Type
Article
Titre
« Enfants en danger » et « enfants dangereux » : Expertises et différenciation raciale en Afrique du Sud, 1937‑1976
Dans
Politix
Éditeur
FR : De Boeck
Volume
2012/3
Numéro
99
Pages
177 - 199 p.
ISSN
02952319
DOI
http://dx.doi.org/10.3917/pox.099.0177
Résumé
FR | EN
Dans la seconde moitié des années 1930, l’Afrique du Sud adopta une nouvelle loi sur l’enfance qui visait à réhabiliter davantage qu’à punir les enfants. Cet article s’interroge sur le rôle de nouveaux cercles d’experts dans la fabrique de cette loi et sur les effets de son application sur la différenciation sociale et raciale des enfants. Il analyse le sens du changement d’une action publique initialement libérale dans un contexte dominé par une discrimination raciale croissante. Alors que la loi créa les conditions pour une intervention plus systématique de l’État dans la vie des familles pauvres, les gouvernements successifs favorisèrent une individualisation des traitements pour les enfants blancs et une collectivisation de la sanction pour la majorité noire. Ce changement fut consolidé sous l’apartheid par un dispositif disciplinaire coercitif et par le triomphe d’une version localisée de la théorie de la désorganisation sociale de l’École de Chicago. Il contribua largement à la banalisation de l’usage de la violence chez les enfants noirs en les socialisant aux dures conditions de l’univers carcéral ou semi-carcéral des institutions de protection de l’enfance.

Contenu
La loi de 1937 à la croisée des expertises<br> - De l’influence de l’expertise psychométrique sur l’enfance « en danger »<br> - Le mouvement de réforme pénale<br><br> De la préférence à la différenciation raciale des enfants « en danger »<br> - De la préférence raciale<br> - À la différenciation raciale<br><br> La socialisation des enfants noirs à la violence
CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT