Type
Article
Titre
L’héritage partagé du nationalisme serbe : Le pouvoir, l’opposition et la société à l’épreuve de la guerre
Dans
Critique internationale
Éditeur
FR : Presses de Sciences Po
Volume
4
Numéro
4
Pages
14 - 21 p.
ISSN
12907839
Résumé
FR
Slobodan Milosevic n''a peut-être pas lu Clausewitz, mais il est clair que, pour lui aussi, la guerre est de la politique conduite par d''autres moyens. Sa stratégie de reconquête serbe du Kosovo, inaugurée en 1989 par la révocation de l’autonomie de la province, impliquait le recours à la force. De l'état de siège imposé depuis à l''expulsion programmée de la population albanaise de la province, c''est la logique de guerre contre un ennemi intérieur et extérieur qui a fait dérailler la «transition à la démocratie » en Serbie. Depuis le début de l''intervention militaire de l''OTAN le 24 mars, Milosevic a poursuivi une double stratégie : réaliser l''union sacrée dans l''adversité pour consolider son régime ; accélérer la «purification ethnique » en expulsant par la terreur plus de la majorité de la population albanaise du Kosovo, pour négocier un éventuel partage et déstabiliser les États voisins (...).

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT