Type
Article
Titre
Financialization and Sociospatial Divides
Dans
L’Année sociologique
Éditeur
FR : Presses Universitaires de France
Volume
63
Numéro
1
Pages
17 - 50 p.
Notes
Traduction de Financiarisation et fractures socio-spatiales, L’Année sociologique 1/2013 (Vol. 63).
ISSN
00662399
DOI
10.3917/anso.131.0017
Mots clés
Centralization, Finance, Global city, Inequalities, Spatial segregation, Wages, Centralisation, Finance, Inégalités, Spatial ségrégation, Salaires, Ville globale
Résumé
EN | FR
L’article complète les travaux sur la financiarisation des économies contemporaines à partir de données portant non pas sur les comptes des entreprises, mais sur la composition de leur personnel. Il retient pour cela plusieurs indicateurs susceptibles de signer la puissance directe et indirecte de la finance contemporaine : l’importance et la concentration relative au sein des fractions les mieux payées des salariés travaillant dans le secteur de la finance, au sein des holdings des entreprises non financières, dans le secteur du conseil aux entreprises ou comme cadres financiers des entreprises non-financières. La concentration des salariés de la finance au sein des salariés les mieux payés semble être le phénomène le plus marquant du processus de financiarisation. L’article examine ensuite les conséquences de la financiarisation sur les inégalités socio-spatiales. À l’accroissement des inégalités, phénomène déjà connu et mis en évidence dans nos précédents travaux, s’ajoute un phénomène de fractionnement du territoire entre la « ville globale » (le grand Paris et en particulier son quartier d’affaires de La Défense) qui possède un centre financier international et les autres parties du territoire. Ainsi, le processus de ségrégation spatiale devient massif dès lors qu’on monte assez haut dans la distribution des salaires et qu’on prend en compte le lieu de travail. Quoique de moindre ampleur, la concentration des salariés riches, produite par la financiarisation, participe à la ghettoïsation résidentielle des salariés les plus fortunés.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT