Type
Article
Titre
Introduction : (In)Sécurités foncières en Afrique. Débat global et enjeux locaux
Dans
Les Dossiers du CERI
Éditeur
FR : Centre de recherches internationales
Pages
1 - 4 p.
ISSN
22680632
Résumé
FR
En 2008, l’ONG Grain lançait un retentissant signal d’alarme sur l’accélération et l’expansion dans les pays du Sud, et en particulier en Afrique, des « accaparements fonciers » par des acquéreurs étrangers (Grain, 2008). Dans le sillage de ce rapport, plusieurs ONG avaient crié haro sur la maigre contrepartie financière exigée en échange de baux emphytéotiques, les avantages fiscaux offerts aux acquéreurs étrangers, ou encore les risques de déstructuration de l’agriculture vivrière (article de Perrine Burnod dans ce dossier). Mises en relief par la crise alimentaire de 2008, l’ampleur et la portée de ces investissements fonciers étrangers, présentés dans les médias comme une vague de fonds, ont depuis été relativisées. La capacité de négociation des gouvernements locaux a été réévaluée et désormais on débat de l’opportunité que représente ces transactions foncières pour les pays hôtes qui, dans un contexte de diminution substantielle de l’aide au développement, y voient une source d’investissement étranger indirect (Burnod et al., 2010 ; Cotula et al., 2009) (...).

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT