Coauthor
  • AYMES Marc (5)
  • DORRONSORO Gilles (3)
  • GOURISSE Benjamin (3)
  • AÏT-AOUDIA Myriam (3)
  • Show more
Document Type
  • Part or chapter of a book (39)
  • Article (37)
  • Book (10)
  • Periodical issue (8)
  • Show more
in The Routledge Handbook on Contemporary Turkey Edited by JONGERDEN Joost Publication date 2021-09-09
7
views

0
downloads
This chapter discusses the role played by political parties in contemporary Turkey, viewed through the main debates and approaches to parties and politics and an understanding of relations between people and the state. Parties are routinely said to be at the core of political life in Turkey, and have been studied mainly through institutional and macro approaches. Most research has examined the party system as a whole, or focused on the parties’ contribution to democracy, party ideology, and electoral dynamics. More recently, however, studies have emerged with a more sociological slant, examining the local and social anchoring of parties and their internal organization and workings. Drawing on these recent works, this chapter focuses on the role of parties as channels and mediators between state and society. It adopts a historical perspective on the changing relationships between parties, state, and society in Turkey, looking in particular at how periods of unstable coalition governments have alternated with those when a dominant party is in office. In this light, it questions the specificity of the rule of the Justice and Development Party.

in Les mondes de la bien-faisance Les pratiques du bien au prisme des sciences sociales Edited by Publication date 2021-09-06
1
views

0
downloads
[Résumé de l'ouvrage] Charité, philanthropie, solidarité, aide humanitaire, care… les pratiques du « bien » sont au cœur du fonctionnement de nos sociétés. Interdisciplinaire et comparatiste, cet ouvrage propose de les analyser dans leur pluralité et leurs diverses histoires politiques, sociales et religieuses, de la Judée antique à la France contemporaine, en passant par la Tunisie et l’Iran du xixe siècle. Il explore les mondes de la bien-faisance au prisme des représentations qui leur sont associées, de leurs fondements moraux, des formes organisationnelles qu’ils adoptent, mais aussi – et surtout – à partir des investissements concurrentiels du social qu’ils produisent. Ce faisant, il met en lumière le caractère construit, voire conflictuel, du partage des tâches et expose en quoi et comment celui-ci contribue au maintien de l’ordre social et de ses hiérarchies, ou bien à sa recomposition et à sa critique.

13
views

0
downloads
Depuis plusieurs années, la démocratie en Turquie semble connaître une descente aux enfers scandée en plusieurs étapes : mentionnons la répression du mouvement de Gezi en 2013, le coup d’État manqué de juillet 2016 et la répression féroce qui s’en est suivi, et enfin la réforme constitutionnelle de 2017 porteuse d’une présidentialisation conséquente du régime. Pourtant, au moment même où se généralisent les restrictions des libertés, l’observateur de la Turquie contemporaine est frappé par la fréquence des références insistantes à la démocratie et au peuple par le pouvoir en place. Mais, comment un parti, arrivé puis maintenu au pouvoir par la voie des urnes durant presque 20 ans, qui est parvenu à venir à bout de la tutelle militaire qui avait restreint le jeu politique des décennies durant, et qui avait obtenu l’ouverture de négociations d’adhésion avec l’Union européenne, peut-il à ce point menacer la démocratie ? La notion de populisme constitue-t-elle une clé de lecture pertinente de compréhension des dynamiques de la démocratie dans ce pays ?

in Faire, défaire la démocratie. De Moscou, Bogota et Téhéran au conseil de l'Europe Edited by BONNARD Pascal, DAKOWSKA Dorota, GOBILLE Boris Publication date 2021-04-08
45
views

0
downloads
[Résumé de l'ouvrage] Alors que les régimes autoritaires tendent à se durcir et que les libertés publiques sont de plus en plus remises en question dans les démocraties libérales, le formalisme démocratique (norme électorale, expression de la « société civile », dispositifs participatifs, etc.) continue d’être très largement mobilisé comme source de légitimation interne et internationale.

in European journal of turkish studies Publication date 2020-12-18
INSEL Ahmet
TÜRESAY Özgür
48
views

0
downloads
Entretien avec Ahmet Insel par Elise Massicard et Özgür Türesay

in Turkey in Turmoil. Social Change and Political Radicalization during the 1960s Edited by PEKESEN Berna Publication date 2020-06-22
64
views

0
downloads
In Turkey in the 1960s and 1970s there was a strong convergence between leftism and the socio-religious identity of Aeviness. The term Alevi encompasses a number of different groups that are united by their heterodox and syncretic practices of worship, some of which share traits with Shi'ite Islam and Muslim mysticism, but many of which are hard to link to Islamic practices. Starting from the 1960s, many left-wing activists, radical or not, including their leaders, were Alevis. There is a further symbolical and discursive dimension to this convergence, however...

La République de Turquie présente des modes de gouvernement du religieux spécifique. Le principe constitutionnel de laïcité équivaut à un contrôle par l’État du religieux. Une forme d’islam quasi-officiel est promue par les institutions publiques, prétendant monopoliser le champ religieux, aux détriments d’autres options religieuses. Cependant, ce dispositif n’est jamais parvenu à neutraliser le potentiel politique de la religion. La politisation des questions religieuses, en fait l’un des principaux objets de débat et de lutte politique. L’arrivée au pouvoir de gouvernements dominés par des partis issus de l’islam politique a-t-elle modifié le gouvernement du religieux? Les promesses de libéralisation n’ont pas donné lieu à une plus grande neutralité de l’État par rapport aux interprétations religieuses, malgré les condamnations de la Turquie par la CEDH pour discrimination religieuse. En revanche, les gouvernements du Parti de la Justice et du Développement ont renforcé l’appareil religieux d’État et promu la visibilité de l’islam dans l’espace public. On assiste donc au renforcement des usages de la religion à des fins politiques.

Force de contestation jusqu'aux années 1990, le populisme est aujourd'hui aux commandes de plusieurs États, en Europe, dans les Amériques, en Asie, au Moyen-Orient. Ce phénomène majeur, qui hante le paysage politique contemporain et se globalise, pénètre aussi bien les démocraties établies et récentes que les régimes plus fermés. Qu’il soit considéré comme une idéologie « molle », un style politique ou une stratégie électorale, le populisme favorise partout la personnalisation du pouvoir ainsi qu’un autoritarisme plus ou moins assumé, et son succès repose toujours sur un antagonisme facile entre des élites qui seraient corrompues et un peuple supposé « pur ». L’Enjeu mondial se penche sur la façon dont les populistes conquièrent le pouvoir, l’exercent et le conservent. Il examine les bases sociales des « pouvoirs populistes » de même que les forces qui leur résistent. Car le populisme peut aussi n’être qu’un moment, contrecarré par de robustes institutions défendant l’État de droit. Coréalisée par le CERI, l’Atelier de cartographie et les Presses de Sciences Po, la collection « L’Enjeu mondial » propose les analyses de spécialistes illustrées de façon claire et pédagogique par des cartes et des graphiques en couleurs, et enrichies des données les plus récentes.

in L'Enjeu mondial. Populismes au pouvoir Edited by MASSICARD Elise, DIECKHOFF Alain, JAFFRELOT Christophe, MASSICARD Elise Publication date 2019-09-26
81
views

0
downloads
Depuis sa victoire en 2002, l'AKP s'est installé au pouvoir. Peut-il encore être qualifié de parti populiste antisystème ? Par la cooptation d'acteurs loyaux et la marginalisation des opposants, l'AKP inaugure un nouveau type de gouvernement de la société civile. A travers lui, la dichotomisation caractéristique du populisme prend corps.

in L'Enjeu mondial. Populismes au pouvoir Edited by DIECKHOFF Alain, JAFFRELOT Christophe, MASSICARD Elise, DIECKHOFF Alain, JAFFRELOT Christophe, MASSICARD Elise Publication date 2019-09-26
60
views

0
downloads
Longtemps, l'étude du populisme s'est concentrée sur la façon dont ses hérauts se comportaient dans l'opposition, à l'occasion, notamment de campagnes électorales aux cours desquelles ils cherchaient à peser sur la stratégies des partis traditionnels. Le populisme, tantôt considéré comme une idéologie "molle", tantôt comme un style politique, tantôt comme une stratégie, se fonde sur une dichotomie entre des élites réputées corrompues (tant financièrement que par leur cosmopolitisme) et un peuple pur (parce qu'enraciné dans le sol national et victime à la fois des élites et des menaces intérieures - les migrants, les minorités, les "gros", etc. - comme extérieures - la globalisation, l'Union européenne, l'impérialisme, etc.). De fait, les populistes ont longtemps joué le rôle de groupes de pression, à la faveur des crises sociales qui se sont succédé depuis les années 1990 et sous la houlette, chaque fois, de leaders jouissant d'indéniables dons oratoires et maniant un répertoire démagogique...

Next