Type
Article
Titre
2000-2040 : population active et croissance
Dans
Revue de l'OFCE
Auteur(s)
CHAUVIN Valerie - Observatoire français des conjonctures économiques (Auteur)
PLANE Mathieu - Observatoire français des conjonctures économiques (Auteur)
Numéro
79
Pages
235 - 259 p.
ISSN
12659576
DOI
10.3917/reof.079.0235
Mots clés
Population active, Croissance
Résumé
FR
Le vieillissement de la population française va avoir des conséquences sur l’économie et en particulier sur l’évolution de la population active. Les générations nombreuses du baby boom vont quitter progressivement le marché du travail et ne pourront être remplacées que partiellement par les nouvelles générations. Ce décalage de taille des générations aura un impact sur le ratio de dépendance (inactifs/actifs) et donc sur la croissance potentielle par tête et sur l’équilibre des régimes de retraite. Un des moyens de combler ce déficit de main-d’œuvre serait une remontée des taux d’activité, notamment aux âges extrêmes de la vie active. La suppression progressive des dispositifs de cessation anticipée d’activité permettrait une hausse du taux d’activité des plus âgés et le cumul emploi-formation une augmentation de celui des plus jeunes. D’après notre scénario central, la population active française (au sens du BIT) devrait croître à un rythme assez soutenu entre 2000 et 2010, grâce à une démographie encore assez dynamique, à la baisse du chômage et à la diminution du nombre de préretraités et dispensés de recherche d’emploi. De 2010 à 2016, le nombre d’actifs devrait être quasiment stable. De 2016 à 2035, les générations du baby-boom vont progressivement passer à des âges d’inactivité ou d’activité faible, ce qui devrait accélérer le rythme de décroissance de la population active. À partir de 2035, la baisse du nombre d’actifs devrait ralentir, tous les baby boomers ayant atteint l’âge de la retraite.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT