Type
Thèse de doctorat
Titre
Les champs de la discorde. Une sociologie politique de l’islamisme en Arabie Saoudite (1954-2005)
Titre traduit
The fields of discord a political sociology of islamism in Saudi Arabia (1954-2005)
Auteur(s)
KEPEL Gilles - Centre de recherches internationales (Directeur de thèse ou mémoire)
LACROIX Stéphane - Centre de recherches internationales (Auteur)
Établissement de soutenance
Paris : Sciences Po - Institut d'études politiques de Paris
Pages
3 vol. p.
Résumé
FR | EN
Cette thèse est le fruit d’une double ambition : il s’est agi, d’une part, de coucher sur le papier, à partir de sources primaires, une histoire qui ne l’a jamais été, celle de l’islamisme en Arabie Saoudite depuis la date symbolique de 1954, qui marque les débuts de l’exode des Frères musulmans vers le royaume saoudien. D’autre part, nous avons tenté de produire, à partir des outils de la science politique, un cadre d’analyse opératoire pour rendre compte des évolutions qu’a connues cet islamisme de son émergence à nos jours. Pour ce faire, nous avons tiré notre inspiration de la sociologie des mouvements sociaux, tout en intégrant la dimension de différenciation des sociétés en champs distincts, mise en avant notamment par Pierre Bourdieu et Michel Dobry. Nous avons ainsi été amenés à distinguer trois phases qui rythment le développement de la Sahwa, principale entité au sein de la « famille islamiste » saoudienne, et correspondent aux trois parties de notre étude : une phase de pré-mobilisation (1954-1985), marquée par la prégnance des logiques sectorielles, et au cours de laquelle la Sahwa construit son idéologie et ses « cadres d’interprétation », d’une part, et ses structures de mobilisation, de l’autre ; une phase de mobilisation (1985-1995), au cours de laquelle les barrières sectorielles s’estompent, ce qui permet à la Sahwa, transfigurée en un mouvement de contestation, de faire son unité, entraînant une crise politique ; et une phase de démobilisation « post-islamiste » (1995-2005), marquée par un essoufflement de la contestation et un retour aux logiques sectorielles.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT