Coauthor
  • Centre de recherches internationales (2)
  • DAMRO Chad (1)
  • DO BENOIT Hien (1)
  • JAFFRELOT Christophe (1)
Document Type
  • Web site contribution (21)
  • Part or chapter of a book (9)
  • Working paper (6)
  • Article (5)
  • Show more
La notion d’Indo-Pacifique est en passe de structurer le discours géostratégique non seulement de nombreux pays de la région (à commencer par le Japon – son berceau originel – et l’Australie), mais aussi de plusieurs pays occidentaux. Les Etats-Unis ont déjà rebaptisé leur United States Pacific Command en United States Indo-Pacific Command. En Europe, la France a été l’un des premiers pays de l’UE à faire de l’Indo-Pacifique une de ses priorités géopolitiques, comme en a témoigné le discours d’Emmanuel Macron du 2 mai 2018 à Garden Island (Sydney). Depuis, l’Allemagne a formulé sa propre vision de la zone en octobre 2020, suivie peu après par les Pays Bas. A cette liste de pays européens, il faut ajouter le Royaume-Uni qui cherche lui aussi à se tourner vers l’Asie, notamment pour amortir les conséquences du Brexit.

in Institut d'Études de Géopolitique Appliquée Publication date 2021-03-14
14
views

0
downloads
Depuis l'exode forcé des Rohingyas, qualifié par le secrétariat de l'ONU en 2017 de « génocide », la Birmanie est un pays fortement présent sur la scène médiatique. Le pays est aujourd'hui en proie à une autre crise, une crise politique : le gouvernement civil en place vient en effet d'être victime d'un coup d'État. Constance Rousselle, chargée d'études au sein de la Direction général de l'Institut d'Études de Géopolitique Appliquée, s'est entretenue avec David Camroux, chercheur spécialisé dans l'étude des systèmes politiques asiatiques au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po Paris.

Le 1er février, la junte militaire birmane opère un coup d’État quelques minutes avant la prestation de serment des députés nouvellement élus démocratiquement; entraînant dans son sillage une vague de protestations devenue aujourd’hui déferlante de désobéissance civile. Quels enjeux dans ce pays à la politique instable, dans lequel n’ont jamais su s’apaiser les tensions post-coloniales ? Réponses avec David Camroux, chercheur honoraire au Centre de Recherches Internationales (CERI), spécialiste de l’Asie du Sud-Est.

19
views

0
downloads
Le treizième congrès du Parti communiste du Viêt Nam a été placé sous le signe de la continuité. Le Parti contrôle toujours étroitement le pouvoir et son secrétaire général a été reconduit.

in Alternatives économiques. Hors-série Publication date 2021-01
30
views

0
downloads
La pandémie n’épargne pas l’Asie du Sud-Est, mais son impact sanitaire et économique n’est pas le même dans tous les pays, aux modèles de croissance et modes de gouvernance différents -- Il n’y a pas eu, en Asie du Sud-Est comme ailleurs, de réponse régionale coordonnée à la pandémie de Covid-19. Au contraire, celle-ci a mis sous le feu des projecteurs les différences entre les modes de gouvernance qui opèrent dans la région, et les fragilités d’ordre économique et sociétal qui en résultent...

in East Asia Forum Publication date 2020-12
0
views

0
downloads
The term ‘Indo-Pacific’ has now entered into the lexicon of the Brussels-linked foreign policy community. German strategic thinker General Karl Haushofer created the geographical denomination of the ‘Indo-Pacific’ in 1924. A century later, in October 2020, the German Foreign Ministry framed its Asia policy guidelines as directed towards the Indo-Pacific region. [First paragraph]

24
views

0
downloads
In justifying his Brexit posture, UK Prime Minister Boris Johnson explained that, when it comes to the EU ‘cake’, he was ‘pro having it and pro eating it’. ‘Cakeism’ also forms the approach of the ten ASEAN countries to their own regional arrangement. Unlike the European Union, however, membership of ASEAN has minimal cost to national sovereignty while also providing a veneer of regional solidarity to promote national interests...

in Institut d'Études de Géopolitique Appliquée Publication date 2020-09-10
30
views

0
downloads
Entretien avec David Camroux par Céline Clément, , Déléguée Asie du Sud, Pacifique & Océanie de l'Institut d'Études de Géopolitique Appliquée.

Quelques cas de contamination en plein mois d’août : Auckland reconfine aussitôt. C’est que la Nouvelle-Zélande est dirigée par une femme moderne qui est aussi une femme à poigne. Elle avait mis la Nouvelle-Zélande sur la carte du monde lors de l’attentat terroriste de Christchurch, elle double la mise par sa détermination dans la lutte contre le virus. Où Jacinda Ardern s’arrêtera-t-elle ?

in Les Dossiers du CERI Edited by Centre de recherches internationales Publication date 2020-05-15
28
views

0
downloads
Le récent article de Jacques Rupnik sur la Hongrie de Viktor Orban a montré à quel point la pandémie du Covid-19 a représenté une opportunité pour les autocrates de renforcer leur emprise, notamment lorsqu’ils gouvernent dans un contexte de démocratie dysfonctionnelle. De manière générale, la gestion de l’épidémie a nécessité que les gouvernements se dotent de compétences exceptionnelles, limitant ainsi les pouvoirs des branches législative et judiciaire de l’État et les libertés publiques, qui leur permettent de contrôler les ressources du pays. Dans le même temps, les réponses apportées à la pandémie par les politiques ont également révélé les caractéristiques particulières des dirigeants autocrates (élus démocratiquement) et l’état de l’équilibre des pouvoirs censé empêcher le glissement vers une forme de gouvernement encore plus autoritaire au sein des Etats qu’ils gouvernent. L’action du Président Rodrigo ‘Digong’ Duterte – surnommé The Punisher (Celui qui punit) ou Duterte Harry – semble suggérer qu’en Asie du sud-est, comme en Europe centrale, la pandémie pourrait avoir d’importantes répercussions politiques.

Next