémen depuis 2012. Il a été renversé début 2015 par une rébellion, les houthistes qui se sont alliés avec l’ancien président Ali Abdallah Saleh. Cet objectif de restauration de Hadi semble toutefois inatteignable, car les positions sur le front militaire sont figées. On assiste à un réel enlisement.

Next