Type
Working paper
Titre
Graduate Migration Out of Italy: Predictors and Pay-Offs
Dans
Notes & Documents de l'OSC
Auteur(s)
RECCHI Ettore - Observatoire sociologique du changement (Auteur)
BARONE Carlo - Observatoire sociologique du changement (Auteur)
ASSIRELLI Giulia - Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano (Auteur)
Éditeur
Observatoire sociologique du changement
Collection
Notes & Documents de l'OSC : 2016-03
Pages
22 p.
Mots clés
Skilled migration, Italy, Brain drain, Graduates
Résumé
EN | FR
Après la crise de l’Euro, se redessine un mouvement migratoire intra-européen originaire des pays du sud, principalement alimenté par une jeunesse hautement qualifiée. On sait peu de choses sur les déterminants et les profits escomptés de leurs déplacements. Cet article étudie plus particulièrement le cas des italiens, à travers des entretiens menés en 2011 sur un large échantillon représentatif des jeunes diplômés. 4 ans après l’obtention de leur diplôme, 2.4% vivent à l’étranger ; la majeure partie d’entre eux (87%) se sont installés dans un autre pays de l’Union Européenne. Les analyses multivariées montrent que la propension à migrer est plus forte chez les jeunes issus de familles de classes sociales supérieures et d’inscrits dans des disciplines scientifiques ouvertes sur le monde. La migration est également corrélée avec les performances scolaires dans l’enseignement secondaire et supérieur. Comparés aux individus non mobiles, les migrants de la cohorte affichent de meilleures perspectives de carrière, de meilleurs salaires, plus de satisfaction dans leur travail, et moins de risque de chômage. De plus, en moyenne et toute chose étant égale par ailleurs, la Parité en Pouvoir d’Achat (PPP), au travers du salaire horaire net de ces migrants, est 27% plus élevée que pour ceux qui restent en Italie. Cet écart varie considérablement selon les pays de destination, entre 17% et 98%.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT