Auteurs Centres de recherche Disciplines et Collections Projets
Français English
 
 

Les madrasas chiites afghanes à l’aune iranienne : anthropologie d’une dépendance religieuse

 

Notice

Type:   Article
 
Titre:   Les madrasas chiites afghanes à l’aune iranienne : anthropologie d’une dépendance religieuse
 
Auteur(s):   Adelkhah, Fariba (1953-...) - Centre de recherches internationales (Auteur)
Sakurai, Keiko (Auteur)
 
In:   Etudes du CERI
 
Date de publication:   2011-01
 
Éditeur:   Centre de recherches internationales
 
Éditeur:   FRANCE  :  Centre de recherches internationales
 
Numéro:   173
 
Pages:   1-38  p.
 
ISSN:   12978450
 
Résumé:   [fr] En tant qu’institutions sociales, les madrasas doivent être analysées dans leur rapport au changement social, économique et politique, et dans leur relation de complémentarité avec l’enseignement public dont elles reproduisent l’organisation bureaucratique. Dans le cas de l’Afghanistan, elles sont en particulier indissociables de la guerre et de ses conséquences, telles que l’émigration et la recomposition des appartenances ethnoconfessionnelles. Financées et gérées par la diaspora, elles permettent à la minorité chiite, notamment hazara, de renégocier sa place dans l’Etat central et de contrebalancer la domination pachtoune. Elles participent également à la scolarisation des jeunes filles ou d’élèves issus de milieux défavorisés. La dépendance de l’enseignement religieux chiite afghan par rapport au clergé iranien constitue de ce double point de vue une ressource organisationnelle, théologique, financière et symbolique. Mais elle va de pair avec un processus de réinvention du modèle iranien et d’autonomisation par rapport à celui-ci qui devrait conduire, dans l’esprit des autorités religieuses, à l’émergence d’un chiisme national afghan dont Kaboul ambitionne d’être la capitale spirituelle. L’interaction asymétrique irano-afghane illustre la pertinence de la notion de « dépendance religieuse ».

[en] As a social institution, the madras must be analyzed in terms of their relationship to social, econmomic and political change and to the public educational system whose bureaucratic organization they have copied. In the case of Afghanistan they cannot be disassociated from the war and its consequences, such as emigration and the reconstitution of ethno-religious affiliations. Financed and run by the diaspora, they enable the Shiite minority, notably Hazara, to reestablish itself in the central State and to provide a counterweight to the Pachtoune domination. They also contribute to the education of girls and children from disfavored social classes. The dependeance of Shiite education in Afghanistan on the Iranian clergy has organizational, theological, financial and symbolique benefits. But it is accompanied by a reinvention of, and separation from, the Iranian model which should, in the minds of the religous authorities, lead to a national schism in Afghanistan of which Kaboul hopes to be the spiritual capital. The asymetric Irano-Afghan interaction illustrates the relevance of the notion of « religous dependence ».
 
 

Fichiers

Version Format Fichier Taille
Version de l'éditeur etude173.pdf 1,95 MB
 

Résolveur de liens