Type
Working paper
Titre
Secularization without Secularism in Pakistan
Dans
Questions de recherche
Éditeur
Centre de recherches internationales
Collection
Questions de recherche : 41
Résumé
EN
Le Pakistan est né en 1947 de la demande d’un État séparé par la minorité musulmane du Raj britannique. L’Islam y était défini par son fondateur, Jinnah, dans le cadre de sa « théorie des deux nations », comme un fondement identitaire, à la fois culturel et territorial. Cette idéologie était donc à l’origine d’une forme de sécularisation originale qu’ignore la typologie ternaire de Charles Taylor – que ce texte s’attache à tester et à compléter. Par contre, elle allait de pair avec un certain sécularisme au sens où l’entend Taylor : les deux premières Constitutions du Pakistan n’érigeaient pas l’islam en religion officielle et garantissaient des droits importants aux minorités. Mais l’approche de Jinnah ne faisait pas consensus. Les religieux et les fondamentalistes militaient, eux, en faveur d’une islamisation du pays. Leurs pressions ont porté leurs fruits au début des années 1970, au moment où Z. A. Bhutto instrumentalisait la religion. La politique d’islamisation de Zia transforma plus encore le droit, le système éducatif et le dispositif fiscal. Si cette évolution s’est opérée aux dépens du sécularisme, les minorités se retrouvant dans une situation particulièrement précaire, les années 1980 ont vu Zia poursuivre une politique d’étatisation de l’islam comparable à celle de ses prédécesseurs – de Jinnah à Ayub Khan – qui l’avaient pourtant mise en œuvre au nom d’idéologies différentes. C’est là l’indice d’une forme spécifique de sécularisation qu’on pourrait dire du quatrième type.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT