Type
Article
Titre
Représentations de l’achat de vote au Mexique
Éditeur
Paris : Institut des hautes études de l'Amérique latine
Numéro
69
Pages
143 - 153 p.
ISSN
11417161
Résumé
FR
La tradition de la contestation des élections n’est pas nouvelle au Mexique. Rappelons juste qu’en 1910 Francisco Madero, ce riche propriétaire terrien libéral, prend les armes suite aux fraudes dont il aurait été victime lors de l’élection à la gouvernature de l’État de Chihuahua ouvrant ainsi la période révolutionnaire. Tout au long du xxe siècle, la question de la sincérité électorale se trouve au cœur même de la définition du politique au Mexique. Elle se pose particulièrement dans les années 1940 et 1950, où le jeune Parti action nationale (Pan), fortement doté en juristes, se saisit de l’arme juridique pour tenter de battre en brèche le monopole du Parti révolutionnaire institutionnel. Au début des années 1960 fleurissent de « mouvements civiques », souvent composés de dissidents, qui remettent en cause le résultat d’élections locales comme à San Luis Potosi [Pansters, 1997] ou au Guerrero (...).
CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT